Le site non officiel n° 1 de la PSP  


>Vous êtes ici : Accueil » PSP » BlazBlue Continuum Shift II » Test

Test de jeu / PSP / BlazBlue Continuum Shift II

BlazBlue Continuum Shift II

BlazBlue Continuum Shift II

FaceBook Twitter
Envoyer

La série BlazBlue n’en est pas à son coup d’essai puisque le jeu de baston d’Arc System Works a déjà œuvré par deux fois sur PlayStation 3, et une première sur PlayStation Portable. Cette seconde mouture sur la nomade de Sony entend bien taper un grand coup sur le clou, clou qui sera définitivement enfoncé avec le BlazBlue Continuum Shift II Extend de la PlayStation Vita, d’ores et déjà annoncé. Concrètement, il s’agit simplement d’un portage de la version de salon – avec quelques bonus tout de même – qui se cale avec délicatesse entre sa grande sœur et la future version ultime. Faut-il craquer pour autant ? Réponse dans ce test.

Comme à la maison

Malgré les critiques légitimes qu’il a connu, il faut bien reconnaitre qu’à sa sortie l’UMD proposait une grande capacité de stockage pour des jeux nomades. Avec toute cette place, les développeurs arrivent généralement à proposer un contenu similaire à celui que l’on retrouve à la maison pour les jeux présents sur les deux supports. BlazBlue ne déroge pas à cette règle en proposant des modes de jeu en pagaille.

BlazBlue Continuum Shift II - 14 BlazBlue Continuum Shift II - 10 BlazBlue Continuum Shift II - 9 BlazBlue Continuum Shift II - 4

Entre le mode Didacticiel qui permet d’apprendre les rudiments des jeux de baston 2D de manière générale et le mode Entrainement qui permet de se préparer spécifiquement pour ce titre en altérant les réactions adverses, les novices n’auront aucune excuse en cas de défaite. Une fois les bases acquises, on retrouve l’incontournable mode Arcade pour cartonner dix adversaires sans engagement, un mode Attaque au Score pour pulvériser les chiffres avec fierté, un mode Versus pour affronter des véritables adversaires et un mode Défis qui consiste à battre son adversaire selon certaines conditions. Du classique mais de l’efficace, même si l’on regrette que le mode Versus ne soit accessible qu’en Ad Hoc afin de préserver une parfaite fluidité.

Les parties les plus intéressantes se feront dans le mode Légion 1.5, le mode Abyss inédit et le mode Histoire. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, le mode Histoire perd rapidement de son intérêt puisque les pages de dialogues sont intégralement en anglais et donc pas forcément compréhensibles par tous. On se contentera alors d’enchainer les combats sans savoir pourquoi, comme on le ferait dans n’importe quel autre mode. De son côté, le nouveau mode Abyss dissimule bien mal un simple mode survival couplé à quelques notions de RPG. En effet, une monnaie gagnée à l’issue des combats victorieux sert à s’acheter des améliorations en attaque, défense, vie ou encore rapidité. Comme son nom le laisse entendre, plus on progresse et plus on s’enfonce dans une difficulté perverse.

BlazBlue Continuum Shift II - 7 BlazBlue Continuum Shift II - 6 BlazBlue Continuum Shift II - 5

Reste le mode Légion 1.5, version légèrement améliorée d’une sorte de jeu de plateau dans lequel on se constitue une armée des adversaires battus. Sur une toile d’araignée, on sélectionne sa destination, on combat l’ennemi qui se trouve sur le nœud, on le récupère dans son armée, on prend de l’expérience, on se soigne sur les cases prévues à cet effet et on affronte des boss avec le sourire. Ceux qui connaissent la série seront en terrain connu, les autres assimileront rapidement les règles.

Vos prouesses dans les différents modes vous octroient des deniers à claquer dans la galerie. Cinématiques façon animé japonais, musiques pop-techno, effets sonores, voix anglaises ou nippones et images stylisées sont à débloquer. Les créateurs de Guilty Gear ont encore une fois pris grand soin des personnages féminins aux poitrines généreuses, des mecs aux coupes improbables et des personnages au design délirant. Un style manga qui oscille entre le robotisé, l’animal et le grotesque.

Les mêmes qualités, les mêmes défauts

Cette version de poche fait dans l’exhaustivité et contient de série les trois personnages bonus que l’on peut trouver sur le PlayStation Store dans la version de salon. La schizophrène Platinuum et ses trois personnalités, le lycanthrope Valkenhayn et sa transformation en loup-garou et la mignonette femme-écureuil Makoto sont ainsi de la partie pour un total de 18 têtes d’affiche réellement différentes. Le compteur affiche également une trentaine de niveaux aux décors fouillés et en mouvement, pour le plaisir des yeux. La rétine est également flattée par des attaques gorgées d’effets pyrotechniques et par des animations fluides et détaillées. On ne peut pas vraiment en dire autant des personnages un poil pixélisés et petits dans ces grandes arènes.

BlazBlue Continuum Shift II - 4 BlazBlue Continuum Shift II - 3 BlazBlue Continuum Shift II - 2

De grande qualité sur toute la longueur, ce portage PSP souffre néanmoins des quelques petits défauts récurrents et propres au support : l’attente et la prise en main. Les temps de chargement entre les combats sont un tantinet longuets, d’autant qu’il n’est pas possible d’installer le jeu sur la Memory Stick. Côté jouabilité, on retrouve l’habituelle rigidité de la croix directionnelle - le soft n’est pas jouable au stick - et l’absence de deux gâchettes, même si rien de pénalisant n’est à déplorer. Avec un peu d’entrainement on arrivera sans problème à sortir les meilleures attaques, prises, combos, boules de feu et contres. Au pire, les moins doués pourront toujours se rabattre sur l’option Stylish qui automatise certaines combinaisons au meilleur moment. C’est moins valorisant mais plus pratique.



test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    Des décors vivants, des effets spéciaux qui veulent en mettre plein la vue mais des personnages un peu trop pixélisés et presque trop petits dans ces grands niveaux.

  • Jouabilité

    7 / 10

    Le mode Stylish devrait aider les moins doués, les autres pourront se débrouiller seuls après un court passage dans le mode entrainement. L'absence de deux gâchettes ne se fait pas tellement sentir.

  • Son

    6 / 10

    Musiques techno-pop dynamiques mais peu mémorables, doublages corrects en anglais et japonais pour les aficionados.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Entre les modes Histoire, Abyss et Légion, le titre propose d'autres choses que l'éternel mode Arcade aussi court qu'inintéressant. Il y a de quoi faire, même s'il faut juste débloquer des images dans la galerie, les personnages le sont déjà tous.

  • Fun

    7 / 10

    La PlayStation Portable prouve une fois de plus qu'elle n'a pas dit son dernier mot et qu'elle reste une plateforme de choix pour tuer le temps, et quelques adversaires.

• Trois personnages de plus
• Un mode inédit
• Beau et jouable

• Entièrement en anglais
• Temps de chargement
• Uniquement en Ad Hoc

7 / 10

Verdict

Calé entre une version PlayStation 3 plus performante et une future version PlayStation Vita plus complète, ce BlazBlue Continuum Shift II constitue tout de même un amuse-bouche de choix pour tous les amateurs de baston 2D. Ce portage réalisé avec soin est jouable et prenant malgré son absence de traduction, ses temps de chargement longuets et son manque de mode Infrastructure. Faites chauffer les pouces !

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

BlazBlue Continuum Shift II

BlazBlue Continuum Shift II

7 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 9.9 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité