Test de Brothers : A Tale of Two Sons sur PS4

Brothers : A Tale of Two Sons

Brothers : A Tale of Two Sons

Habitué aux grosses productions telles que The Darkness, The Chronicles of Riddick ou encore Syndicat, le studio suédois Starbreeze s’est offert en 2013 une parenthèse créative avec Brothers : A Tales of Two Sons. Développé comme un jeu indépendant édité par 505 Games, nous avions senti en lui un fort potentiel lors d’une session de test à l’E3 2013. Nous avions eu le nez creux puisque le jeu a remporté un grand succès critique récompensé par de nombreux prix à travers le monde dont un prestigieux BAFTA. Deux années après sa sortie, ce titre a le droit à un portage sur les consoles actuelles pour toucher un plus large public.

« Appuyez sur tout touche »

C’est sur cette erreur de traduction que commence Brothers : A Tale of Two Sons, l’histoire mémorable de deux frères orphelins de leur mère partis braver l’inconnu pour trouver l’élixir de vie qui soignera leur vieux père malade. Baignant dans une ambiance nordique qui sent bon le mystère et le folklore, nos deux gaillards devront se serrer les coudes pour franchir les dangers qui les attendent. Le plus jeune des deux est plein de vie, farceur et débrouillard mais a peur de l’eau depuis qu’il a vu sa mère s’y noyer. Le plus grand est courageux, fort et déterminé mais n’est plus assez svelte pour se glisser dans les passages étroits. Ensemble, ils vont se prêter main forte pour passer par-dessus les obstacles et résoudre quelques énigmes.

Brothers : A Tale of Two Sons - 3Brothers : A Tale of Two Sons - 8Brothers : A Tale of Two Sons - 9Brothers : A Tale of Two Sons - 7

Ce jeu d’aventure doté d’une vue aérienne a la particularité de proposer un gameplay coopératif jouable…en solitaire. Bien que les frangins soient deux, le gameplay ne propose pas de mode multijoueurs et s’avère donc exclusivement solo. Deux frères, deux fils mais une seule manette pour les contrôler. Comment est-ce possible me direz-vous ? Grâce à la présence de deux sticks analogiques, chaque champignon servant à contrôler un frère : le grand avec celui de gauche et le petit avec celui de droite. Leurs actions sont également partagées sur la DualShock 4, la gâchette de gauche (L2) sert à faire agir le plus âgé et celle de droite (R2) le plus jeune. Ainsi, chacune de nos mains gère une vie pour deux destins qui s’entrecroisent. Avouons-le tout de suite il faut un petit temps d’adaptation pour coordonner ses mouvements et il n’est pas rare de s’emmêler encore les pinceaux après une heure de jeu, surtout quand l’enfant qu’on dirige avec le stick de droite se trouve à gauche de l’écran et vice versa. Les actions sont en revanche assez simples (un seul bouton) ce qui limite les confusions, il suffit de presser la gâchette devant un objet pour voir si notre gamin peut interagir avec ou non.

La coopération entre les frangins s’exprime à travers des ficelles assez communes dans les jeux vidéo : se faire la courte échelle, actionner des manivelles ensemble, pousser des objets lourds, faire diversion, nager avec un autre sur le dos, se balancer en étant tenu à une corde… Pour autant les interactions fonctionnent rudement bien, de manière naturelle, et une véritable symbiose s’installe entre nos deux acolytes en un rien de temps, comme s’ils faisaient partie d’un tout que nous tenons entre les mains. La vue de dessus se prête parfaitement bien au gameplay, on domine l’action et ce point de vue permet d’anticiper la suite et de ne jamais se sentir perdu malgré l’ampleur de certains décors. La caméra semi-automatique se place intelligemment selon l’action et peut être orientée vers la droite ou la gauche avec les boutons L1 et R1 pour un angle optimal ou simplement pour admirer la richesse des décors.

Deux frères

Si dans le fond le gameplay est classique pour un jeu d’aventure à la troisième personne, il fonctionne admirablement bien et tire son originalité du face-à-face, de l’intimité que nous avons avec les personnages sans être parasité par un autre joueur avec lequel on aurait eu tendance à sortir du jeu pour discuter ou s’embrouiller. Surtout, Brothers : A Tale of Two Sons est comme son nom l’indique un conte à suivre avec la même passion que les histoires qu’on raconte aux enfants avant de dormir. Le jeu nous transporte dans un monde fantastique plein de créatures de la mythologie nordique (troll, griffon, géants…), avec sa langue imaginaire (la compréhension est surtout visuelle) et ses graphismes qu’on croirait sortis d’une planche à dessin. La direction artistique stimule l’imaginaire et sert une histoire émouvante, poignante, qui pique au cœur et que nous n’êtes pas prêt d’oublier. C’est simple, le jeu est sorti en 2013 sur PlayStation 3 et était encore gravé dans nos mémoires aujourd’hui avant même de nous lancer dans le test de la version PlayStation 4. Depuis, seuls Soldats Inconnus : Mémoire de la Grande Guerre et plus récemment Life is Strange ont déclenché autant d’émotions sur consoles.

Brothers : A Tale of Two Sons - 32Brothers : A Tale of Two Sons - 31Brothers : A Tale of Two Sons - 30Brothers : A Tale of Two Sons - 29

Le périple épique des deux frères est malheureusement d’assez courte durée et il faut à peine trois à quatre heures pour en venir à bout, c'est-à-dire le temps d’une longue session un soir d’été. A 19.99€ l’addition paraît un peu salée, c’est pourquoi on vous conseille de fouiller un peu partout pour dénicher des interactions optionnelles souvent amusantes et sanctionnées par l’obtention de trophées. Tous les trophées sont facultatifs alors c’est à vous d’aller toucher à tout ce que vous pouvez pour les débloquer et gonfler un peu la durée de vie. Dommage que cette version PlayStation 4 ne soit pas proposée en Director’s Cut avec des niveaux supplémentaires, le contenu étant strictement identique à la mouture PS3 que vous avez sûrement déjà terminée (il était offert aux membres du PlayStation Plus à une époque). La réalisation est peut-être un poil plus fine mais ce n’est pas tellement visible à l’œil nu. Pour ce qui est du contenu bonus, c’est vers le menu idoine qu’il faut se tourner. On y trouve une quarantaine d’artworks, la bande originale de 19 titres à écouter sur place et une longue vidéo commentée par le réalisateur du jeu. Pas de quoi s’extasier mais c’est toujours bon à prendre. Enfin, les collectionneurs seront sans doute ravis d’apprendre que la version PS4 aura le droit à une sortie physique le 4 septembre prochain pour une vingtaine d’euros, ce qui permettra de glisser la boite et son blu-ray à côté du collector de Journey et des saisons complètes de The Walking Dead.

test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    La direction artistique est inspirée du folklore nordique mais la réalisation reste au niveau de ce que proposait déjà la PS3 en 2013.

  • Jouabilité

    6 / 10

    La prise en main, originale, permet de contrôler un frère par stick. Il faut un certain temps d’adaptation et on s’emmêle encore les pinceaux de temps en temps.

  • Son

    8 / 10

    Les doublages utilisent une langue imaginaire mais les musiques sont un régal pour les oreilles et on peut les écouter depuis un menu dédié.

  • Durée de vie

    4 / 10

    A peine trois à quatre heures de jeu pour arriver à l’émouvante conclusion et la rejouabilité est absente. Pas de cross-buy avec la version PS3.

  • Fun

    9 / 10

    Brothers est le genre de « petit » jeu qu’on ne voit pas venir et qui nous marque bien plus que des grosses productions trop formatées. Une bouffée d’air frais.

• La variété des niveaux
• La complémentarité des frères
• Une histoire inoubliable

• Pas bien long
• On s’emmêle parfois les pinceaux
• Pas de niveaux inédits

8.5 / 10

Verdict

Les différentes récompenses obtenues par le jeu parlent d’elles-mêmes, aujourd’hui comme en 2013, Brothers : A Tale of Two Sons est un conte fantastique que vous n’êtes pas prêt d’oublier. Combinant un gameplay original à base de coopération solitaire via les doubles sticks, une réalisation soignée qui fait voir du pays et une histoire poignante, la perle de Starbreeze mérite encore votre attention si vous ne l’aviez pas parcourue sur PS3. Dans le cas contraire, repayer 19.99 euros méritera réflexion, le titre n’étant pas compatible cross-buy.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Brothers : A Tale of Two Sons

Brothers : A Tale of Two Sons

8.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité