Test de Transformers : Devastation sur PS4

Transformers : Devastation

Transformers : Devastation

Annoncé juste avant l’E3 par Activision et développé par le talentueux studio PlatinumGames à qui nous devons des références telles que Bayonetta ou Vanquish, Transformers : Devastation a tout de suite marqué les esprits par sa réalisation colorée en cel-shading. Au premier coup d’œil on a vite compris que cette nouvelle adaptation des robots d’Hasbro ne lorgnait pas du côté du cinéma (des films de Michael Bay donc) mais bien du côté du dessin animé des années 80. Tiré de la première génération de Transformers pour son esthétique tout en suivant la trame plus récente de Combined Wars, Devastation devrait aisément combler les fans.

Test réalisé à partir d’un code review fourni par l’éditeur.

Transmorphers : Devastation

Faisant fi d’un scénario lambda opposant une fois encore les Autobots aux Decepticons en prenant notre bonne vieille Terre pour terrain de jeu, Devastation va rapidement au cœur de son gameplay en proposant un beath-them-all robotisé avec une pointe de conduite dedans, transformation robot / véhicule oblige. Présentée uniquement du point de vue des gentils, cette aventure partiellement ouverte vous glisse dans les carcasses du leader Optimus Prime, du pitre Bumblebee, du guerrier Sideswipe, de l’ingénieur Wheeljack et du dinosaure Grimlock, ces deux derniers étant rapidement débloqués en cours de jeu. Cinq personnages jouables à alterner librement depuis l’Arche (votre QG) pour autant de subtilités manette en main. De par leurs simples différences physiques, les personnages disposent de leurs propres combos, de leurs propres armes et de leurs propres caractéristiques statistiques. Ils jouissent également de leurs propres attaques spéciales via le bouton L1 (un rush pour Sideswipe, une prise pour Grimlock, une attaque à 360° pour Optimus…) et de leur attaque ultime personnelle en pressant les deux sticks si une jauge circulaire en haut à gauche de l’écran est remplie. Même si cette dernière se recharge facilement en pulvérisant du menu fretin, cette action est à réserver de préférence aux boss vu leur nombre, leur résistance et leur tailles démesurée (par ici les combineurs).

Transformers : Devastation - 55Transformers : Devastation - 57Transformers : Devastation - 56Transformers : Devastation - 54

Si le géant américain Activision a mandaté le studio japonais PlatinumGames pour ce titre, c’est parce qu’il a fait ses preuves par le passé en manière d’action nerveuse et de gameplay millimétré. Ainsi, on ne s’étonnera pas de voir quelques routines empruntées à leurs précédents titres comme le système de combos progressif, des esquives qui, si bien placées, donnent lieu à un court ralenti pour enchainer son adversaire ou des évaluations lettrées de ses performances de combat une fois ceux-ci terminés (avec bonus financier en cas de bonne stats). Certaines parades demandent de se transformer à la volée en véhicule pour attaquer son opposant et on dispose de quatre armes placées sur les boutons de la croix directionnelle à alterner quand bon vous semble, y compris pendant un combo. Votre armurerie doit nécessairement contenir une arme de mêlée et une arme à longue distance mais les deux slots restants peuvent être remplis à votre convenance, en puisant parmi les armes glanées sur le terrain ou celles achetées dans la boutique accessible dans l’Arche entre les missions et à certains endroits de la carte. Même les robots extraterrestres ont recours à la monétisation de leurs échanges et les deniers récupérés en masse durant vos affrontements doivent ensuite être dépensés en armes, objets à usage unique ou aptitudes T.E.C.H dont la qualité varie en fonction d’un mini-jeu. Pressez le bouton Croix quand la jauge passe sur la zone sensible et c’est le jackpot, sinon c’est du second choix.

Métal parlant

Les armes possèdent un niveau d’expérience que l’on peut accroitre artificiellement en usant d’un système de synthétisation : on sélectionne une arme à détruire au profit d’une autre comme dans certains jeux de rôle. Ce procédé fonctionne aussi pour donner différents effets à ses armes comme la brûlure, le gel, la colle, le ralenti ou la rouille. Durant un affrontement cela se traduit par des avantages plus ou moins importants selon le type d’ennemi et sa sensibilité à une propriété. C’est surtout utile pour casser un enchainement ennemi ou le ralentir pour mieux prendre le dessus, mais ça témoigne surtout d’une volonté de donner plus de profondeur au gameplay qu’une simple destruction de robots sans réflexion. En parlant de profondeur, ceux qui aiment en avoir pour leur argent pourront prendre le temps de fouiner un peu partout à la recherche d’objets à collectionner, de planques d’armes cachées et de missions annexes à trouver dans la ville. Un mode défi d’une cinquantaine de missions à la difficulté croissante prenant la forme d’arènes de combats leur tend également les bras pour faire grimper la durée de vie de cinq à sept heures selon votre niveau de difficulté (au nombre de cinq en prenant en compte les deux derniers à débloquer faisant office de New Game +).

Vendu à un prix réduit de 49.99 euros sur PlayStation 4 et à peine 29.99 euros sur PlayStation 3, ce titre n’a pourtant pas le relent d’une production low-cost, comme en témoigne la présence de doubleurs officiels tels que Peter Cullen pour Optimus Prime (le jeu n’est proposé qu’en VO). Les graphismes sont de bonne qualité avec leurs couleurs chaudes et nuancées dignes d’une planche à dessin et leurs explosions qui en mettent plein la vue. La durée de vie est dans la moyenne du genre même si nous n’aurions pas été contre une partie du côté obscur des Decepticons ou des joutes en multijoueurs (coopération ou versus) pour doper un peu plus le temps de jeu. La prise en main est rendue accessible par un long tutoriel obligatoire et on pourra juste lui reprocher une caméra automatique pendant les combats pas toujours à la fête, surtout en cas de transformation abrupte. Ces changements libres en véhicules sont toujours sujets à caution, tantôt inutiles, tantôt pompeusement justifiés par le gameplay (pour briser des boucliers d’énergie à outrance) tantôt obligatoires durant des courses-poursuites brouillonnes où les obstacles ne sont pas toujours bien visibles dans le feu de l’action. Ils permettent néanmoins d’accélérer la traversée d’une ville fantôme sans le moindre soupçon d’animation dans laquelle les rues, les quartiers et les places paraissent identiques. Une plus grande variété dans les décors et les ennemis (seul la couleur de leur peinture varie parfois !) n’aurait pas été de trop mais compte tenu du budget alloué (qu’on imagine restreint), on peut dire que PlatinumGames a encore fait du bon boulot.

test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    Un bon cel-shading, de bonnes explosions, mais des décors et des ennemis trop semblables d’une mission à l’autre.

  • Jouabilité

    7 / 10

    Bonne prise en main malgré une caméra parfois égarée et des courses-poursuites pas toujours très lisibles à cette vitesse.

  • Son

    7 / 10

    Les doubleurs font le boulot, le son caractéristique des transformations est là mais les musiques passe-partout ne valent pas les thèmes de Steve Jablonsky.

  • Durée de vie

    6 / 10

    Entre cinq et sept heures selon le mode de difficulté puisque le jeu ne propose ni multijoueurs ni campagne du côté des Decepticons.

  • Fun

    7 / 10

    Les nostalgiques du dessin animé seront heureux de retrouver un jeu respectueux du matériau d’origine et enrobé avec goût.

• La réalisation stylée
• De l’action pêchue
• Cinq persos différents

• Une ville totalement déserte
• Des ennemis qui changent juste de peinture
• Pas de campagne Decepticons ni de multi

7 / 10

Verdict

Pas toujours traitée par le passé avec le respect qu’elle mérite, la licence Transformers reprend des couleurs avec cet épisode Devastation réalisé avec soin par les japonais de PlatinumGames. En reprenant les bases de leurs précédents beat-them-all, le studio insuffle l’énergie et la subtilité qui manquaient aux jeux de High Moon Studios sur Cybertron, déjà très corrects comparés aux adaptations des films. La réalisation fidèle au dessin animé et son prix plus doux que la moyenne penchent également en sa faveur. Les fans de robots qui parlent devraient enfin y trouver leur compte.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Avatar
    bartholomeus
    le 12 octobre 2015 à 15h50


    Bah, je me laisserais peut etre bien tenter. Changer un peu de style peu faire du bien. Par contre je vois pas pourquoi c est un point negatif qu il y ait pas de multi. Je vois pas l utilite ds ce type de jeu et puis si c est pour faire un jeu comme star wars battlefront, quel gachis.
  • Avatar de Bukaki
    Bukaki
    le 12 octobre 2015 à 18h50


    Il me tente bien parce que la licence semble pour une fois bien exploité (reprendre le DA des années 80 est un gros plus). Pour Noël peut être :)
  • Avatar de bejita
    bejita
    le 12 octobre 2015 à 23h19


    Il semble sympa, mais vu ce qu'il propose, le prix sur next gen aurait du se calquer un peu plus sur le prix des old gen, car 20 euros d'écart entre les deux versions pour un même jeu finissable en 5h sweat De toute façon quand j'étais gosse, je n'ai jamais été fan des Transformers, moi c'était la série des Macross :D Me rappel d'ailleurs d'un Battlecry qui n'était pas mauvais (tout est relatif :D ) sur PS2/xbox, lui aussi tout en cel shading.
  • Avatar de Kurita92
    Kurita92
    le 12 octobre 2015 à 23h35


    Même si on l'avait chambré, j'ai un pote qui m'a dit qu'il était excellent.
  • Avatar de Vincent
    Vincent
    le 13 octobre 2015 à 07h18


    Bah, je me laisserais peut etre bien tenter. Changer un peu de style peu faire du bien. Par contre je vois pas pourquoi c est un point negatif qu il y ait pas de multi. Je vois pas l utilite ds ce type de jeu et puis si c est pour faire un jeu comme star wars battlefront, quel gachis.

    Juste pour accroitre la duree de vie (artificiellement).
  • Avatar de ridfux
    ridfux
    le 13 octobre 2015 à 23h57


    De toute façon quand j'étais gosse, je n'ai jamais été fan des Transformers, moi c'était la série des Macross

    Moi c'était Goldorak alexderennes Mais j'aime bien Macross également :D
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Transformers : Devastation

Transformers : Devastation

7 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité