Test de Saint Seiya : Soldiers' Soul sur PS4

Saint Seiya : Soldiers' Soul

Saint Seiya : Soldiers' Soul

  • publié le 2 octobre 2015 par
  • Plateforme : PS4 et PSN
  • Date de sortie :25/09/2015
  • Développeur :Dimps
  • Distributeur :Bandaï Namco
  • Genre :Combat
  • Nb de joueurs :1 à 2Online :Oui

Jamais aussi bien représentée en jeux vidéo que les séries Dragon Ball Z ou Naruto, la licence Saint Seiya tente une troisième incursion sur PlayStation 3 et une première sur PlayStation 4 avec Soldiers' Soul. Déjà largement critiqué par la presse spécialisée, ce jeu de combat perfectible a mis un peu plus de temps à traîner sa cosmo-énergie jusqu'à notre rédaction. Désormais entre nos mains, nous pouvons nous aussi vous faire part de notre déception même si objectivement la série fait de mieux en mieux sans encore atteindre des sommets.

Désolé, nous sommes complets

Inutile de tourner autour du pot plus longtemps, le service marketing de Bandai Namco a suffisamment fait l'éloge de l'arc Asgard dans Saint Seiya : Soldiers' Soul pour noter que sa présence constitue la plus grande nouveauté de ce titre, et de loin. Le mode histoire baptisé cette année Légende du Cosmos couvre enfin les quatre chapitres de cet animé culte. La bataille du Sanctuaire, celle d’Asgard, de Poséidon et d'Hadès se retrouvent enfin réunies sur la même galette avec la possibilité de passer de l'une à l'autre sans nécessairement avoir terminé la précédente. L'autre bonne nouvelle, c'est que les horribles pages de texte à lire sur fond d’images fixes et de renders statiques du précédent volet ont disparu au profit d'une narration faisant de nouveau la part belle aux cut-scenes réalisées avec le moteur du jeu. Elles auraient certes mérité une mise en scène plus nerveuse mais c'est nettement plus agréable à suivre ainsi. Les voix japonaises feront plaisir aux fans mais on déplore une fois de plus l'absence des superbes musiques originales. Les participants de la dernière Pegasus Symphony auront les oreilles qui saignent à l'écoute des thèmes d'ambiance tous plus médiocres les uns que les autres.

Saint Seiya : Soldiers' Soul - 23Saint Seiya : Soldiers' Soul - 22Saint Seiya : Soldiers' Soul - 21Saint Seiya : Soldiers' Soul - 19

Le déroulé du mode histoire (découpé en missions) est le même que précédemment et on va encore devoir se farcir plusieurs fois d'affilée le même adversaire sur plusieurs combats, selon la narration, en le voyant prendre des bonus (de vie, d'endurance, de force...) d'un round à l'autre. L'impression de redondance est rapidement présente malgré des défis facultatifs à réaliser (des conditions de victoire) pour avoir un meilleur rang, débloquer des personnages et remporter plus de points à dépenser ensuite dans le mode Collection. Celui-ci permet d'acheter tout un tas de bonus (costumes, objets, modèles, musiques, arènes) ainsi que des Répliques de Combat, des améliorations de santé, d’énergie, de puissance, d’endurance, de dégâts (…) à assigner aux combattants pour les améliorer. Dommage que ces achats soient littéralement hors de prix, décuplant artificiellement la durée de vie en imposant de se faire une demi-douzaine de combats (minimum) pour acheter le moindre objet. C'est à se demander si l'éditeur n'a pas prévu de vendre séparément des points - contre de vrais euros - à la manière d'un pay-to-win tant gagner sa vie dans le jeu est un calvaire.

Si encore l'investissement était rentable, nous pourrions nous retrousser les manches mais les répliques de combat ne sont utilisables que dans les modes Bataille d'Or et Versus. Impossible de tricher dans le mode histoire qui constitue pourtant le plus gros morceau de ce titre avec une bonne douzaine d'heures de jeux au compteur pour boucler les quatre arcs. On se ruera donc sur le mode Bataille d'Or pour tester nos personnages boostés, ce mode étant consacré aux Chevaliers d'Or dans leurs armures divines (vues dans Souls of Gold) sans trop de soucier de la narration. Le but consiste ici à prendre en main l'un des douze chevaliers sur trois combats de plus en plus durs, chaque adversaire ayant un léger rapport avec notre personnage. Un quatrième combat tombe si vous réussissez à obtenir le rang S sur les affrontements précédents. Autant dire que c'est la croix et la bannière pour en arriver là, et qu'il est plus facile de décrocher que de persister dans son effort. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour débloquer tous les personnages d'un casting généreux de près de 70 combattants ! Mais si le casting est large (variantes comprises), il manque encore les personnages des films et des derniers spin-off (Lost Canvas) pour être totalement complet.

Enfin, le mode Combat composé d’un versus, d’un mode survie, d’un tournoi galactique, d’un mode entraînement et d’un didacticiel est complété d’un mode Combat en ligne où l’on peut affronter la terre entière sans lag, dans des parties publiques ou privées.

Sens dessus-dessous

Le contenu est conforme aux attentes et même rehaussé par la présence d'Asgard et les armures divines des Chevaliers d'Or, mais il est pénalisé par une progression trop lente et fastidieuse. En revanche les combats – le cœur du gameplay – n'ont pratiquement pas bougé en deux années. Si on peut souligner une meilleure réactivité des chevaliers, une vitesse globalement accrue et un plus grand dynamisme dans les échanges, la prise en main n'est pas plus technique et s'avère être un simple copier / coller de Brave Soldiers. On retrouve ce même système de combat en vue de trois-quarts avec une caméra verrouillée sur l'opposant (et donc parfois handicapante) basé sur l’enchaînement de combos jusqu'à plus soif. L'impression que « le premier qui porte le coup gagne » est toujours palpable, le corps-à-corps tournant vite à l'empoignade sans fin malgré un bouton de garde et un autre pour se téléporter derrière l’ennemi en ponctionnant dans sa jauge de cosmos. Le septième sens - à déclencher en pressant le stick droit quand la jauge est pleine - ne sert d'ailleurs qu’à porter des coups plus puissants et à être entouré d’une aura juste esthétique. Le résultat est aussi artificiel que les résurrections en pressant rapidement le bouton Croix quand Saori vient nous remonter le moral après une défaite.

Saint Seiya : Soldiers' Soul - 16Saint Seiya : Soldiers' Soul - 20Saint Seiya : Soldiers' Soul - 17Saint Seiya : Soldiers' Soul - 13

Le bouton R2 ouvre désormais le menu des attaques spéciales, deux basiques avec Carré ou Triangle, et une plus impressionnante avec le bouton Rond quand la seconde jauge le permet. Les cut-scenes des attaques Big Bang sont stylées et fidèles mais assez délicates à placer puisqu’elles demandent d’être pratiquement à bout touchant de l’ennemi compte tenu du faible rayon d'action. Et quand on sait qu’une seule pichenette suffit à annihiler le déclenchement de l’attaque qu’on avait mis tant de mal à charger, on cède à la facilité des attaques pieds / poings plus basiques mais diablement plus efficaces. Il en résulte des combats peu techniques et même souvent brouillons quand un enchaînement est lancé dans le vent parce que l'adversaire s'est décalé ou quand on peine à distinguer correctement les personnages engoncés dans leurs imposantes armures divines. Chaque chevalier se manie de la même façon, sans différence de prise en main ou de techniques de combats là où un Eddie ou un Lei Wulong sont totalement différents dans un Tekken par exemple. Ce style arcade accessible au plus grand nombre atteint donc vite ses limites.

Le plus déplorable dans cette mouture PlayStation 4 est sans conteste sa réalisation sortie tout droit d'une autre ère. Si on met de côté le full HD, les soixante images par seconde, un aliasing moins présent et des reflets plus insistants sur les armures, rien ne différencie vraiment ce jeu de la version PlayStation 3 vendue vingt euros de moins. Les pauvres modèles des personnages sont les mêmes depuis les premiers volets sur PlayStation 2, les arènes offrent des décors dépouillés, entourés de murs invisibles et à peine interactifs dont les colonnes disparaissent tout de suite après avoir été brisées. Les déplacements dans la neige d’Asgard ne laissent pas de traces de pas, les armures ne subissent aucun dégât et les jets de photon font pitié. Les textures au sol sont simplistes, les jeux d’ombres et de lumière sont absents et le tout donne plus le sentiment d'être devant une remasterisation en haute définition d'un jeu PS2 que face à un titre nouvelle génération. Il serait temps que la série fasse sa révolution technique avec un cell-shading flambant neuf et des effets spéciaux qui pètent. En attendant, les fans en manque de « Pegasus Ryu Sei Ken » peuvent se faire avoir une fois de plus puisqu'en dépit de ses lacunes graphiques et de son gameplay simpliste, le contenu est généreux et correctement référencé (il suffit de voir les costumes alternatifs pour s'en convaincre). 

test écrit par

  • Graphismes

    4 / 10

    Une suite opportuniste qui reprend les graphismes du précédent volet, eux-mêmes tirés de la PS2. On commence à avoir les yeux qui piquent.

  • Jouabilité

    6 / 10

    Les combats ont gagné en fluidité, en rapidité et en dynamisme mais restent très brouillons et pas du tout techniques.

  • Son

    4 / 10

    De pire en pire du côté des musiques ! On touche le fond, surtout quand on connaît les thèmes originaux. Heureusement les voix japonaises sont là.

  • Durée de vie

    7 / 10

    L’ajout de l’arc d’Asgard et des Chevaliers d’Or en armures divines dope la durée de vie artificiellement gonflée par des achats prohibitifs.

  • Fun

    5 / 10

    Lentement mais sûrement la série progresse dans le bon sens mais l’impression de devoir attendre encore deux épisodes pour enfin prendre son pied persiste.

• Asgard et les armures divines
• Combats plus rapides, plus dynamiques
• Les cut-scenes du mode histoire

• Les musiques affreuses
• Les graphismes PS2
• Le prix des achats scandaleux

6 / 10

Verdict

Reprenant très largement les bases de Saint Seiya : Brave Soldiers, ce Soldiers' Soul pèche une fois encore par ses combats peu techniques à la limite du brouillon et par sa réalisation honteuse sur PlayStation 4. Le titre de Dimps se contente en quelque sorte d'ajouter l'arc d'Asgard - que les fans réclamaient depuis si longtemps – et les Chevaliers d'Or en armures divines tirés de Soul of Gold dans un mode dédié un poil bâclé. Reste qu'avec les affrontements les plus rapides et dynamiques à ce jour, nous sommes sans conteste devant le meilleur épisode de la franchise. C'est dire à quel point la série patauge en jeu vidéo.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Avatar de bejita
    bejita
    le 3 octobre 2015 à 04h33


    A mon avis tu ne te rappels plus à quoi ressembler l'opus PS2 car il y a une sacrée différence avec la version PS4, encore heureux tu me diras, après, question décors, c'est presque toujours autant dépouillé :D Ca commence quand même à faire bcp de différences :D Enfin bon, 6 c'est convenable, 8/10 pour les gros fans de la licence :D
  • Avatar de Vincent
    Vincent
    le 3 octobre 2015 à 06h31


    Je force peut être un peu le trait mais ça reste bien en dessous de ce qu'on peut attendre de la PS4. Ensuite comme je dis, ça reste le "meilleur" volet de la série malgré tout alors les gros gros fans peuvent se laisser prendre au jeu, ne serait-ce que pour les armures et les attaques Big Bang. ;)
  • Avatar de Kornyou
    Kornyou
    le 3 octobre 2015 à 07h39


    6/10 au moins c'est clair sleep
  • Avatar de bejita
    bejita
    le 3 octobre 2015 à 15h31


    Juste un peu :D : PS2: PS4: Et encore les images PS4 ne sont ici qu'en 1280, loin des 1920 du jeu et je ne parle pas du 60fps :D Après je suis d'accord le jeu est loin d'exploiter la PS4, surtout quand on regarde les décors :D , mais en même temps ça reste, comme à l'accoutumé, un jeu principalement adressé aux fans et vu les moyens de DIMPS ce n'est pas si mal :D Ta note en soit, en restant objectif, est très correcte, sauf les fans mettrons plus. Moi je le trouve pas mal, j'y ai joué chez un pote, je l'ai acheté juste après, malheureusement pas encore eu le temps de déballer le miens, si j'arrive un jour à finir ce MGS5 :D A moins que je craque avant vu les titres que j'ai en attente.
  • Avatar de -virus-
    -virus-
    le 4 octobre 2015 à 05h58


    La version PS2 est mieux fait, c'est dégueulasse la version PS4 tout pixelisé.... cratos
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Saint Seiya : Soldiers' Soul

Saint Seiya : Soldiers' Soul

6 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité