> Vous êtes ici :

Test de Among the Sleep sur PS4

Among the Sleep

Among the Sleep

Annoncé en mai 2014 sur PlayStation 4 avec pour objectif de profiter du casque de réalité virtuelle PlayStation VR, le jeu d'horreur Among the Sleep est finalement sorti sur le PlayStation Store le 09 décembre dernier. Le jeune studio norvégien Krillbite n'a pas eu la patience d'attendre l'accessoire de Sony (qui n'a d'ailleurs toujours pas de date de sortie) alors que le portage était bouclé, et nous livre donc dès maintenant son interprétation du traumatisme infantile. Vos 14,99 (13,49pour les membres PlayStation Plus) seront-ils bien dépensés ?

Seule dans la nuit

Among The Sleep opte pour la vue intérieure pour nous glisser dans la grenouillère d’un bébé  de deux ans en plein goûter d’anniversaire. Apparemment séparée de son conjoint, la jeune mère a à peine le temps de lui faire manger son gâteau que quelqu’un frappe à la porte d'entrée pour lui remettre un paquet après un échange houleux. Il s'agit du cadeau de la gamine, un nouvel ours en peluche qui parle à l'enfant quand aucun témoin n'est dans le coin (ou est-ce simplement l'imagination du bambin ?). Après une rapide découverte de la chambre à coucher de la gosse servant surtout de tutoriel, votre maman vous glisse sous les couvertures pour faire de beaux rêves. Votre nuit ne sera cependant pas de tout repos puisque vous êtes extirpé de vos songes par une mystérieuse force. La maison est sombre, silencieuse et vous n'avez qu'une seule envie : vous réfugier dans les bras réconfortants de votre maman. Le seul problème, c'est qu'elle est introuvable ! Vous allez devoir partir à sa recherche, quitte à prendre le risque de vous éloigner du foyer pour cela.

En optant pour le point de vue d’une fillette de deux ans, les développeurs de Krillbite Studio bousculent nos habitudes et relativisent notre quotidien. Du haut de vos 80 centimètres, les hauteurs semblent disproportionnées, le moindre meuble est un obstacle et tout est source d’épouvante. La foudre qui s'abat avec fracas, des bruits de pas lourds, la présente d'une ombre étrange ou une paire de chaussures visible sous un rideau suffisent à faire battre le cœur de la môme et à déclencher chez un joueur quelques sursauts. La maison, pourtant symbole habituel d'un havre de paix, devient tout de suite plus angoissante de nuit quand on titube plus qu'on ne marche et qu'on est incroyablement vulnérable. N'ayant pas la capacité de vous défendre, vous pouvez juste vous mettre à quatre pattes pour fuir rapidement, vous cacher en jetant un œil à gauche à droite avec les gâchettes de la manette et serrer très fort contre vous votre ours en peluche. L'ourson Teddy brille dans le noir et diffuse une faible mais rassurante lumière.

Dans le noir, on peut le voir.

Doté d'un moteur physique réaliste, Among the Sleep demande souvent de saisir, pousser, tirer, jeter des éléments de l'environnement pour nous frayer un chemin, monter sur des meubles pour atteindre une poignée de porte, briser des objets ou ouvrir un placard pour y chercher des dessins cachés, seuls items à collectionner dans le jeu. Le bambin possède également un petit inventaire pour y transporter les rares objets clés que vous trouverez au cours de votre aventure. De quoi résoudre quelques petites énigmes même si le mot est un peu fort compte tenu de leur faible difficulté (il suffit de récupérer des objets). Le moteur graphique Unity ne fait pas dans le photoréalisme mais plutôt dans une représentation proche des films d'animation américains à la Toy Story (premier du nom). Les textures sont assez simples (aisément reproductibles sur PlayStation 3), les visages plutôt grossiers et le titre se heurte à quelques bugs graphiques (des textures qu'on traverse du regard) et sonores (malgré une bonne ambiance générale) qui témoignent du manque de moyens et d'expérience de ce jeune studio.

Among the Sleep - 10Among the Sleep - 4Among the Sleep - 8Among the Sleep - 7

Comme souvent dans la scène indépendante, c'est plus du côté du fond que de la forme que se trouve tout le sel de cette production. Les pérégrinations intérieures et extérieures de notre petite provoqueront bien quelques sursauts et poussées d'angoisses (à condition d'y jouer en pleine nuit et au casque) mais sans jamais réellement nous terrifier comme peuvent le faire Outlast, Slender (bien que le niveau dans la forêt soit dans le même esprit) ou le regretté P.T. En fait, ce sentiment de peur est surtout la marque de l'empathie qu'on doit ressentir aux commandes d'un être si fragile et tourmenté par ce (et ceux) qui l'entoure. Sans jamais explicitement raconter son histoire mais la laissant filtrer à travers des déductions (les dessins, les décors, les souvenirs et le final), Among the Sleep délivre un message poignant sur le rôle des parents et leur devoir d'exemplarité face à leur progéniture. Une leçon de vie, moderne et subtile, qui vaut bien quelques piécettes même si le tarif affiché d'une quinzaine d'euros peut paraître excessif pour une escapade de 2h30 – 3h00 sans raison valable d'y revenir une fois le dénouement connu.

test écrit par

  • Graphismes

    5 / 10

    Le moteur Unity assure le service minimum avec ses textures et modélisations digne d’un film d’animation direct-to-video. Quelques bugs par-ci par-là.

  • Jouabilité

    6 / 10

    Le bambin se dirige étonnement bien mais le curseur est un peu petit et n’est pas toujours très pratique pour ouvrir les tiroirs ou tourner des manivelles.

  • Son

    7 / 10

    Doublages anglais sous-titrés en français dans le ton et ambiance sonore efficace quand il s’agit de faire sursauter. A jouer impérativement la nuit au casque.

  • Durée de vie

    4 / 10

    La nuit d’épouvante de notre gamine ne dure que trois heures pour une quinzaine d’euros. C’est soit trop court, soit trop cher.

  • Fun

    7 / 10

    Les niveaux de la maison et de la forêt sont angoissants, les sursauts rares mais efficaces, le point de vue n’est pas banal et l'épilogue est poignant.

• Un point de vue original
• Un message fort
• Quelques sursauts

• Trop court
• Trop cher
• Pas bien joli

6.5 / 10

Verdict

Prenant la forme d'un jeu d'horreur en vue intérieure, Among the Sleep parvient à donner quelques frayeurs à ceux qui y jouent dans des conditions optimales, à savoir en pleine nuit avec un casque sur les oreilles. Incarner un bébé est une chose rare dans un jeu vidéo et surtout nécessaire ici pour montrer qu'un rien peut être angoissant pour une enfant à l'imagination débordante. Le titre de Krillbite Studio livre surtout un message fort sur la vie de famille et ses aléas qui feraient presque oublier ses graphismes sommaires et sa durée de vie légère pour une quinzaine d'euros. Attendez donc une remise pour sauter dessus.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Among the Sleep

Among the Sleep

6.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité