Le site non officiel n° 1 de la PSP  

>Vous êtes ici : Accueil » Vita » New Little King's Story » Test

Test de jeu / Vita / New Little King's Story

New Little King's Story

New Little King's Story

FaceBook Twitter
Envoyer
  • par
  • Plateforme : VITA
  • Date de sortie :27/09/2012
  • Distributeur :Konami
  • Genre :RPG / Tactique
  • Nb de joueurs :1

Sorti en 2009 sur la console de Nintendo, Little King’s Story a connu un certain succès d’estime auprès des joueurs biberonnés à Pikmin et autres Harvest Moon. Ce premier volet – dont New Little King’s Story est la suite directe – nous racontait comment un jeune garçon découvrant une couronne dans une clairière devint roi des hommes et des animaux. De l’eau a coulé depuis la construction de son royaume, et ce second volet démarre alors que des monstres attaquant le château du roi forcent ce dernier à battre en retraite. Dépossédé de ses terres, le petit roi doit repartir de zéro et renvoyer ces malandrins dans leurs abimes d’origine.

Le Retour du Roi

L’arrivée de New Little King’s Story en Europe est une bonne surprise : le jeu est disponible en version boite chez nous (alors qu’il n’est qu’en dématérialisé aux Etats-Unis) et est entièrement sous-titré en français. La traduction dans la langue de Depardieu était pourtant loin d’être acquise compte tenu du peu de temps qui sépare les versions américaine et européenne. C’est donc un plaisir de comprendre à la première lecture tous les dialogues du jeu, d’autant qu’il est assez bavard. Dès les premières minutes par exemple, votre acolyte prend le temps de vous rappeler les bases des affrontements. En bon roi, il convient de ne pas (trop) vous salir les mains et de laisser vos sujets risquer leur vie pour vous.

New Little King's Story - 13New Little King's Story - 10New Little King's Story - 18New Little King's Story - 15

Le joueur prend uniquement le contrôle du roi avec le stick analogique gauche (le droit étant réservé à la caméra) pendant que ses troupes lui collent au train. Une pression du bouton Carré permet d’envoyer un soldat à l’assaut de la cible que l’on aura pointé du doigt avec la gâchette R. Le nombre de pressions sur Carré correspond au nombre de sbires que l’on envoie au casse-pipe (un peu comme dans Overlord). Votre armée étant de toute façon limitée, vous n’aurez jamais d’ampoule au pouce à force de matraquer le bouton. En cas de fatigue, vous pourrez toujours toucher directement l’ennemi sur l’écran tactile de la console pour lui envoyer un soldat en pleine poire. Si jamais il vous vient l’idée saugrenue de monter au front vous-même, le bouton Croix vous aidera à trancher le cuir de votre opposant en lui glissant des coups de votre épée royale entre les côtes. Quand la situation ne tourne pas à votre avantage par contre, il suffit de battre en retraite en vous repliant avec vos hommes (bouton Rond).

New Little King's Story - 41New Little King's Story - 35New Little King's Story - 31New Little King's Story - 42

Désormais hors de danger, le plus dur reste à faire : reconstruire le royaume. Pour ça, le roi pourra compter sur ses conseillers, ses ministres et sur une population dévouée corps et âme à la cause. New Little King’s Story montre ici une facette de son gameplay autre que celle des combats : la gestion d’hommes. En sillonnant simplement les plaines, le roi peut discuter avec des civils nonchalants et les enrôler si le cœur lui en dit. Plus tard, il pourra même convaincre des animaux et même des monstres de le suivre. En attendant, votre première équipe d’incapables sera juste bonne à déterrer des trésors, trésors que vous investirez dans la foulée dans la construction de bâtiments correspondant à autant de métiers à leur apprendre. Et bing, encore un autre genre qui s’immisce dans le jeu : la construction. Bien que sommaire (on ne gère même pas les emplacements des bâtisses), le développement de votre monde fait partie intégrante de l’expérience de jeu.

L’habit fait le moine

En envoyant les citoyens dans les maisons appropriés, ils deviendront fermiers, soldats, bûcherons, mineurs, charpentiers et bien d’autres classes dont l’utilité se fera fortement sentir pour progresser sur la carte. En effet, certains obstacles nécessitent un corps de métier bien précis pour être franchis (seul le charpentier peut construire un pont par exemple) ce qui ralentira votre progression le temps de débloquer tout le monde. La prise de territoire est également limitée par le scénario qui vous oblige à aller libérer les princesses d’autres royaumes occupés par l’envahisseur. Une fois libérées, les damoiselles viendront gonfler vos rangs en tant que personnages de soutien lors des combats. Avec un peu de talent, vous arriverez même à faire de l’une d’elle votre petite amie du moment. Quel fripon ce roi !

New Little King's Story - 11New Little King's Story - 22New Little King's Story - 6New Little King's Story - 23

Quand vous ne serez pas en vadrouille, vous pourrez toujours vous vautrer sur votre trône, profiter d’un sommeil réparateur (le cycle jour / nuit est géré), consulter la boite à idées et y récupérer des quêtes secondaires ou vérifier les statistiques de vos troupes. Là, c’est le côté jeu de rôle qui fait surface avec des personnages qui prennent des niveaux et qui aiment avoir les meilleurs équipements. Ce n’est pas aussi prononcé qu’un épisode de The Elder Scrolls, (il n’y a par exemple pas de points à répartir dans différentes caractéristiques lors des prise de niveaux) mais l’expérience et le port d’objets spéciaux (dont certains à créer vous-même) améliorent l’attaque et la résistance de votre équipe de manière notable.

Le mélange des genres fonctionne à merveille et l’aventure proposée est intéressante à suivre pendant un long moment. Il faut dire que la réalisation toute mignonne combinant des graphismes chaleureux et des représentations graphiques détaillées des personnages lors des dialogues y est pour beaucoup. Les musiques douces, omniprésentes, et les traits d’humour aident également à se sentir bien dans ce monde. Non, vraiment, l’invitation au dépaysement mérite d’être envisagée malgré quelques défauts bien visibles. Le premier, lui, ne l’est peut-être pas assez puisqu’il s’agit justement de la taille des caractères trop petite pour être lisibles en toutes circonstances. Il faut parfois se pencher sur la console pour déchiffrer ce qui est écrit alors que le texte est bien en français.

New Little King's Story - 30New Little King's Story - 29New Little King's Story - 36New Little King's Story - 40

Les aller-retour obligatoires jusqu’au château deviennent assez vite pénibles et comme c’est le seul moyen d’encaisser ses trésors et de lancer de nouvelles constructions, le chemin sera vite usé par vos passages. C’est d’autant plus rageant que les ennemis réapparaissent systématiquement, vous forçant, une nouvelle fois, à leur fendre le crâne. Enfin – et c’est certainement le plus important – le jeu connait des ralentissements réguliers lorsque les villages sont chargés et que l’on se balade au milieu des civils en tournant la caméra. Tout reste parfaitement jouable mais quand on vient de s’offrir une nouvelle console, c’est le genre de détail dont on se passerait bien.



test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    Avec ses couleurs chaudes, ses détails amusants et ses personnages bien détaillés durant les dialogues, la réalisation enchante l’enfant qui est en nous.

  • Jouabilité

    6 / 10

    La prise en main est aisée, rapide, et l’écran tactile peut être utilisé pour lancer une attaque mais la caméra doit parfois être rappelée à l’ordre et les ralentissements font désordre.

  • Son

    7 / 10

    Les personnages ne parlent pas souvent mais les musiques renvoient à des mangas et à des dessins animés pour toute la famille. Montez le son.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Rome ne s’est pas construite en un jour et reconquérir votre royaume vous prendra une bonne vingtaine d’heures. Il y a de quoi décharger votre batterie plus d’une fois.

  • Fun

    8 / 10

    Avec une console encore en rodage, il serait dommage de passer à côté d’un jeu original, qui ratisse aussi large et qui s’avère plus complet qu’il n’y parait. Il a de quoi de passer un bon moment sur Vita.

• En français
• Ambiance et réalisation attachantes
• Un mélange des genres réussi

• Des ralentissements
• Police trop petite
• Les aller-retour au château

7 / 10

Verdict

Entre gestion, jeu de rôle et d’action, New Little King’s Story réussit son grand écart sans sourciller en étant largement aidé par son ambiance bon enfant et sa réalisation attachante. L’aventure, longue et intéressante à suivre, est cependant entachée de ralentissements réguliers, d’une police un poil trop petite pour être bien lisible et de nombreux aller-retour qui usent les souliers. Mais est-ce suffisant pour passer à côté d’un bon jeu sur PlayStation Vita ?

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

New Little King's Story

New Little King's Story

7 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 9.9 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité