> Vous êtes ici : Accueil » PS3 » Sleeping Dogs » Test

Test de jeu / PS3 / Sleeping Dogs

Sleeping Dogs

Sleeping Dogs

FaceBook Twitter
Envoyer

On peut dire que Sleeping Dogs revient de loin. Apparu pour la première fois en trailer lors des Video Games Awards 2009 sous le nom True Crime : Hong Kong, le troisième volet de la série créée par Luxoflux pour Activision devait initialement sortir en 2010. A force de retards, de divergences d’opinions sur sa nouvelle orientation et d’un recentrage stratégique sur ses licences fortes, l’éditeur américain décida purement et simplement d’annuler ce True Crime 3. Mais le temps et l’argent consacrés au développement n’ont pas été perdus pour tout le monde puisque Square Enix, conscient du potentiel du jeu, sauva le titre de la disparition totale. Désormais rebaptisé Sleeping Dogs pour des raisons évidentes de droits, le jeu de United Front Games a le droit à une seconde chance. Encore faut-il ne pas la gâcher.

L'infiltréL’histoire de Sleeping Dogs, c’est avant tout celle de Wei Shen, un agent spécial de la police de Hong Kong infiltré parmi les dealers (et amis d’enfance !) pour faire tomber les Triades. Après avoir prouvé sa loyauté dans une scène d’introduction musclée, le vrai-faux-mafieux retourne dans les rues pour élargir son cercle de connaissances et faire tomber quelques têtes. Outre sa profondeur scénaristique (l’histoire est pleine de rebondissements), l’intérêt d’un tel synopsis est de proposer à la fois des missions illégales pour le compte des Triades et des enquêtes policières à mener en parallèle, en toute discrétion, pour mettre des bandits derrière les barreaux. La présence d’un smartphone dans la poche de notre héros permet de coordonner ses missions par SMS ou appels interposés.

Sleeping Dogs - 26Sleeping Dogs - 29Sleeping Dogs - 28Sleeping Dogs - 30

Pour une fois, l’action d’un GTA-like se situe en dehors des Etats-Unis, s’émancipant des villes fictives de Liberty City, de San Andreas ou d’une reproduction de Los Angeles. Cette fois on flirte avec les néons, les buildings et les ruelles crasseuses de Hong Kong. La modélisation de la ville est une totale réussite, affichant des rues commerçantes pleines de passants, des routes bondées de taxis et de bus (attention, on roule à gauche !) et quelques spécialités locales comme les karaokés, les salons de massages ou les dojos pour apprendre le Kung Fu. La vaste carte à arpenter est vivante, aussi bien le jour que la nuit (un peu moins sous la pluie) et on apprécie que les civils fassent usage du cantonnais lorsqu’ils dialoguent entre eux.

Assez rapidement, Wei Shen disposera d’une planque dans un quartier populaire de la ville afin d’y stocker un lit pour se reposer, des fringues de rechange et des véhicules dans le parking. Ses achats vestimentaires n’ont d’ailleurs pas qu’une dimension esthétique puisqu’en combinant une panoplie complète (le haut, le pantalon et les chaussures adéquates) on obtient un bonus statistique, par exemple plus de dégâts au corps à corps. Par ailleurs, sa chambre miteuse lui permet d’espionner les dealers à partir des caméras qu’il aura préalablement piratées pour les faire arrêter par la police. A l’aide d’un petit casse tête proche du Mastermind, notre flic devra hacker 26 caméras dans toute la ville.

En dehors de son appartement, notre agent devra accomplir une trentaine de missions différentes souvent centrées sur l’action effrénée. On retrouve les incontournables du genre : les courses poursuites en voitures (avec un bouton spécial pour provoquer des sorties de route), les courses poursuites à pieds à la L.A Noire (il faut anticiper les obstacles), les filatures, les livraisons, les protections, les fusillades à pieds et à bord d’un véhicule et pas mal de combats au corps à corps.

Un après-midi de chien.La partie baston tire son épingle du jeu grâce un système de combos très accessible : il suffit d’appuyer sur le bouton Carré pour faire des enchaînements pieds / poings et le maintenir enfoncé pour donner des coups plus forts. Le flic de Hong Kong peut également saisir des objets qui traînent pour s’en servir d’armes (couteau, pied de biche, poisson…). A l’instar du système initié par Batman Arkham Asylum, presser le bouton Triangle quand un ennemi s’apprête à vous frapper (il est alors entouré d’un halo rouge) permet d’exécuter un contre ravageur. La riposte est d’ailleurs indispensable pour se sortir de certains lynchages tant les ennemis jouent le surnombre. Enfin, le bouton Rond sert à saisir son adversaire pour lui exploser la tronche sur les éléments du décor qui n’attendent que ça (ventilateur, rideau de fer, distributeurs, enceintes…). On a alors droit à des mises à mort violentes dignes de Punisher.

Sleeping Dogs - 19Sleeping Dogs - 18Sleeping Dogs - 23Sleeping Dogs - 22

Tout au long de l’aventure, Wei Shen acquerra de nouvelles techniques et améliorations en fouinant un peu partout. Echanger des statuettes trouvées dans la ville permet d’apprendre de nouveaux combos dans les dojos, trouver des autels sert à faire grimper durablement la barre de vie (l’action de la nourriture n’est que temporaire). Mais les améliorations les plus importantes viennent avec la prise de niveaux dans trois catégories différentes : Police, Triade et Réputation.

La barre de Police se remplie de points d’expérience en bouclant des affaires, en arrêtant des malfrats et en ayant une bonne conduite (minimiser les dégâts en ville). Elle permet de débloquer des nouvelles compétences telles que ralentir l’action, baisser votre niveau d’alerte et obtenir des armes, munitions et véhicules plus facilement. La barre de Triade gonfle en fonction de vos délits perpétrés durant les missions, en tabassant des gars ou en rackettant des boutiquiers par exemple. Cette jauge déverrouille des coups plus puissants, des dégâts plus importants ou une récupération accrue. La barre de Réputation quant à elle récompense les services que vous rendez aux gens, votre statut de bon samaritain vous ouvrant alors la voie à des avantages en nature (baisse de prix) et à des lieux plus huppés auprès de personnalités locales.

Chaque type de mission est représenté par sa propre couleur sur la carte et les itinéraires pour s’y rendre sont parfaitement balisés par des grosses flèches d’orientation. Impossible de se perdre. La trame principale étant imposée au joueur, privilégier un camp plutôt qu’un autre n’aura pas de répercussion sur la suite du scénario. Dommage, on aurait bien aimé pouvoir mener la barque à sa façon. On regrettera également que la réalisation inégale nous rappelle par moment un développement chaotique démarré en 2009 avec ses textures pas toujours à la fête et des bugs graphiques bien présents. De même, les fusillades sont plutôt quelconques comparées aux combats à mains nues et la difficulté aléatoire est souvent source de frustration (certains bagarreurs sont cheatés). Malgré ces petits écueils, Sleeping Dogs est une bonne surprise qui comblera le manque laissé par l’absence de GTA V cette année sur nos consoles.



test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    Hong Kong de nuit sous la pluie est magnifique mais à d’autres moments les textures sont crades et les bugs d’affichages nous rappellent que le développement a démarré en 2009.

  • Jouabilité

    7 / 10

    Les combats au corps à corps sont accessibles et efficaces mais les fusillades sont quelconques et la caméra fait parfois des siennes. Essayez donc la marche arrière en moto pour voir.

  • Son

    8 / 10

    Les dialogues alternent entre anglais et cantonnais en fonction des protagonistes et les radios localisées immergent immédiatement dans la Chine moderne. Un des points forts du jeu.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Plus rapidement terminé qu’un GTA IV ou qu’un Red Dead Redemption, Sleeping Dogs dispose de suffisamment de missions principales et secondaires pour occuper une vingtaine d’heures.

  • Fun

    7 / 10

    Le plaisir de Sleeping Dogs repose sur la découverte de Hong Kong, sur les combats et la position de Wei Shen en infiltré. La difficulté inégale et les imprécisions générales (caméra, IA, bugs) amusent beaucoup moins.

• La ville de Hong Kong.
• Les combats au corps à corps.
• Le système de compétences.

• Réalisation en dents de scie.
• Fusillades quelconques.
• Difficulté mal calibrée.

7.5 / 10

Verdict

Compte tenu de son développement houleux, on ne s’attendait pas à une surprise aussi bonne de la part de Sleeping Dogs. L’escapade dans un Hong Kong dépaysant et plein de charmes change des habituelles virées américaines. Les affrontements au corps à corps sur fond de Kung Fu sont plutôt réussis et jouer le flic infiltré parmi les Triades donne lieu à des missions plus intéressantes que la moyenne, alternant entre enquêtes policières et prises de pouvoir. En attendant GTA V, voici déjà un bon jeu d’action en open world.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Sleeping Dogs

Sleeping Dogs

7.5 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 28.25€

[articles disponibles]

[médias disponibles]