Test de 2013 : Infected Wars sur Vita

2013 : Infected Wars

2013 : Infected Wars

En dépit de sa puissance et de ses deux sticks analogiques, la PlayStation Vita n'a pas accueilli beaucoup de jeux de tir à la troisième personne depuis sa sortie. A part le sympathique Unit 13 au lancement et un petit Earth Defense Force 2017 Portable, il n'y a pas grand-chose à se mettre sous le pad, ce qui explique sans doute pourquoi le studio Action Mobile Games s'est engouffré dans la brèche en nous proposant un portage de son 2013 : Infected Wars.

Patriot act

Comme son titre l’indique, 2013 : Infected Wars est un jeu de tir à la troisième personne sorti il y a deux ans sur iOS (iPhone et iPad) dans lequel le joueur dirige un mercenaire évoluant dans une Amérique rongée par un virus mortel répandu par Al-Qaïda. Si intégrer une organisation terroriste réelle dans un jeu vidéo peut paraître douteux, son attaque virtuelle a eu pour effet de transformer les yankees en zombies cannibales. En bon capitaliste, notre mercenaire va profiter de la déroute locale pour se remplir les poches en explosant un maximum de crânes.

Le titre d'Action Mobile Games permet de sélectionner son soldat de fortune parmi quatre classes en fonction de leurs affinités avec des armes particulières. Le Field Support est spécialisé dans les fusils et les armes de poing, le Marine dans les mitrailleuses, le Sapper dans les explosifs et le Sniper dans les fusils à longue portée. Chaque classe jouit d'un bonus de points dans une catégorie mais l'aspect physique de notre barbu reste la même et vous pouvez tout de même utiliser toutes les armes du jeu indépendamment de votre classe. Conserver la même classe d'un niveau à l'autre renforce votre personnage, la prise de niveaux lui octroyant de nouveaux bonus statistiques. Sur le terrain la différence de classe est imperceptible (au moins en mode normal) puisqu'une classe n'est pas plus maladroite qu'une autre pour utiliser différentes armes.

L'armurerie contient 14 armes allant du fusil à pompe au lance-roquettes en passant par l'Uzi, l'AK47, le M4, le Desert Eagle, le lance-grenades, le canon scié ou la simple grenade. On commence le jeu avec un petit 9 mm aux munitions infinies et on doit ensuite s'offrir les autres (in-game ou entre chaque niveau) à l'aide de l'argent récupéré en mission. L'attribution de votre prime n'est pas très claire puisqu'on gagne des dollars au fur et à mesure de nos massacres sans savoir si un headshot est mieux payé qu'une mort « normale », et sans qu'une jauge de combos nous motive à enchaîner les tueries en temps limité pour gagner encore plus. En fouillant un peu les décors on tombe de temps en temps sur des sacs dont le contenu de l'un d'entre eux seulement est révélé en fin de mission : de l'argent pour ses armes ou de l'or pour upgrader les compétences de notre soldat (plus d'expérience, de dégâts, de vitesse de chargement...).

Divertissement low cost

Vendu à 5,49 euros à son lancement, 2013 : Infected Wars offre un divertissement à bas coût tant dans son fond que dans sa forme. Dans le fond il ne s'agit que d'exécuter les grappes de zombies, de chiens de l'enfer, de grenouilles mutantes et de maniaques à tronçonneuse qui viennent à vous entre deux cut-scenes et scripts. Zéro réflexion, zéro survivants, zéro recherche de clés ou d'interrupteurs à activer mais seulement une succession de purges entre deux changements de zone. Les décors post-apocalyptiques sont dans l'ambiance série Z mais pas assez variés puisque sur les huit niveaux du jeu on doit en passer deux dans le métro, deux dans un centre commercial et le reste dans les ruelles d'une ville délabrée. Inutile de chercher la moindre originalité, il s'agit juste d'un jeu de zombies, répétitif et générique, comme il en existe des dizaines sur smartphones. Sauf que celui-ci a le mérite de se jouer avec des boutons et des sticks analogiques pour une meilleure prise en main ! Le jeu est compatible PlayStation TV alors vous pouvez même le faire à la Dual Shock.

2013 : Infected Wars - 12013 : Infected Wars - 22013 : Infected Wars - 3

Dans la forme, le jeu a beau tourner sous l’Unreal Engine 3, le moteur d’Epic Games n’est pas sous son meilleur jour. Pas de jeux d’ombres, pas d’éclairage en temps réel, pas de moteur physique et aucune interaction avec les décors (type baril explosif), mais habituel retard d'affichage des textures, murs invisibles à gogo et ralentissements quand le fusil à pompe fait péter plusieurs têtes en même temps. Sans piquer les yeux, le titre manque d'optimisation et fait pâle figure sur une console que l'on sait capable de bien mieux. Par contre vos oreilles risquent de saigner à l'écoute de briefings étouffés, des bruits des armes faits à la bouche et des musiques à peine audibles lors des assauts ennemis.

Enfin la version PSVita est amputée de ses modes multijoueurs, et notamment de son mode coopératif qui permettait de faire la campagne à deux. Ici il faudra se contenter de petites parties en solitaire entre deux stations de métro puisqu'avec huit niveaux d'une durée comprise entre 15 et 20 minutes chacune, le générique de fin tombera en moins de trois heures. La durée de vie n'est pas énorme (même si on peut y revenir ensuite pour améliorer ses scores) mais avec un tel tarif dans le panier on savait déjà à quoi s'attendre.

test écrit par

  • Graphismes

    6 / 10

    Un Unreal Engine 3 sous-exploité qui offre néanmoins pas mal de monde à l’écran et des textures quelquefois correctes.

  • Jouabilité

    7 / 10

    Grâce aux deux sticks analogiques et aux gâchettes, la prise en main est bien meilleure que sur téléphone sans crier au génie.

  • Son

    4 / 10

    La chanson du menu principal est bonne mais les dialogues sont étouffés, les bruits des armes ridicules et les musiques in-game oubliables.

  • Durée de vie

    4 / 10

    A raison d’une mission par trajet de 20 minutes, le jeu sera terminé en une petite semaine de travail. Augmentez la difficulté la semaine suivante.

  • Fun

    5 / 10

    Difficile de résister à la tentation du massacre de morts-vivants avec des armes à feu, même si cette fois il ne vole pas bien haut niveau ambition.

• Jouabilité aux sticks
• Pas bien cher
• Un passe-temps

• Gameplay basique
• Pas bien long
• Attention les oreilles

5 / 10

Verdict

Portage sans la moindre optimisation d’un jeu iOS de massacre de zombies comme il en existe des tas sur smartphones, 2013 : Infected Wars offre un divertissement très moyen dont le petit prix de vente est un premier révélateur de son ambition. Porté par un gameplay basique et une réalisation sans panache, ce titre à la jouabilité heureusement meilleure que sur téléphone n’a rien d’autre à proposer qu’une épuration de morts-vivants pour faire passer le temps de trajet jusqu’au boulot pendant une petite semaine. Si au moins il pouvait donner envie à d’autre studios de porter de meilleurs jeux smartphones sur PSVita ce serait déjà pas mal.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

2013 : Infected Wars

2013 : Infected Wars

5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité