Test de Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark sur PS4

Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark

Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark

  • publié le 1er juin 2015 par
  • Plateforme : Uniquement sur PSN
  • Date de sortie :13/05/2015
  • Distributeur :Team 17
  • Genre :Plates-formes
  • Nb de joueurs :1

Mondialement connu pour ses séries Alien Breed et Worms, le studio britannique Team 17 fait aussi depuis quelques temps office d’éditeur pour plusieurs développeurs indépendants triés sur le volet. C’est le cas d’Italic Pig qui vous propose aujourd’hui de plonger au cœur de la matière dans son jeu de plateforme déjanté et rafraichissant.

Quelque part dans l’univers, sur un atome tout ce qu’il y a de plus de banal, rien ne va plus dans le Zoo des Particules : une catastrophe d’origine inconnue a libéré toutes les particules primitives et le chaos règne désormais en maître dans ce lieu autrefois joyeux. Désemparés face à une telle situation, les gardiens du zoo décident de lancer un appel de détresse à leur plus précieux allié : le chat de Schrödinger !

Un humour de physicien

Si le titre du jeu d’Italic Pig rappelle immédiatement celui du premier film de la série Indiana Jones (« Raiders of the Lost Ark » en anglais ou « Les Aventuriers de l’Arche Perdue » chez nous), les autres références qui émaillent l’aventure seront sans doute moins évidentes à comprendre par le commun des mortels. D’abord parce que l’ensemble du jeu est présenté en anglais et que les sous-titres français ont parfois du mal à retranscrire fidèlement l’humour des dialogues, ensuite et surtout parce que les développeurs et les scénaristes ont été puiser leur inspiration dans un domaine a priori mystérieux pour le grand public : la physique quantique. De fait, il est peu probable que tous nos lecteurs sachent que le chat de Schrödinger est une expérience théorique imaginée par le physicien du même nom, expérience que nous ne tenterons en aucun cas d’expliquer ici : les plus courageux pourront toujours faire un tour sur Wikipedia pour voir de quoi il retourne !

Là où les choses deviennent amusantes, c’est qu’une grande partie du gameplay de Raiders of the Lost Quark s’appuie plus ou moins directement sur des notions de physique quantique. Dans sa quête pour rétablir l’ordre au sein du Zoo des Particules, notre chat pourra par exemple ramasser des quarks de différentes couleurs baptisés haut (jaune), bas (bleu), vérité (vert) et beauté (rouge) : des noms apparemment inventés par les développeurs pourtant bel et bien utilisés par la communauté scientifique ! Plus fort, ces quarks peuvent être assemblés trois par trois (grâce aux boutons L1/R1/L2/R2) afin de faciliter la progression de notre héros moustachu au sein des niveaux, tous comme ils se groupent en trio dans la nature pour former protons et neutrons. Alors bien sûr les véritables quarks ne permettent pas à un chat de voler, d’assommer des ennemis, de tirer des missiles ou d’utiliser un parachute, mais l’idée de base est bel et bien là.

Dans le même genre, sachez que les niveaux traversés sont infestés de trois types de créatures à savoir les gluons, les leptons et les bosons : des particules élémentaires réelles, ici mises en scène de manière amusante par Italic Pig et que vous devrez capturer pour les renvoyer dans leur enclos. Attention toutefois, s’il est facile de mettre hors d’état de nuire un gluon ou un lepton en le frappant (carré) ou en lui envoyant quelques missiles, les bosons se montrent bien plus dangereux en raison de leur grande taille. Mieux vaut laisser deux bosons mâles (les wozons) ou femelles (les zozons) se battre en duel afin qu’ils s’épuisent, ou bien mettre en présence un spécimen de chaque genre afin que la demoiselle attire le gentilhomme vers un précipice faisant office de piège ! Une technique qui permettra par ailleurs de progresser dans certains niveaux lorsqu’un gros wozon vous bloque la route.

Des niveaux perfectibles

Si le mécanisme des quarks à assembler est utilisé tout au long du jeu, on note toutefois l’existence de trois types de niveaux différents (sans compter celui du boss final totalement atypique). Les premiers sont générés aléatoirement en début de partie, renferment une quantité impressionnante de quarks, et nécessitent de les utiliser au mieux pour capturer toutes les bestioles qui s’y trouvent. Plutôt amusants, ces niveaux souffrent tout de même à la longue d’une impression flagrante de déjà-vu : le système de génération aléatoire semble en réalité agencer de manière différente des zones prédéfinies, et on retrouve donc souvent les mêmes passages avec les mêmes difficultés que l’on finit par anticiper facilement.

Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 12Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 13Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 6Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 9

Les seconds offrent un nombre limité de quarks et vous imposent d’atteindre la sortie en les utilisant intelligemment : pour chaque obstacle ou groupe d’obstacles, il faut choisir avec soin les combos permettant d’avancer (il en existe 14 en tout) afin d’avoir suffisamment de quarks en réserve pour la suite. Un zoom (Triangle) vous permet d’avoir une vision un peu plus globale de l’aire de jeu, mais il arrive dans les niveaux avancés que le choix de telle ou telle combinaison se fasse au petit bonheur la chance. Ces niveaux restent toutefois les plus réussis pour peu que vous ayez envie de faire un peu marcher vos méninges.

Dernier type de niveau, les courses-poursuites dans lesquelles le scrolling horizontal automatique vous pousse à décider et à réaliser rapidement vos combos afin d’éviter les pièges sans être rattrapé par le terrifiant monstre qui cherche à vous dévorer : sans doute les phases de jeu les plus frustrantes puisque basées  sur le principe du die and retry (meurs et recommence), elles ont l’avantage d’être assez rares avec seulement trois occurrences.

Une technique tout juste correcte

Pad en main notre chat se dirige facilement après s’être habitué en quelques minutes à son inertie un tantinet prononcée (les fans de Sackboy seront aux anges !). Quelques petits bugs peuvent parfois le bloquer dans le décor sans qu’aucune échappatoire ne soit possible, mais il suffit alors de passer par le menu Pause pour reprendre l’aventure au dernier checkpoint activé.

Graphiquement le titre d’Italic Pig souffle le chaud et le froid, avec un héros et des personnages non jouables réussis dont le design n’est sans rappeler un certain Day of the Tentacle, et des décors allant du mignonnet au tout juste acceptable. Les arrière-plans notamment, utilisés pour donner un peu de profondeur au rendu, se montrent parfois proches du hideux.

Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 10Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 7Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 8Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark - 11

Côté bande son les choses sont nettement plus convaincantes avec des musiques certes un peu répétitives mais globalement réussies, et des effets corrects. Mais sa vraie force réside dans ses dialogues bourrés d’humour dont les jeux de mots feront forcément sourire les joueurs qui ne sont allergiques ni à la langue de Shakespeare, ni à la physique quantique.

Terminons avec un mot sur la durée de vie, atteignant les quatre ou cinq heures si vous vous contentez d’atteindre le générique de fin mais qui peut facilement gonfler de deux ou trois heures supplémentaires si vous cherchez à capturer toutes les créatures du zoo. Attention toutefois, vous ne pourrez pas terminer votre chasse aux particules après avoir affronté le boss final : si vous souhaitez décrocher tous les trophées dès votre première partie, il vous faudra donc vous acquitter de cette tâche en priorité !

test écrit par

  • Graphismes

    5 / 10

    Le chat, les quarks, les PNJ et les créatures du zoo bénéficient d’un design simple mais mignonnet, tandis que les arrière-plans vont du sympathique au très quelconque. Rassurez-vous, l’animation est parfaitement fluide.

  • Jouabilité

    7 / 10

    La maniabilité du chat ne pose aucun problème une fois l’inertie du jeu appréhendée, et les combos à base de quarks sont bien trouvés. Les trois niveaux de course/poursuite peuvent se montrer un tantinet frustrants.

  • Son

    8 / 10

    Les musiques sont relativement réussies mais peuvent se montrer répétitives lors de longues sessions de jeu. Les dialogues (en anglais) fourmillent de jeux de mots bien trouvés et leur ton décalé s’avère très plaisant.

  • Durée de vie

    6 / 10

    Il vous faudra quatre ou cinq heures pour atteindre le générique de fin si vous ne cherchez pas à capturer toutes les créatures en liberté. Ajoutez deux ou trois heures pour atteindre les 100%.

  • Fun

    7 / 10

    Les niveaux dans lesquels le joueur est limité en quarks sont bien trouvés, mais ceux générés aléatoirement répètent trop souvent les mêmes structures. Quelques allers-retours inutiles sont aussi à noter.

• Une bonne prise en main
• Les combos à base de quarks
• La bande son

• Graphiquement léger
• Les niveaux générés aléatoirement
• Les courses/poursuites

7 / 10

Verdict

Bourré d’humour et bien pensé côté gameplay, Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark est une bonne surprise qui apporte un peu de fraîcheur aux jeux de plateforme. Certes le titre d’Italic Pig ne révolutionne pas le genre et pêche un peu par son rendu pas toujours folichon, mais ses dialogues déjantés et ses combos de quarks vous permettront de passer un agréable moment en sa compagnie. A 8.99€, vous pouvez vous laisser tenter !

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark

Schrödinger's Cat and the Raiders of the Lost Quark

7 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Sur le même sujet

Publicité