Test de Angus hates Aliens sur Vita

Angus hates Aliens

Angus hates Aliens

Aussi anachronique que cela puisse paraître, la gamme Minis lancée en 2010 avec la sortie de la PlayStation Go accouche aujourd'hui d'un nouveau titre, un run-and-gun développé par le studio indépendant Team Stendec. Disponible sur le PlayStation Store, ce titre est naturellement compatible avec la PlayStation Portable mais aussi avec la PlayStation 3 et la PlayStation Vita, console sur laquelle nous l'avons testé.

Angus McGyver

Avec sa casquette et sa moustache, Angus est un bon vieux redneck de derrière les fagots qui ne demandait rien à personne dans son Amérique profonde. Pourtant, c'est lui que des extraterrestres vont séquestrer dans une base secrète pendant qu'ils envahissent la Terre. A son réveil et aidé par talkie-walkie par une rebelle alien, notre héros malgré lui va s'échapper et découvrir que les habitants sont devenus d'horribles zombies, transformés par les créatures venues d'ailleurs.

Angus hates Aliens - 10Angus hates Aliens - 11Angus hates Aliens - 12Angus hates Aliens - 14

Angus hates Aliens est un shoot-em-up rétro type run-and gun-doté d'une réalisation pixélisée et d'un défilement latéral vers la droite tout ce qu'il y a de plus classique. Le but consiste à atteindre la fin du niveau en pulvérisant les obstacles baveux qui bloquent votre route à grands coups de flingues. Les zombies (puis des robots aliens) ont pour la plupart le même design et seul le changement de couleur ou d'arme indique un changement de classe (16 au total). Entre les mutants de base, ceux plus résistants, ceux qui courent vers vous et ceux qui vomissent, vos balles trouveront toujours une tête à faire exploser. L'amas de chair putride laissant régulièrement derrière lui de l'argent et des munitions supplémentaires pour vos armes.


Angus hates Aliens - 15Angus hates Aliens - 16Angus hates Aliens - 8Angus hates Aliens - 2

La douzaine de pétoires couvre un large éventail : couteau, pistolet, fusil à pompe, mitraillette, lance-flammes, bazookas, grenades, prototypes extraterrestres... Il y en a pour tous les goûts et on peut assigner un item aux quatre directions de la croix directionnelle. Un raccourci bienvenu qui permet de passer d'une arme à l'autre selon la situation ou de se soigner dans le feu de l'action. Comme votre besace ne peut contenir que neuf objets (munitions, armes et soins) vous pouvez déposer le superflu dans des casiers "à la Resident Evil" pour le retrouver plus tard à d'autres endroits du niveau. Rien ne se perd.

Évasion USA

Les deniers glanés sur les cadavres permettent d'acheter des munitions ou des trousses de soin et d'améliorer vos engins de mort. Plus de dégâts, plus de munitions ou une vitesse de rechargement accrue se payent rubis sur ongle. Les nouvelles armes ne se trouvent pas dans les boutiques mais sur le terrain alors il faudra fouiller partout pour ne rien rater. En cas de pépin, vous pourrez toujours compter sur les éléments destructibles des décors (barils, véhicules) pour enflammer l'auditoire à moindre coût. 


Angus hates Aliens - 1Angus hates Aliens - 9Angus hates Aliens - 7Angus hates Aliens - 4

Comme le jeu se joue sur un seul plan il n'est pas possible de tirer à 360° ni même en haut ou en bas mais seulement à gauche et à droite à l'aide des boutons L et R de la PSP. Testé sur PSVita, il est aussi possible d'assigner ces deux boutons au stick analogique de droite afin de tirer dans la direction voulue en orientant le champignon à gauche ou à droite, ce qui est nettement plus pratique. La prise en main ne pose pas de problème (même si on aurait préféré cartonner à 360° à la Age of Zombies), les 12 niveaux différents (base militaire, centre commercial, hôpital, forêt, vaisseau...) s’enchaînent avec un certain plaisir et les checkpoints réguliers évitent l'énervement en cas de mort prématurée face à une horde d'ennemis. Malheureusement, n'est pas Metal Slug qui veut et on pourra aisément reprocher à Angus hates Aliens son étonnante lenteur pour le genre, ses animations très limitées, ses situations ultra-répétitives et sans surprises (embuscades sur embuscades) et ses textes uniquement en anglais qui nous privent partiellement d'une narration omniprésente. A 5,99€ pour quatre à cinq heures de jeu on pourra être indulgent, mais ce passe-temps a peu de chance de marquer durablement les esprits.

test écrit par

  • Graphismes

    4 / 10

    Des graphismes 2D qui privilégient les pixels au rendu cartoon pour un résultat terne et peu impressionnant malgré le nombre d'ennemis à l'écran.

  • Jouabilité

    7 / 10

    Même si on aurait aimé pouvoir tirer à 360 degrés, assigner les boutons L et R au second stick analogique de la PSVita aide au confort de jeu.

  • Son

    5 / 10

    Des musiques de terroir aussi datées que les graphismes et des râles à la Duke Nukem quand Angus est touché.

  • Durée de vie

    7 / 10

    Comptez quatre à cinq heures pour traverser les 12 niveaux du jeu, ce qui est très honnête à 5,99€.

  • Fun

    6 / 10

    Un petit défouloir pour tuer le temps et des zombies pénalisés par une lenteur cadavérique et un manque global d'excentricité.

• Bon rapport quantité / prix
• Un passe-temps
• Pas mal d'armes

• Animations lentes
• Situations répétitives
• Textes en anglais

6 / 10

Verdict

Assez loin de la frénésie d'un Metal Slug ou du récent Age of Zombies (également disponibles sur PlayStation), Angus hates Aliens est un honnête shoot-em-up à l'ancienne comme il en sortait des tas sur les consoles 16 bits. Pixélisé, lent, répétitif et maladroitement scénarisé, ce défouloir plutôt long pour son prix passe le temps à défaut d'étonner par ses situations peu originales et son déroulement très balisé. Pour les gens en manque d'explosions crâniennes uniquement.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Angus hates Aliens

Angus hates Aliens

6 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité