> Vous êtes ici :

Test de Lost Dimension sur Vita

Lost Dimension

Lost Dimension

Parfois, il est des titres japonais que l'on s'étonne de voir débarquer un jour en Europe... C'est notamment le cas de Lost Dimension, un nouvel Tactical-RPG sur PlayStation 3 et PS Vita qui ne s'est pas vraiment imposé sur le marché nippon, à sa sortie initiale il y a un an, avec tout juste 5.000 jeux écoulés. Malgré ce bide, le titre signé du petit studio Lancarse a tout de même traversé les frontières pour finalement être édité en Occident. L'occasion pour nous de découvrir un curieux mélange des genres...

Lost Dimension plonge le joueur dans un monde en proie à l'apocalypse, à la suite des attaques terroristes perpétrées par un certain The End (ça ne s'invente pas). Face à cette menace grandissante, les Nations Unies décident de faire appel aux S.E.A.L.E.D., onze personnages dotés de pouvoirs psychiques qui composent votre groupe de héros. Leur mission : déloger The End du Pillar, une tour géante d'où opère cet être malfaisant et sournois, et ainsi sauver le monde.

Un pitch de départ tout ce qu'il y a de plus classique, de même que la structure du jeu : on avance en grimpant les étages du Pillar, au gré de nombreux (et longs) combats, pour finalement en découdre avec le boss final au sommet de la tour. Tant que nous en sommes à parler des combats ; là aussi, rien de bien original, avec un système de jeu au tour par tour et la possibilité de déplacer ses combattants plus ou moins librement dans l'arène, à la manière d'un Valkyria Chronicles. Les déployer les uns à côté des autres (au mieux, en cercle) permet d'effectuer aisément des combos, grâce à des tirs d'assistance nourris à chaque tour d'action d'un personnage. Une fois cela assimilé, on progresse évidemment plus vite dans la quête principale, même s'il est parfois nécessaire d'aller gagner un peu d'expérience durant les quelque missions secondaires du jeu.

Lost Dimension - 9 Lost Dimension - 14 Lost Dimension - 4 Lost Dimension - 16

Entre chaque mission, le groupe revient dans le lobby, une pièce faisant office de HUB, où l'on améliore notamment nos protagonistes via un arbre de compétences (les «  gifts ») propre à chacun. Il est également possible d'y faire ses emplettes, d'équiper de nouvelles armes et armures et de développer les relations de Sho – le personnage que vous incarnez – avec ses petits camarades du S.E.A.L.E.D. pour un meilleur soutien en combat, comme dans les jeux Persona.

Mais à chaque étage intégralement nettoyé, c'est le drame ! Place au Jugement, une séquence narrative durant laquelle le joueur doit démasquer les traîtres qui sévissent dans l'ombre de son groupe, en les éliminant purement et simplement. Un procédé d'une radicalité perverse, mis en place par The End himself, dès vos premiers pas dans le Pillar.

« Only God can judge me »

Reste à savoir comment identifier les mauvaises graines... En tout premier lieu, en écoutant attentivement les uns et les autres, à la recherche de la moindre parole susceptible de les confondre. Puis, peu avant le Jugement, en sondant l'inconscient de chacun, grâce au pouvoir du héros. Plus un élément de mise en scène que de gameplay à proprement parler d'ailleurs, cette faculté se révélant toujours décisive lorsqu'il s'agit d'identifier un traître. A ce titre, on peut regretter le réel manque de nuances du jeu, ne laissant finalement que peu de place aux doutes durant la phase de Jugement. Un constat dû en partie à une écriture moins subtile que dans certains visual novel, ce qui rend la recherche des traîtres bien moins passionnante qu'espéré. Dommage car cette atmosphère de suspicion constante, soutenue par une bonne OST, fonctionne durant les premières heures... avant de rapidement s'estomper.

Lost Dimension - 10 Lost Dimension - 12 Lost Dimension - 15 Lost Dimension - 7

Lost Dimension avait pourtant eu la bonne idée de désigner les traîtres de manière aléatoire, à chaque partie, en vue d'assurer l'imprévisible. Ainsi, celui qui s'était retourné contre vous dans un premier run pourrait bien se révéler être un allié fiable dans un New Game +. Sympa, seulement si on souhaite revivre l'aventure (d'une trentaine d'heures, sans trop se fouler) sous un jour nouveau. Néanmoins, il ne faut pas s'attendre à de profonds bouleversements scénaristiques : quels que soient les protagonistes qui retournent leur veste, la trame, elle, reste strictement la même d'une partie à l'autre.

Même si elle ne va pas au bout des choses, cette feature a au moins le mérite d'exister et de donner un peu plus de consistance (grosso modo, en dévoilant leur « côté obscur ») à des personnages assez fades dans l'ensemble. On n'échappe pas, bien sûr, aux stéréotypes très répandus dans l'animation japonaise mais il faut aussi et surtout composer avec des dialogues qui ont la fâcheuse tendance à s'étirer inutilement en longueur. Ainsi, il n'est pas rare, au cours d'une scène, d'entendre deux, trois persos exprimer à la suite le même sentiment, mais avec un vocabulaire différent. Lost Dimension donne alors l'impression de vouloir à tout prix faire parler tous ses personnages pour les faire exister à l'écran. Si bien que l'on se retrouve devant des séquences de dialogues de près de 30 minutes, sans véritablement faire avancer le schmilblick ni susciter la moindre empathie pour l'intégralité des S.E.A.L.E.D. Sans compter les gros problèmes de rythme que pose cette démarche narrative... A partir de là, on ne peut pas dire que le jeu se hisse à la hauteur de ces ambitions.

Lost Dimension - 11 Lost Dimension - 13 Lost Dimension - 5 Lost Dimension - 3

Ce constat traduit un manque de finition certain, ce qui est souvent le signe des jeux à petit budget. Et cela ne concerne pas seulement l'écriture. On le laissait déjà entendre quelques lignes plus haut, mais le système de combat, lui, n'apporte rien de bien neuf au genre et montre même assez vite ses limites. Techniquement, c'est encore plus criant : les décors sont vides, les modélisations sommaires et les textures affreuses, tandis que les animations nous ramènent tout droit à la sixième génération de consoles. L'ensemble passe encore sur PS Vita, mais sur une PS3 en fin de vie, c'est déjà plus difficile à accepter.

test écrit par

  • Graphismes

    4 / 10

    Animations rigides, modélisations basiques, environnements vides... Le jeu a une génération de retard et ne voit sa réalisation sauvée que par un chara design intéressant de sobriété.

  • Jouabilité

    6 / 10

    Très inspiré par Valkyria Chronicles, le système de combat au tour par tour fait le job, sans plus. La mécanique de Jugement, elle, part d'une bonne intention, mais tombe à l'eau car les traîtres sont trop facilement identifiables.

  • Son

    7 / 10

    Belle surprise avec une OST plutôt convaincante. Glaçante dans les moments de tension et énergique durant les combats, elle confère un certain cachet à l'ensemble. Doublages anglais corrects, dans la moyenne.

  • Durée de vie

    7 / 10

    Une trentaine d'heures, c'est assez faible pour un Tactical-RPG. Heureusement, Lost Dimension propose un New Game + avec une « vraie fin » et un intérêt renouvelé : les traîtres ne seront pas les mêmes qu'au premier run.

  • Fun

    5 / 10

    Lost Dimension intrigue pour son mélange d'influences audacieux, surtout si l'on est attiré par les productions japonaises. Mais le soufflet retombe au bout de quelques heures, à cause d'une intrigue qui ne décolle jamais vraiment et d'un gameplay limité.

• Un mélange des genres audacieux
• Une OST très efficace
• La mécanique de Jugement...

• ... qui tombe finalement à plat
• Réalisation d'un autre âge
• Manque de profondeur et de finition

6.5 / 10

Verdict

S'il fallait résumer le concept de Lost Dimension en quelques mots, on pourrait le qualifier d'un Valkyria Chronicles-like, teinté de Danganronpa et d'un peu de Persona. Ce mix d'influences – étonnant sur le papier – fait tout le sel de ce simili Tactical-RPG, lequel ne parvient toutefois à se hisser au niveau de ces illustres modèles. La faute à une réalisation datée, une aventure relativement classique et à une prise de risque minimale dans son game design, finalement trop sage. La mécanique de Jugement en est la meilleure illustration : intrigante sur les premières heures, elle finit par rapidement montrer ses limites ensuite. Difficile pourtant d'en vouloir à cette production à « petit budget », tout de même pétrie de bonnes intentions et dont l'expérience de jeu demeure malgré tout agréable. Après tout, les productions de ce genre ne sont pas si courantes sur PlayStation 3 et PS Vita...

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Lost Dimension

Lost Dimension

6.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité