Le site non officiel n° 1 de la PSP  

>Vous êtes ici : Accueil » PSP » Patapon 3 » Test

Test de jeu / PSP / Patapon 3

Patapon 3

Patapon 3

FaceBook Twitter
Envoyer

Aux côtés de LocoRoco, Patapon est certainement la série de l’ère PlayStation Portable qui restera le plus longtemps en mémoire. Développé exclusivement pour ce support, cet alliage de jeu de rythme, de jeu de stratégie et de jeu de rôle a réussi à trouver son public grâce à son côté innovant et à son enrobage graphique attachant. Ce troisième volet sonne le glas de la première portable de Sony, mais on croise les doigts pour retrouver la série un jour sur PlayStation Vita.

Patapon : clap troisième

Quand un jeu vidéo a l’honneur d’arriver à son troisième chapitre, il est évident que cette suite est avant tout destinée aux habitués, aux fans de la série qui ont déjà pratiqué les premiers jeux. Rien d’étonnant alors à ce que Patapon 3 permette d’importer ses sauvegardes du second volet pour octroyer des bonus fidélité aux joueurs. Faisant toutefois table rase du passé, l’histoire du jeu vous place une nouvelle fois aux commandes d’une troupe de Patapon - ces êtres dont le corps et la tête ne sont qu’un gros œil - ayant invoqué Dieu (vous) pour les aider dans leur lutte contre une malédiction.

Plus spectaculaire que par le passé, le jeu vous demande d’incarner un héros légendaire parmi une sélection de trois. A chacun correspond une couleur et une arme spéciale : épée, arc ou lance. Particularité des héros, ils sont plus grands, plus forts, en armure et peuvent revenir à la vie quelques secondes après être tombés au champ d’honneur. A l’aide d’un porteur de drapeau – le Hatapon, dont la seule mort est synonyme de Game Over – et de trois soldats, vous voilà prêts à bouter du malandrin hors de vos terres.

Patapon 3 - 25 Patapon 3 - 24 Patapon 3 - 23 Patapon 3 - 21

Vous devez donner des ordres à votre escouade pour gagner du terrain sur les niveaux au défilement horizontal et combattre l’ennemi (c’est le côté stratégique). Pour ce faire, il vous suffit de taper la mesure sur votre tambour de guerre à l’aide des touches de la console en respectant le tempo imposé par le jeu (ça c’est le côté rythme). Le système d’ordres correspond à une mesure en quatre temps, chaque touche correspondant à une « note » et chaque combinaison de « notes » délivrant un ordre. Si carré, carré, carré, rond correspond à l’ordre « marche », d’autres ensembles ordonnent à vos unités d’attaquer, de se défendre derrière leur bouclier, de charger sur l’ennemi, de faire machine arrière ou de sauter. Il faut même des coups de tambour pour mettre le jeu en pause. Une bonne chose pour les déficients en mémoire : les combinaisons sont rappelées en bas de l’écran, dans le cadre noir qui donne au jeu un 16/9 digne d’un film.

Simple dans le concept, le jeu nécessite tout de même un minimum de coordination pour conserver l’entrain des soldats et déclencher le mode fièvre qui décuple l’enthousiasme. Surtout, il faut souvent réaliser un sans-faute pour survivre aux affrontements particulièrement délicats contre des ennemis plus grands, même durant les premières heures de jeu. Pour remédier à cette débâcle, il est toujours possible de revenir en arrière et de refaire certains niveaux pour gagner en expérience (la partie jeu de rôle, enfin). Comme dans un RPG traditionnel, les combats sont sanctionnés par des points d’expérience qui gonflent votre niveau.

On connait la chanson

Vos victoires vous rapportent de l’argent, de nouvelles armes et de l’expérience. Les niveaux supérieurs atteints, vos hommes peuvent porter de nouveaux équipements et apprendre de nouveaux talents de combat. Votre héros lancier peut ainsi chevaucher sa monture pour attaquer l’ennemi. Un petit tour dans la baraque de votre village permet de faire une rapide revue des troupes, une option d’optimisation permettant de sélectionner automatiquement les meilleurs items pour les p’tits gars. On trouve également une armurerie dans le village – servant uniquement à vendre de vieux outils pour se faire du pognon – une forge pour améliorer armes et armures et le maitre obélisque, la carte du monde qui vous envoie combattre.

Patapon 3 - 22 Patapon 3 - 20 Patapon 3 - 19 Patapon 3 - 18

N’oublions surtout pas la présence du totem d’équipe qui permet d’ouvrir une porte vers le monde extérieur. En effet, il est possible d’inviter un autre joueur dans sa partie afin de tenter les missions en coopération, aussi bien en Ad Hoc qu’en Wifi. Vu la difficulté de certaines scènes, l’idée est loin d’être mauvaise. Ce mode permet aussi d’affronter des adversaires en duel, jusqu’à huit en équipes. Les duels, également présents en solo dans le mode histoire, consistent à prendre le contrôle d’un maximum de tourelles neutres sur une carte jusqu’à la forteresse ennemie. Un peu à la manière d’une capture de zone dans un FPS lambda, vous avancez entre les flèches ennemies pour gagner du territoire et marquer des points. Si vous n’êtes pas mort d’ici là, un chronomètre mettra fin à la partie et désignera le vainqueur au nombre de points. Contrairement à la coopération vraiment digne d’intérêt, les duels sont trop bourrins (les joueurs ont tous un héros) et parfois même déséquilibrés pour convaincre sur la longueur. M’enfin, ils ont le mérite d’exister et d’ouvrir la série à plus de convivialité.

Graphiquement superbe avec ses décors colorés, ses effets d’ambiance (fumée, flammes) et ses personnages mignons à souhait, Patapon 3 jouie d’une esthétique attrayante à défaut de pousser la console dans ses derniers retranchements. Les musiques sont entrainantes, les temps de chargement courts une fois l’installation optionnelle effectuée, et l’investissement garantit des heures de plaisir avec un poil de frustration et d’énervement compte tenu de la difficulté. Mais c’est comme ça qu’on l’aime.

Patapon 3 - 15 Patapon 3 - 14 Patapon 3 - 2 Patapon 3 - 1



test écrit par

  • Graphismes

    8 / 10

    Les graphismes en 2D sont magnifiques, colorés et parfaitement animés. Les personnages affichent un capital sympathie toujours intact même si l'humour est moins présent.

  • Jouabilité

    8 / 10

    A moins d'être allergique aux rythmes musicaux, il suffit de presser la bonne touche au bon moment pour donner un ordre à ses troupes. Pour être efficace par contre, il faut du talent.

  • Son

    8 / 10

    Les phrases magiques qui déclenchent des ordres sont devenues cultes à mesure des épisodes, c'est dire à quel point les écouteurs sont indispensables pour profiter à fond du potentiel du jeu.

  • Durée de vie

    7 / 10

    Si le jeu occupe pendant si longtemps, c'est aussi en raison de la difficulté de certains affrontements qui pousse à refaire les niveaux plusieurs fois.

  • Fun

    7 / 10

    La série Patapon offre toujours un bon moment de jeu vidéo même si, en comparaison des autres volets, celui-ci peut paraitre plus sombre voire carrément bourrin par moment.

• Graphiquement magnifique
• Le plaisir de faire progresser son équipe
• La coopération en ligne

• Difficulté parfois frustrante
• Moins festif que les autres

7 / 10

Verdict

Le troisième volet de la série Patapon comblera facilement les fans déjà acquis à la cause du tambour magique. Le principe reste égal à lui-même mais certains changements comme la présence des héros, le nombre réduit d'unités et l'expérience à glaner suffisent à renouveler avec brio un concept qui a fait ses preuves. L'ouverture de l'UMD vers le monde extérieur - avec notamment le mode coopération - est également une trouvaille à saluer. Un bon jeu.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Patapon 3

Patapon 3

7 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité