> Vous êtes ici :

Test de Need For Speed sur PS4

Need For Speed

Need For Speed

  • publié le 24 novembre 2015 par
  • Plateforme : PS4 et PSN
  • Date de sortie :05/11/2015
  • Développeur :Ghost Games
  • Distributeur :Electronic Arts
  • Genre :Course
  • Nb de joueurs :1 à 8Online :Oui

Plus de 20 ans après son lancement, la série Need for Speed n’en finit pas de jouer les caméléons avec son gameplay : à l’origine prisée pour ses course-poursuites sur route avec la police, elle s’est ensuite aventurée dans le domaine du street racing et du tuning avant de revenir à ses premières amours. On pense notamment au sympathique opus Rivals venu accompagner la sortie de la PlayStation 4, avec son terrain de jeu aux multiples raccourcis parfois bien cachés et ses deux campagnes permettant d’incarner aussi bien un fou du volant que les forces de l’ordre. Mais pour sa deuxième apparition sur la petite dernière de Sony, la série change encore une fois son fusil d’épaule en se focalisant à nouveau sur les belles carrosseries et la customisation. Y a-t-il là de quoi contenter un large public ?

Bienvenue à Ventura Bay, une ville plus ou moins inspirée de Los Angeles dont vous pourrez sillonner à toute allure les rues commerçantes, le centre financier, la zone industrielle, le port, les quartiers résidentiels, les autoroutes, ainsi que la montagne et la campagne environnantes, et dont l’une des particularités est d’être constamment plongée dans la nuit noire. L’aube qui pointe le bout de son nez de temps à autre ne cède en effet jamais sa place au grand soleil californien, ce qui rend la ville particulièrement propice aux courses illégales en tout genre.

Une aventure un peu creuse

A l’instar de la plupart des jeux de course en milieu urbain sortis ces dernières années, le NFS nouveau vous propose d’incarner un jeune pilote en quête de notoriété : à peine débarqué à Ventura Bay, vous faite la connaissance de fous du volant locaux ayant chacun leur spécialité et bien décidés à attirer l’attention des stars de leur discipline. Spike aime la vitesse et cherche à se rapprocher de Magnus Walker, Manu soigne son style et voue un culte à Ken Block, Amy est la reine de la customisation et apprécie le travail d’Akira Nakai, Robyn préfère les runs en équipe et est fan des Risky Devil, et enfin Travis a un penchant pour les manœuvres les plus dangereuses et souhaite impressionner Shinichi Morohoshi. Evidemment ce sera à vous de réaliser les rêves de vos équipiers, en participant à diverses épreuves disséminées aux quatre coins de la ville.

Si le postulat de base du scénario n’a rien de transcendant, sa présentation se montre en revanche un peu plus originale dans la mesure où les développeurs ont opté pour des cut-scenes mettant en scène de vrais acteurs : non seulement vos partenaires apparaissent en chair et en os à l’écran, mais les pilotes vedettes cités plus haut jouent aussi leur propre rôle. Cerise sur le gâteau votre voiture customisée à l’envi (nous y reviendrons) est incrustée dans de nombreuses séquences, rendant l’expérience un peu plus personnelle pour chaque joueur.

Là où le bât blesse c’est que la trame scénaristique ne parvient jamais vraiment à accrocher le pilote en herbe que vous êtes, la faute à un manque de liant certain entre vos différentes missions ainsi qu’au caractère très surjoué des cut-scenes évoquées plus haut : les dialogues entendus tout au long de l’histoire forcent beaucoup trop le trait pour être réellement crédibles, et on a parfois l’impression d’être en présence d’une parodie de fans de sport mécaniques. Ajoutez à cela des placements de produits un peu grossiers, comme celui d’une boisson énergisante bien connue des fans de sports extrêmes que tous les protagonistes du jeu semblent beaucoup apprécier, et vous avez une idée de l’ambiance en demi-teinte qui règne à Ventura Bay…

Une progression classique

Mais revenons-en aux épreuves qui vous attendent afin d’entrer en contact avec les idoles de vos nouveaux équipiers, ces derniers vous harcelant sur votre téléphone portable, y compris pendant une course, pour vous annoncer qu’un nouveau challenge est disponible. Sans surprise il vous faudra briller dans la discipline de chacun pour vous faire remarquer, et c’est ainsi que vous participerez à des courses sur circuit (arriver le premier sur plusieurs tours), des concours de drift (faire le maximum de points), des épreuves de drift (atteindre le score cible), des sprints (arriver le premier sur un trajet d’un point A à un point B), des courses chronométrées (établir un record du tour), des contre-la-montre (atteindre un temps cible), des épreuves de Touge (alliant drift et vitesse), de Gymkhana (drift et sauts) et de Train Drift (du drift en équipe où les concurrents doivent rester groupés pour marquer des points).

Need For Speed - 20Need For Speed - 18Need For Speed - 21Need For Speed - 19

Chaque épreuve vous rapportera à la fois des points de réputation et des dollars : les premiers vous permettront de monter de rang et ainsi d’avoir accès à de nouvelles épreuves et à des améliorations pour vos voitures, tandis que les seconds vous permettront justement d’acheter de nouveaux bolides ainsi que les pièces préalablement débloquées.

Si la voiture gracieusement fournie au début du jeu (à choisir parmi trois) pourra suffire à atteindre le générique de fin en remportant toutes les épreuves proposées, elle devra toutefois être sérieusement boostée en cours de route pour vous permettre de remporter les challenges les plus corsés : filtre à air, système de refroidissement, collecteur d’admission, système d’alimentation, admission forcée, système électrique, allumage, bloc moteur, calculateur, arbre à cames, culasse, embrayage, pneus et freins peuvent être changés par des pièces plus performantes, certaines apportant en outre la possibilité de régler finement le comportement de la voiture.

Le retour du tuning

Car si le jeu opte clairement pour un pilotage orienté arcade, il vous permet tout de même de configurer votre monture pour favoriser d’un côté le drift (pour déraper facilement) et de l’autre le grip (pour une meilleure tenue de route). Que les allergiques à la mécanique se rassurent, il est possible d’utiliser une interface simplifiée permettant de privilégier l’aspect souhaité, sans s’intéresser précisément à telle ou telle pièce. Seul petit hic vous devrez impérativement repasser par votre garage pour effectuer les modifications en question, ce qui peut s’avérer pénible si vous passez régulièrement d’une discipline à une autre histoire de varier les plaisirs.

Evidemment l’aspect tuning du jeu ne se limite pas à l’amélioration des performances de votre bolide, et vous permet aussi de le relooker complètement : outre différentes peintures et une flopée de stickers, vous trouverez des capots, jantes, pare-chocs et ailerons permettant de customiser comme bon vous semble votre voiture préférée. Les fans des opus Underground pointeront sans doute du doigt l’absence de néons permettant d’illuminer leurs plus belles créations, mais il semble que Ghost Games soit sur le coup et prévoie de sortir rapidement un patch apportant la fonctionnalité.

Pour la petite histoire, précisons que le jeu inclut une cinquantaine de voitures de marques diverses (Dodge, Toyota, Mazda, Ferrari, Lamborghini, BMW, Porsche, Lotus, Chevrolet, Mercedes, McLaren, Volvo, Volkswagen…), mais que vous ne pourrez en stocker que cinq à la fois dans votre garage. Autre curiosité, et ce malgré les différents réglages techniques inclus dans le jeu, votre voiture sera toujours équipée d’une boîte de vitesse automatique : impossible de passer les rapports manuellement !

L’IA en question

Si l’achat régulier d’améliorations vous permettra de progresser sans problème dans le scénario du jeu, les missions les plus avancées risquent en revanche d’occasionner quelques vols de DualShock 4, la faute à une intelligence artificielle des concurrents particulièrement erratique : s’il leur arrive de se faire distancer sans réagir, ou d’abandonner un concours de drift suite à une bête collision, ils peuvent tout aussi bien vous rattraper de justesse sur la ligne d’arrivée grâce à une accélération improbable qui leur permettra d’atteindre une vitesse de pointe insensée. Se faire doubler par une Mazda MX-5, même optimisée à mort, lorsque l’on est au volant d’une F40 lancée à pleine vitesse, atteint forcément la fierté d’un pilote, même virtuel.

Need For Speed - 17Need For Speed - 16Need For Speed - 9Need For Speed - 12

Plus gênant, vos adversaires semblent suivre leur trajectoire idéale sans vraiment se soucier de votre position sur la route : il n’est ainsi pas rare d’être percuté après un freinage légèrement trop anticipé, ou tout simplement lors d’un drift dans un virage. Un problème souvent vu dans d’autres jeux du genre, mais qui peut ici se révéler particulièrement rageant puisque toute collision durant un drift annule les points déjà engrangés dans la manœuvre ! Autant dire que lorsque vous n’avez que quelques virages pour atteindre un score cible particulièrement élevé, vous avez tout intérêt à laisser partir les adversaires devant, et à soigner vos trajectoires. Une technique qui malheureusement ne fonctionne pas pour les épreuves de Train Drift, celles-ci vous imposant de rester proche des autres concurrents pour marquer des points : pas le choix, il faudra prendre sur vous et rester zen…

Vous avez appelé la police ? Merci de patienter.

Heureusement, du moins c’est ce que certains pourraient penser, ce ne sont pas les forces de l’ordre qui viendront vous empêcher d’appuyer sur le champignon durant vos pérégrinations dans Ventura Bay. On croise bien quelques voitures de police ici ou là, qui peuvent même vous prendre en chasse pour peu que vous alliez un peu vite, mais il ne vous faudra pas plus de quelques secondes pour les semer le cas échéant. Autant dire que tout l’aspect course-poursuite de la série n’est présent ici que de manière anecdotique, ce qui ne manquera pas de décevoir les fans de la première heure.

Need For Speed - 13Need For Speed - 8Need For Speed - 14Need For Speed - 10

Pour mesurer toute l’absurdité de cet aspect du jeu, il suffit de se lancer dans les épreuves du scénario qui vous imposent d’être poursuivi par des voitures de police et de résister à leurs assauts pendant une durée donnée. Le vrai défi consiste en réalité à trouver une patrouille dans Ventura Bay, ce qui peut prendre plusieurs minutes, puis à rouler pépère dans les rues pour ne pas les semer avant la fin du temps demandé. Passionnant…

Connexion obligatoire !

L’autre point qui risque de rebuter les joueurs, c’est la connexion permanente au PlayStation Network imposée par les développeurs : inutile d’acheter le jeu si votre console n’est pas connectée, celui-ci refusera de se lancer.

Alors certes on retrouve dans ce Need for Speed le principe du Speedwall qui vous permet de défier vos amis sur les différentes missions du jeu, ainsi que la possibilité de disputer des courses impliquant jusqu’à six joueurs humains, mais nous avons pour notre part traversé le scénario sans nous préoccuper des cinq autres pilotes évoluant dans Ventura Bay et aurions donc très bien pu nous passer de connexion. D’autant que tout problème réseau vous ramène immédiatement au menu principal, ce qui peut s’avérer frustrant lorsque la coupure survient après une course remportée de justesse ! Oui, c’est du vécu…

Joli mais vide

Toutes ces petites errances de gameplay, découvertes au fil des heures de jeu, sont d’autant plus regrettables que le titre de Ghost Games fait par ailleurs une très bonne première impression grâce à son rendu particulièrement réussi. Non seulement Ventura Bay offre des décors variés et bien modélisés, nous l’avons déjà dit, mais la ville bénéficie en outre d’une très bonne gestion des sources de lumière. Heureusement pour un titre qui se déroule de nuit diront certains, mais la performance doit tout de même être saluée, d’autant que les effets spéciaux tels que la pluie ou la fumée sont eux aussi de qualité.

Les voitures ne sont pas en reste avec des carrosseries de toute beauté, qui peuvent toutefois perdre de leur superbe après quelques chocs : grosses éraflures et bosses en tout genre sont au programme, mais on peut regretter que les collisions ne soient pas plus impressionnantes, notamment lors des crashs à grande vitesse. Là où un Burnout Paradise nous permettait de revivre la scène au ralenti à grand renfort d’étincelles et de pièces arrachées, il faudra ici se contenter d’un fondu rapide avant de revenir sur la route.

Mais à vrai dire le point le plus gênant concerne le manque de vie de Ventura Bay qui fait plus figure de grande coquille vide qu’autre chose : les rues sont la plupart du temps totalement désertes, et vous ne croiserez jamais plus de deux ou trois voitures à la fois en dehors des courses. Et encore, ce sera parfois après cinq minutes de pilotage sans croiser personne ! Bref, on aurait aimé que l’immense aire de jeu soit un peu mieux exploitée par les développeurs, et pas seulement en y cachant trente panoramas, trente lieux permettant de réaliser des donuts, et douze pièces gratuites à utiliser au garage.

test écrit par

  • Graphismes

    8 / 10

    Les voitures sont bien modélisées et la gestion de la lumière est réussie, mais on regrette que les routes de Ventura Bay soient si désertes et que les crashs soient si mal rendus. Sur ce point, Burnout Paradise faisait mille fois mieux il y a huit ans…

  • Jouabilité

    6 / 10

    La maniabilité des voitures ne pose aucun problème pour peu que vos réglages (drift/grip) soient adaptés aux épreuves, mais l’IA des adversaires tantôt neurasthéniques et tantôt ultra-agressifs est aussi étonnante que pénible.

  • Son

    7 / 10

    Le rugissement des moteurs est bien rendu mais les collisions sont là aussi peu crédibles. Les musiques font le job sans être particulièrement géniales, et les dialogues en français renforcent le côté « surjoué » de la mise en scène.

  • Durée de vie

    7 / 10

    Il vous faudra entre dix et quinze heures pour atteindre la fin du scénario selon que vous vous attardez ou non sur la recherche des objets cachés. Le tuning et les courses en ligne gonfleront un peu le temps de jeu.

  • Fun

    6 / 10

    Amusant à prendre en main et plutôt flatteur pour la rétine, le jeu pêche par un scénario sans intérêt et par une ville désespérément déserte où les activités se comptent sur les doigts d’une seule main.

• La prise en main
• Plutôt joli
• Les options de tuning

• La connexion obligatoire
• L’IA erratique
• Trop peu d’activités

6 / 10

Verdict

Autant être honnête, ce nouveau Need for Speed peine à convaincre par son scénario décousu à la mise en scène un peu kitsch, et par son aire de jeu clairement sous-exploitée : Ventura Bay est certes une grande ville aux quartiers multiples et variés, par ailleurs joliment modélisés, mais ses habitants sont aux abonnés absents et le trafic y est par conséquent presque inexistant. De fait le seul intérêt à explorer ce monde ouvert réside dans la recherche d’une soixantaine de lieux cachés et de quelques pièces gratuites, ce qui ne se révèle ni très motivant ni vraiment utile. Reste alors un jeu de course orienté arcade plutôt réussi dans sa prise en main, mais à l’intelligence artificielle parfois discutable. Les fans historiques de la série seront en outre probablement déçus par la discrétion des forces de l’ordre, tandis que les amateurs de tuning se réjouiront de pouvoir à nouveau customiser leurs bolides.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Avatar de Eric
    Eric
    le 24 novembre 2015 à 20h07


    Alors en fait ce que je voulais dire avec ce point positif c'est "le retour du tuning", histoire de souligner que la customisation visuelle revenait alors qu'elle etait absente de Rivals. Apres c'est vrai que je lis un peu partout que cette fonctionnalite est loin d'etre parfaite, mais pour etre honnete c'est un aspect de la serie qui ne m'interesse pas: ca n'aurait pas ete pour le test, je n'aurais meme pas fait un tour dans le menu de customisation de l'apparence. :P Du coup peut-etre effectivement que la fonctionnalite est de retour mais qu'elle n'est pas assez poussee pour les fans de tuning. Pour ce qui est de l'ergonomie, je crois que le prochain patch devrait arranger les choses (il sort demain il me semble).
  • Avatar de silversun
    silversun
    le 24 novembre 2015 à 20h47


    Si vous n'êtes pas tunning, prenez plutôt un bon jeu de caisse: Drive Club
  • Avatar de Darsh
    Darsh
    le 24 novembre 2015 à 20h52


    Si vous n'êtes pas tunning, prenez plutôt un bon jeu de caisse: Drive Club

    Je plussois... jap
  • Avatar de Eric
    Eric
    le 25 novembre 2015 à 08h12


    Merci du conseil mais j'ai les deux. :D
  • Avatar de orcaco
    orcaco
    le 2 décembre 2015 à 09h31


    +1 pour le test les trailers de ce jeu m'avait donné l'eau a la bouche. niveau graphisme rien a redire mais quand j'ai testé la demo j'ai pris aucun fun vraiment dommage
  • Avatar de Eric
    Eric
    le 2 décembre 2015 à 16h15


    Ce qui est amusant c'est que je ne me suis pas eclate sur ce jeu mais j'ai quand meme ete decrocher le platine (en 21h). Ca doit vouloir dire qu'il n'est pas si completement pourri que ca. :P
  • Avatar de bejita
    bejita
    le 2 décembre 2015 à 16h44


    Ahhhh, il y avait un scénario dans le jeu? pas vu :D Le jeu en soit n'est pas mauvais, il est visuellement sympa et fluide, la conduite une fois bien maitrisé le drift reste agréable et rapide, la bande son n'a rien d'exceptionnelle mais les bruitages sont pas mal... Après il y a parfois un certain déséquilibre dans les missions avec des missions de dif moyenne qui sont plus dures que bcp d'autres en difficile... enfin bon, il reste qu'on reprend la manette facilement et pour fois, comme l'évoque Eric on a pas besoin de faire 36 trucs complètements débiles ou de passer 50h sur un jeu pour avoir tout naturellement le platine. Moi qui ne cherche jamais à avoir le platine et qui range un jeu après avoir fini son scénario, là, tout vient tout seul en y jouant jusqu'au bout. Après oui ce n'est pas la même catégorie que Drive club, néanmoins ce NFS est arrivé complet lui, sans avoir du attendre 2 ans pour pleinement en profiter :D
  • Avatar de Darsh
    Darsh
    le 3 décembre 2015 à 00h28


    Ce qui est amusant c'est que je ne me suis pas eclate sur ce jeu mais j'ai quand meme ete decrocher le platine (en 21h). Ca doit vouloir dire qu'il n'est pas si completement pourri que ca. :P

    Ou une conscience professionnelle exacerbée... whistle
  • Avatar de Darsh
    Darsh
    le 3 décembre 2015 à 00h30


    Après oui ce n'est pas la même catégorie que Drive club, néanmoins ce NFS est arrivé complet lui, sans avoir du attendre 2 ans pour pleinement en profiter :D

    Oué mais DriveClub, on y joue encore... Ce NFS doit déjà remplir les étagères de jeux d'occasion à Grosmania. sundance
  • Avatar de bejita
    bejita
    le 3 décembre 2015 à 03h28


    Oué mais DriveClub, on y joue encore... Ce NFS doit déjà remplir les étagères de jeux d'occasion à Grosmania. sundance

    Bah il est clair que diluer les MAJs sur plusieurs années ça permet de tenir en haleine les accros du jeu :D
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Need For Speed

Need For Speed

6 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité