Test The Last of Us Part. II

Publié le par
PS4

Sept ans presque jour pour jour après avoir fait la connaissance de Joel et Ellie alors qu’ils espéraient sauver l’humanité d’une mystérieuse pandémie qui avait largement décimé sa population, il est aujourd’hui temps de retrouver le singulier duo pour de nouvelles aventures tout aussi trépidantes et chargées en émotion. Attendu à juste titre comme l’une des dernières superproductions de la PlayStation 4, The Last of Us 2 nous rappelle une fois de plus à quel point les californiens de Naughty Dog maîtrisent tous les aspects de leur art : on a hâte de les voir exercer leurs talents sur la PlayStation 5 dévoilée hier soir !

Cinq années se sont écoulées depuis la fin mouvementée du premier opus dont nous tairons évidemment la teneur au cas où vous ne la connaitriez pas encore. Nos deux héros se sont comme prévu installés à Jackson où la petite communauté semble prospérer malgré la nécessité de patrouilles quotidiennes pour éviter que les infectés ne soient présents en trop grand nombre dans les environs. En revanche les relations ne sont pas toujours faciles au sein de notre duo que l’on aurait presque envie de qualifier de « père/fille » : Ellie a grandi et semble sur le point de découvrir l’amour, tandis que Joel la voit toujours comme une petite fille qu’il se doit de protéger. Malgré tout la vie se déroule presque normalement compte tenu du contexte global, jusqu’à un évènement dramatique qui bouleversera la vie des habitants de Jackson.

Une aventure passionnante

Vous vous en doutez, nous ne nous étalerons pas sur l’évènement en question pour ne pas vous gâcher la surprise de la découverte, d’autant que d’autres s’en sont largement chargés ces dernières semaines... Sachez toutefois si vous avez été victime de ce spoiler majeur qu’il n’est pas la seule surprise du jeu, loin s’en faut, et que vous serez plus d’une fois étonné au cours des quelques 25 heures nécessaires à atteindre le générique de fin dans sa difficulté Normale (un mode New Game+ et de nouveaux modes de difficultés sont ensuite disponibles pour prolonger le plaisir).


Difficile aussi de parler des thématiques abordées par le jeu sans trop en dire sur son déroulé. On se contentera donc de reprendre les propos de Neil Druckmann, Vice-Président de Naughty Dog, qui avait répondu suite aux critiques formulées envers la violence du trailer de la Paris Games Week 2017 : « Nous créons un jeu qui traite du cycle de la violence et nous montrons à la fois des actions violentes et l’impact qu’elles peuvent avoir ». De fait The Last of Us 2 est un jeu plus violent que son illustre prédécesseur, dans son histoire comme dans son gameplay, mais celle-ci ne semble jamais gratuite et sert effectivement le scénario de bout en bout.

Rassurez-vous quelques moments de douceur sont aussi au programme, comme des ballades champêtres, des visites de musée, ou encore un joli baiser aperçu dans le trailer de l’E3 2018. L’occasion d’en apprendre plus sur les différents protagonistes de l’histoire, particulièrement bien travaillés, et de s’y attacher malgré les circonstances.

Un gameplay enrichi

Reprenant logiquement le système de jeu de son prédécesseur, The Last of Us Part II propose un savant mélange d’exploration, de plateforme, d’infiltration et de combats. Nouveauté majeure de cette suite, les zones ouvertes ou semi-ouvertes vous permettent de progresser à votre guise et d’accomplir certaines tâches dans l’ordre de votre choix. Mais même les zones plus linéaires renferment leur lot de lieux facultatifs dont l’exploration vous rapportera de précieux bonus sur lesquels nous reviendrons dans un instant.

A l’instar d’un Nathan Drake dans Uncharted, vous devrez aussi vous livrer à quelques acrobaties pour avancer dans ce monde en décrépitude : outre les sauts que vous ne réussirez parfois que de justesse ou vous raccrochant à une corniche, vous aurez la possibilité d’utiliser des cordes pour grimper ou descendre mais aussi vous balancer et ainsi attendre des zones apparemment inaccessibles. Le level design met nettement l’accent sur la verticalité de certains lieux pour notre plus grand plaisir.

Mais si l’environnement constitue déjà un véritable danger, la plus grande menace viendra incontestablement des autres formes de vie peuplant votre environnement, infectés comme humains. On retrouve dans la première catégorie les coureurs, claqueurs et colosses du premier opus, ainsi qu’un petit nouveau baptisé « puant ». Couvert de pustules, celui-ci tentera de vous contaminer en vous balançant des spores et poussera d’ailleurs son ultime soupir dans un nuage toxique. Du côté des humains, vous aurez droit à des gardes plus ou moins bien équipés et armés, sachant agir de concert une fois votre présence détectée. Parfois équipés d’arcs ou d’arbalètes, ils pourront décocher des flèches qui vous blesseront de façon durable : il vous faudra prendre quelques secondes pour retirer le projectile en maintenant L1, sous peine de voir votre santé diminuer rapidement. Les ennemis humains seront aussi parfois accompagnés de chiens capables de suivre votre trace, celle-ci étant matérialisée à l’écran lorsque vous passez en mode Ecoute. Comme par le passé, c’est aussi grâce à ce mode que vous pourrez détecter les ennemis cachés dans le décor et suivre leur mouvement : à vous alors de les éviter ou de tenter de les éliminer.

Bien sûr l’infiltration sera votre mode d’action privilégié, notamment dans les difficultés supérieures pour lesquelles les munitions se feront bien plus rares. Bonne nouvelle le couteau d’Ellie ne s’use plus, contrairement aux autres armes de corps-à-corps, et vous pourrez donc recourir systématiquement à l’élimination furtive si vous vous approchez suffisamment de votre cible. Attention toutefois, certaines circonstances vous obligeront à recourir à nouveau à la fabrication de surins, utilisables une seule fois.


Heureusement votre arsenal s’étoffera au fil de l’aventure avec un fusil d’assaut, un fusil à pompe, un arc et bien d’autres choses encore. Toutes ces armes pourront être améliorées sur les établis trouvés ici ou là, à condition toutefois d’avoir récolté suffisamment de pièces détachées. C’est là que l’exploration des zones facultatives prend tout son sens, puisqu’elle vous permettra d’obtenir plus de ces précieuses pièces, ainsi que des ressources pour la fabrication de consommables (médikits, munitions...) ou encore des pilules pour débloquer de nouvelles aptitudes. A noter que vos compétences sont ici catégorisées dans cinq domaines différents, chacun devant être déverrouillé en dénichant un livre particulier en cours de jeu.

Les phases d’infiltration étant particulièrement nombreuses en raison de la grosse durée de vie du jeu (pour tout dire certaines nous ont même paru un poil longuettes), Naughty Dog a eu la bonne idée d’inclure quelques phases orientées 100% action pour varier les plaisirs. Qu’il s’agisse d’échapper à des poursuivants à pied ou en voiture, ou de traverser un village en feu à cheval, ces séquences permettent au joueur de se lâcher et d’oublier toute prudence tout en profitant du spectacle.

Une performance technique incroyable

Car si The Last of Us nous avait déjà impressionnés sur PlayStation 3 et s’était vu embelli lors de l’arrivée sur PlayStation 4 de sa mouture Remastered, ce deuxième opus va encore plus loin avec des environnements extrêmement variés tous modélisés avec le même souci du détail : qu’il s’agisse des reliefs du Wyoming, enneigés ou non, d’une ville de Seattle à l’abandon, de la mer par temps d’orage, d’un musée, d’un aquarium géant ou d’un coin de plage quelque part au soleil, tout est criant de vérité. La performance tient non seulement au nombre incroyable d’objets présents à l’écran, mais aussi aux multiples animations annexes (végétation, animaux, effets atmosphériques...) et à la superbe gestion de la lumière. Le moteur mis au point par Naughty Dog semble aussi à l’aise en extérieur pour offrir un magnifique coucher de soleil qu’en intérieur pour vous faire explorer le sous-sol d’un hôpital rempli d’infectés à la seule lumière de votre lampe-torche !

Pour ne rien gâcher les textures utilisées pour habiller tout ce petit monde sont globalement très détaillées, et s’approcher au maximum d’un élément du décor n’est pas ici synonyme de bouillie de pixels. Leur qualité est tout aussi évidente sur la modélisation des visages, très expressifs sans atteindre la quasi-perfection d’une production Quantic Dreams, et le grain de peau. Pour rester sur les personnages précisons que leur animation est toujours aussi au point, de nombreux petits gestes contextuels renforçant le réalisme.

Pour couronner le tout, tous ces éléments s’affichent avec une fluidité hors-pair et nous n’avons constaté aucun ralentissement flagrant d’un bout à l’autre de l’aventure (sur PS4 Pro). Précisons qu’à l’instar des autres productions du studio, vous n’endurerez dans The Last of Us 2 qu’un seul temps de chargement (un poil longuet) au lancement de la partie : vous pourrez ensuite atteindre le générique de fin sans aucun autre délai.


Côté bande son de nombreuses mélodies mélancoliques, souvent jouées à la guitare, vous accompagneront durant vos pérégrinations, tandis que de nombreux effets sonores viendront donner vie aux environnements traversés. Ils seront aussi un atout précieux pour repérer les ennemis et ainsi les éviter ou les attaquer par surprise. Terminons avec les dialogues en français au ton juste qui ne vous obligeront pas à passer par la case version originale sous-titrée !

Notre verdict

On aime

  • Un rendu à tomber
  • Des séquences très variées
  • Une histoire longue et passionnante
  • Des personnages parfaitement travaillés
  • Beaucoup de zones facultatives à explorer
  • La bande son au top

On n'aime pas

  • Forcément très semblable au premier opus
  • Quelques longueurs

Splendide baroud d’honneur de Naughty Dog sur PlayStation 4, The Last of Us 2 saura vous prendre aux tripes aussi bien par son histoire poignante que par son gameplay varié ou sa réalisation de toute beauté. Certes la violence de certaines séquences pourra se montrer dérangeante, mais elle a parfaitement sa place, quasi centrale, dans le scénario concocté par le studio californien. Préparez-vous à quelques 25 heures de pur bonheur pad en main, ponctuées de rebondissements inattendus et d’une bonne dose d’émotion. Rendez-vous est pris sur PlayStation 5 pour une nouvelle claque en provenance de Santa Monica !

Note finale : 9.5 / 10
Les commentaires
Le
Image
Le
Ah tiens je vais pouvoir lire le test maintenant. :D
Lak

Lak

Le
MeWa a écrit :
ven. 26 juin 2020 19:37
Ah tiens je vais pouvoir lire le test maintenant. :D
Pareil.
Beau boulot. Ca dit tout et ça ne spoile pas.
Le
J'ai oublié de le lire tiens.
Perso ça serait bien la première fois que je mettrai la note parfaite à un jeu.
Le
J’ai lu le test également maintenant que j’ai fini le jeu.
Très bon texte ;)

Mais pour le coup je trouve les 25h de jeu un peu optimiste, personnellement j’ai mis 38h en explorant trankilou.
Lak

Lak

Le
LeZardo a écrit :
sam. 4 juil. 2020 01:17
J’ai lu le test également maintenant que j’ai fini le jeu.
Très bon texte ;)

Mais pour le coup je trouve les 25h de jeu un peu optimiste, personnellement j’ai mis 38h en explorant trankilou.
Je suis dans les mêmes eaux aussi. Une quarantaine d’heures.
Le
Moi j'ai mis 26h en explorant pas mal aussi (sur ma dernière save je suis à quasi 1000 collectibles), j'avais presque toutes mes armes à fond vu tout le stuff que j'ai ramassé, et j'ai eu plusieurs trophées pour les trucs à découvrir.
Ça dépend surtout du temps passé dans les gunfight ^^
Le
LeZardo a écrit :
sam. 4 juil. 2020 01:17
J’ai lu le test également maintenant que j’ai fini le jeu.
Très bon texte ;)

Mais pour le coup je trouve les 25h de jeu un peu optimiste, personnellement j’ai mis 38h en explorant trankilou.
26h en mode normal pour moi.
Le
On se croirait dans un film. J'ai adoré l'expérience et l’ambiance du jeu. Les scènes sont super bien faites. C'est parfait pour les passionnés de jeux vidéos et de cinéma même si le game play pourrait être amélioré.
Gui

Gui

Le
Amélioré comment ? car il est pas mal abouti quand même je trouve
Le
C’est un bot
Le
Rho tout de suite, les nouveaux membres du forum sont forcement des bots. :pfff: :lol:
Le
J’aimerais bien que ce soient des vrais gens, mais le combo commentaire random + signature avec un lien laissé peu d’espoir :D
Gui

Gui

Le
C'était un test car ça a posté 2 messages quand même bien en rapport avec la choucroute donc au cas où
Le
Sephi a écrit :
mar. 21 juil. 2020 18:12
C’est un bot
:lol:

C'est des bots 3.0 à ce niveau.

Jeux concernés

Publicité