> Vous êtes ici :

Test de Curses'N Chaos sur Vita

Curses'N Chaos

Curses'N Chaos

Lorsque le roi sorcier jette une malédiction aux deux meilleurs chasseurs de prime du royaume, Léo et Léa n'ont pas d'autre choix que de se battre contre une ribambelle de monstres pour obtenir les ingrédients de l’Élixir de Vie, le seul remède connu pour soigner leur mal. Aidés par l'alchimiste Allison, nos deux héros vont devoir en baver et défier la faucheuse elle-même pour rester en vie. Voilà ce qui vous attend dans Curses'N Chaos, un beat-them-all sorti sur le PlayStation Store des consoles PlayStation 4, PS Vita et PlayStation TV au prix de 14,99.

Chaos à la maison

La cut-scene d’introduction réalisée par Paul Robertson et sa musique rétro mettent tout de suite dans l'ambiance 8-bits du titre de Tribute Games. Curses'N Chaos se veut un hommage aux beat-them-all à l'ancienne dont le but est simplement de taper sur tous les monstres qui arrivent à l'écran. Le jeu opte pour des niveaux sous forme d'arènes de combat (13 au total, réalisés par Stéphane Boutin) : impossible de sortir de sa case, vous êtes piégés et devez résister aux 10 vagues d'ennemis de plus en plus nombreux et de plus en plus résistants. Ils fondent sur vous par la gauche, par la droite mais aussi d'en haut (les ennemis volants) et d'en bas (des squelettes qui sortent du sol) par grappes de plus en plus copieuses. Pour survivre vous devez les tabasser à coups de poings (un coup simple avec Carré) et éviter autant que possible leurs attaques en sautant ou en courant au bon moment.

Curses'N Chaos - 7Curses'N Chaos - 3Curses'N Chaos - 8Curses'N Chaos - 4

Trois coups spéciaux, en combinant les touches de saut ou de course avec celle d'attaque, permettent de balancer des mach punchs, des uppercuts et des jump kicks salvateurs. Comme dans un Devil May Cry, enchaîner les cadavres sans se faire toucher augmente la quantité de butin laissé par les morts et, avec la même désinvolture que Dante, une touche permet de narguer ses ennemis en dansant au milieu du champ de bataille pour engranger des points supplémentaires. Ces points seront ensuite convertis en items dans la boutique d’Allison, soit en objets de puissance (12 armes à usage unique) soit en objets de chance (8 différents, de protection ou de soin). La plupart de ces armes et objets sont également lâchés aléatoirement par les ennemis qui passent l'arme à gauche et utilisables immédiatement dans la partie. L'alchimiste peut aussi mixer et combiner des objets pour créer des items plus puissants et plus utiles à équiper avant de se lancer dans l'arène. Dommage que l’impossibilité d'emporter plus d’un unique objet (deux si on compte l'aide extérieure d'une chouette) sur le terrain limite grandement leur usage.

La mort aux trousses

Le jeu ne laisse pas le temps de bailler aux corneilles et comme chaque vague est chronométrée, vous devez occire les lutins, gnomes, grenouilles, squelettes, fantômes, oiseaux, dinosaures, zombies, araignées (…) avant la fin du compte à rebours sous peine de voir débarquer la mort en personne, la grande faucheuse violette. Capable de vous ôter la vie en un coup, elle vous tournera autour jusqu'à l'éradication du dernier larbin. Un stress supplémentaire dans un jeu déjà loin d'être facile malgré la présence d'une barre de vie composée de cinq cœurs et de trois résurrections possibles par défaut. L'absence de modes de difficulté n'autorise pas de passer en « facile » quand la situation devient ingérable. Vous devez alors serrer les dents et gagner en expérience pour progresser. Non pas qu'il y ait des niveaux à prendre et des points de compétence à répartir mais juste du fait que refaire les mêmes niveaux permet de gagner des deniers pour acheter des armes (baliste, piège à loup, bombes, shurikens, marteau, hache….) ou des aides (jambon, fer à cheval, trèfle à quatre feuilles, pomme, sablier...) pour espérer vous en sortir. Réessayer sert aussi à apprendre les habitudes des ennemis, leurs attaques et leurs animations pour mieux les anticiper par la suite, jusqu'à la perfection, telle une chorégraphie bien orchestrée.

La difficulté, bien réelle, peut s'avérer décourageante pour les jeunes joueurs habitués aux checkpoints et aux barres de vie qui remontent d'elles-mêmes. Même pour les vieux de la vieille, la portée ridicule des coups et la hit box sans concession de votre personnage risquent d'en frustrer plus d'un, quand ce ne sera pas le faible nombre de combos qui les fera grincer des dents. Avec seulement trois coups spéciaux on a rapidement tendance à sortir toujours le même jump kick pour tomber sur le râble des vilains, le jeu ne permettant pas de développer de plus grandes stratégies. Pour ce qui est de la profondeur du gameplay, ne cherchez pas plus loin que des empoignades basiques et difficiles comme dans le temps, quitte à paraître anachronique en 2015. Avouons qu'avec cette réalisation pixel art nous aurions préféré un déroulé horizontal à la Ghosts'n Goblins avec un peu d'exploration à la Castlevania au lieu d'une simple exploitation du mode horde avec des ennemis, certes nombreux, mais aux mêmes routines.

Curses'N Chaos - 5Curses'N Chaos - 6Curses'N Chaos - 9Curses'N Chaos - 2

Heureusement, le jeu échappe au carton rouge en étant jouable en coopération à deux, que ce soit sur le même écran sur PlayStation 4 et PlayStation TV, en ad hoc sur PSVita ou en ligne (parties publiques ou privées) sur tous les supports. Les parties deviennent immédiatement plus accessibles et conviviales malgré le chaos général qui règne parfois à l'écran. Et comme le titre est également cross-buy, cross-save et cross-play entre les trois PlayStation, vous pouvez facilement trouver des partenaires de jeu et continuer votre partie démarrée à la maison à l'extérieur de chez vous. A 14,99€ le défouloir qui lorgne plus souvent du côté du chemin de croix que du parcours de santé, nous n'en attendions pas moins.

test écrit par

  • Graphismes

    5 / 10

    Les belles cut-scenes et les animations de qualité méritaient mieux que des arènes étriquées, ternes et sans grande personnalité.

  • Jouabilité

    6 / 10

    Les commandes sont simples et rapidement assimilables mais le manque de combo et d’évolution limite la variété des combats. Textes en français.

  • Son

    7 / 10

    La musique est conforme à l’esprit rétro de cette production : pleine de bips et suffisamment entraînante pour nous soutenir dans l’effort.

  • Durée de vie

    5 / 10

    Boucler les 13 niveaux devrait se faire en à peine deux heures mais avec une difficulté si élevée comptez facilement le double.

  • Fun

    6 / 10

    C’est évidemment à deux que le titre devient suffisamment amusant pour compenser la sueur perdue pour progresser.

• 13 arènes différentes
• Ennemis et boss variés
• A deux, c’est mieux

• Action répétitive
• Difficulté à l’ancienne
• Gameplay forcément limité

6.5 / 10

Verdict

Sans avoir l'ambition de révolutionner le beat-them-all en arène, ce retour aux sensations de la génération 8-bits saura capter l'attention des nostalgiques d'une époque où souffrir faisait aussi partie du plaisir. Les autres, habitués à des gameplay plus complexes et à une progression moins contraignante, ainsi que ceux qui s'énervent facilement, risquent de trouver que le périple de Léo & Léa est un trop gros calvaire pour s'imposer ça. A deux le titre de Tribute Games gagne en plaisir ce qu'il perd en difficulté alors armez-vous de patience ou d'un coéquipier avant de vous y mettre.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Avatar de Darsh
    Darsh
    le 14 septembre 2015 à 00h59


    Cette mode du "Pixel Art" commence à vraiment me faire chier ! fou A quoi ça sert d'avoir une Vita avec un écran d'excellente qualité si c'est pour se casser la vue sur des jeux qui émulent l'affichage d'une Gameboy Color ! [:matth]
  • Avatar de Pouet
    Pouet
    le 14 septembre 2015 à 01h12


    Ouais j'aime pas non plus...
  • Avatar de Vincent
    Vincent
    le 14 septembre 2015 à 09h04


    D'autant que le jeu est compatible PS4 et PSTV pour un affichage en plein écran. Pour ma part je dirais que ça dépend des cas. Dans Shovel Knight c'est plutôt coloré et agréable à l'oeil mais dans Curses'N Chaos c'est trop terne et triste à mon goût...
  • Avatar de Vincent
    Vincent
    le 17 septembre 2015 à 11h51


    Pour information, le jeu vient de passer à 9.99 euros sur le PS Store.
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Curses'N Chaos

Curses'N Chaos

6.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité