Test de Wasteland 2 : Director's Cut sur PS4

Wasteland 2 : Director's Cut

Wasteland 2 : Director's Cut

Terme habituellement consacré au cinéma, la Director's Cut fait référence à la touche finale du montage d'un film attribuée à son réalisateur. Dans le jeu vidéo, cet argument marketing fait généralement référence à une version retouchée d'un hit existant pour le peaufiner un peu plus. On se souvient tous de la version Director's Cut du premier Resident Evil qui modifiait certains angles de caméra, rajoutait une arme, un ennemi et une démo jouable du second volet. Dans le cas de Wasteland 2, cette réédition (un an après la sortie de la version originale sur PC) apporte des améliorations d'ordre esthétique, sonore et ergonomique. Le public consoles n'y verra de toute façon que du feu, n'ayant pas eu la première mouture entre les doigts. Passage en revue des troupes.

Apocalypto

Comme son nom le laisse deviner Wasteland 2 est une suite, le second volet d'un tactical-RPG de 1988 que seuls les vieux de la vieille doivent connaître. Réalisé à l'époque par le jeune Brian Fargo (qui réalisera par la suite le premier Fallout en 1997), c'est ce même vieux briscard qui a œuvré sur ce numéro deux, désormais sous le contrôle du studio inXile Entertainment qu'il a lui-même crée. Une campagne participative via Kickstarter lancée en mars 2012 a donné au développeur les moyens financiers d'aboutir à une version finale sortie en septembre 2014 sur PC et couronnée de succès depuis. Un an après, un portage amélioré est sorti le 16 octobre sur PlayStation 4 pour 39,99€.

Reprenant le cadre post-apocalyptique de son prédécesseur, Wasteland 2 glisse le joueur dans la peau du leader d'une escouade de Rangers du Désert formant le dernier rempart entre ce qui reste de la civilisation après une guerre nucléaire et le chaos total. Au nombre de quatre, les membres de votre équipe peuvent être sélectionnés parmi un casting hétéroclite créé par les développeurs (entre chasseur, sniper, médecin de combat, négociateur….) ou fabriqués de vos propres mains. L'éditeur répond aux exigences en matière de jeux de rôle en permettant de choisir le nom, l'image, le sexe, l'âge, le caractère, la religion, l'ethnie et même d'écrire la biographie de son équipe avant de se lancer dans la traditionnelle répartition de points de compétence d'avant-partie. Améliorer directement les compétences de base des personnages (comme leur affinité avec un type d'arme) puis leur choisir des talents (en crochetage, secourisme, informatique...) vous donnera un avantage certain avant d'errer sur les terres irradiées d'Arizona. Certains prérequis sont en outre nécessaires pour des actions en apparence anodines comme se soigner ou soigner autrui, alors spécialiser ses hommes est une nécessité pour ne pas échouer très rapidement. Votre survie en dehors des affrontements passera également par une bonne exploration de la carte du monde et de ses oasis aux ressources à piller, et par une bonne gestion de vos stocks d'eau (votre équipe s'assèche durant ses déplacements) et du poids que vos gars peuvent porter (plus ils sont chargés et plus ils sont lents). Votre inventaire n’est pas sans fond alors vous devez arbitrer entre les armes, les armures et les objets à revendre en boutique. Un minimum de stratégie est donc vital si vous voulez voir la fin du jeu.

Vieux mais pas obsolète

Si l'exploration du Wasteland est motivée à la base par une simple mission donnée par votre supérieur hiérarchique, elle dérape rapidement en raison de nouvelles quêtes secondaires récupérées au détour de conversations avec des personnages non jouables (dont certains rejoindront votre équipe le temps d'une mission) ou reçues directement par radio (vous êtes constamment en contact). Libre à vous d’ignorer ou de répondre aux appels au secours, pour coller au plus près de la trame principale ou vous en éloigner, sachant qu'une sortie de route est généralement récompensée par l'obtention de nouveaux objets / armes et par la prise d'expérience supplémentaire. Chaque niveau obtenu octroie de nouveaux points à attribuer à ses troupes pour débloquer de nouvelles compétences à retrouver sur une roue de talents accessible depuis le bouton L2. Ainsi, les nouvelles actions déverrouillées vous donnent des possibilités différentes pour une même solution : une porte verrouillée peut par exemple s'ouvrir en obtenant le code par le dialogue, en crochetant sa serrure ou en l'explosant avec une arme lourde type lance-roquettes. Dans les trois cas vous atteindrez la salle suivante mais à votre façon, rendant l'expérience unique et personnalisée. De même de multiples choix de réponses aux nombreux dialogues ont des conséquences sur le déroulement de l'histoire, donnant l'impression de vivre sa propre aventure.

Wasteland 2 : Director's Cut - 5Wasteland 2 : Director's Cut - 6Wasteland 2 : Director's Cut - 3Wasteland 2 : Director's Cut - 2

Les déçus de l'orientation FPS prise par la série Fallout depuis le troisième opus seront heureux de retrouver avec Wasteland 2 tout l'esprit du tactital-RPG à l'ancienne comme on en trouvait sur PC dans les années 80-90. Doté d'une vue aérienne faisant apparaître ses personnages comme dans un jeu de plateau, de longs dialogues textuels et de combats au tour par tour, cette suite est la digne héritière spirituelle de la licence à l'époque d'Interplay. Les combats prennent la forme d'une sorte de damier sur lequel on fait progresser et agir ses personnages de case en case en fonction du nombre de points d'action en notre possession. Le champ de bataille est cartographié en deux couleurs, le bleu représente la zone sur laquelle vous pourrez vous déplacer en vous laissant suffisamment de points pour tirer tandis qu'entrer en zone jaune vous privera d'une attaque mais vous rapprochera grandement. Comme dans Fallout on retrouve un tir de précision (à la réussite variable) permettant de viser une partie précise du corps de notre cible pour le ralentir (visez les jambes), percer son armure (visez le torse) ou tenter de faire mouche (visez la tête). Évidemment, vos attaques et celles de l'ennemi peuvent échouer selon tout un tas de paramètres (maîtrise de l'arme, usure, distance, armure, obstacles...) ce qui confère une dimension tactile bienvenue. Enfin, à l'instar du récent X-COM : Enemy Unknown, il est possible de se planquer derrière des éléments du décor pour se protéger ou pour prendre l'ennemi à revers quand la topographie le permet. Vous pouvez même prendre l'initiative du combat en attaquant votre cible par surprise. Classique mais toujours aussi efficace avec ses énormes possibilités.

N***e la police !

Pour célébrer sa sortie sur consoles, Wasteland 2 devait sortir en édition Game of the Year avant d'être modifié en Director's Cut, sans doute pour bien faire remarquer qu'il s'agit d'une version corrigée, plus aboutie, et non simplement complète et vendue à prix doux. Visuellement parlant, le titre passe sous la version cinq du moteur Unity pour offrir un meilleur habillage composé d'un nouveau système d'ombres et lumières, de textures plus détaillées et de nouveaux modèles de personnages profitant d'une meilleure définition. Pas de quoi s'extasier pour autant, la réalisation restant relativement modeste au regard des productions actuelles ou futures sur la console. A titre de comparaison, Diablo III, Overlord : Fellowship of Evil ou encore Divinity Original Sin Enhanced Edition impressionnent plus que les décors délabrés, la carte dépouillée et les effets peu spéciaux de cette production. Certes, ces titres ne partagent pas les mêmes univers alors mettons ces lieux épurés sur le compte des bombes atomiques. Niveau sonore, les principales scènes sont désormais doublées et de nombreux dialogues jouissent également de voix anglaises en complément du texte. Compte tenu du nombre de lignes de texte présentes dans le jeu ne vous attendez néanmoins pas à des doublages partout, vous devrez quand même vous farcir des pages de lecture à l'écran, chose pratiquement impossible puisque la police d'écriture (déjà pas bien grande) se réduit automatiquement sur les phrases les plus longues pour entrer dans les cases. Un subterfuge absurde pour glisser les textes dans la nouvelle interface consoles qui nécessite d'urgence un patch tant la lecture est pénible en l'état. C'est toute la compréhension du jeu qui en pâtit et ça entame autant la rétine que l'enthousiasme.

Ce portage s'adapte également, tant bien que mal, à la jouabilité à la manette alors qu'elle se fait naturellement avec le duo clavier / souris. Il en résulte des menus à l'ergonomie discutable dans lesquels on navigue avec les boutons L1/R1 et L2/R2 pour changer de personnage et de rubrique en se prenant parfois (souvent) les pieds dans le tapis. Le système de roues des armes (R2) et des talents (L2) à ouvrir pour ensuite s'orienter au stick analogique n'est pas l'idée du siècle, celle du placement de trois fonctions sur le bouton R3 pour jouer avec la caméra et consulter le journal non plus. Clairement, il faut un petit temps d'adaptation pour s'y retrouver et progresser sans se prendre la tête ailleurs que sur la police d'écriture. Une souris virtuelle ou une navigation au doigt sur le pavé tactile de la DualShock 4 auraient pu être deux  alternatives intéressantes. On comprend mieux pourquoi le cœur de cible de Wastesland 2 est le monde PC, un monde où les joueurs peuvent passer 80 à 100 heures devant leur écran  sans se cramer les yeux, à progresser lentement dans les menus, à lire des pages de texte et à combattre pendant de longues minutes au tour par tour. Sur consoles, avec une audience plus portée sur l'immédiateté de l'action, difficile de prédire si le jeu touchera un autre public qu'une niche d'hardcore gamers purs et durs. Mais ce serait dommage de ne pas essayer de passer outre la prise en main délicate tant l'aventure se veut riche, intelligente et incroyablement bien écrite.

test écrit par

  • Graphismes

    6 / 10

    Le moteur Unity 5 est loin d’en mettre plein la vue : décors ternes, niveaux dépouillés, personnages trop peu détaillés et absence totale de mise en scène. L’intérêt est ailleurs.

  • Jouabilité

    6 / 10

    La prise en main nécessite un inévitable temps d’adaptation sur consoles et la police d’écriture à taille variable rend certains textes illisibles. Un patch, vite !

  • Son

    7 / 10

    Plus de doublages anglais pour mettre dans l’ambiance et les musiques, discrètes, sont composées par l’auteur de celles de Fallout 1 et 2.

  • Durée de vie

    9 / 10

    Entre les choix à prendre aux conséquences visibles, les quêtes annexes et la lenteur générale des combats, comptez entre 80 et 100 heures pour le boucler.

  • Fun

    8 / 10

    L’ambiance post-apocalyptique et la qualité d’écriture des dialogues donnent envie de progresser malgré la lenteur générale et certains combats très difficiles.

• Du tactical-RPG à l’ancienne
• La durée de vie, le prix
• L’ambiance et l’humour discret

• Textes illisibles
• Prise en main perfectible
• Visuellement austère

8 / 10

Verdict

A l’heure où la série Fallout s’est davantage tournée vers le shooter-RPG, Wasteland 2 : Director's Cut arrive comme un salvateur retour aux sources du tactical-RPG post-apocalyptique. La création de ses personnages, la vue de dessus, les combats stratégiques au tour par tour et les nombreuses compétences à acquérir rappelleront forcément de bons moments aux joueurs ayant passés des heures en terres irradiées au siècle dernier. Ce portage sur PlayStation 4 s’est sort correctement même si la prise en main aurait gagné à être plus intuitive et les textes plus gros pour être lisibles sans avoir à toucher la télévision avec le nez. Heureusement, son prix accessible et son énorme durée de vie compensent un peu ce manque de finition.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Avatar de MeWa
    MeWa
    le 20 octobre 2015 à 10h13


    T'as opté pour le 8 finalement. ;) Je le prendrai après Fallout 4, si ils le patchent comme il faut pour la police.
  • Avatar de Vincent
    Vincent
    le 20 octobre 2015 à 11h16


    Oui, je te conseille d'attendre parce que pour le moment la police est vraiment pénible. En espérant qu'un patch soit effectivement à l'étude.
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Wasteland 2 : Director's Cut

Wasteland 2 : Director's Cut

8 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité