Les news PS3 de Sony en intégralité

>Vous êtes ici : Accueil » PS3 » Resident Evil 6 » Test

Test de jeu / PS3 / Resident Evil 6

Resident Evil 6

Resident Evil 6

FaceBook Twitter
Envoyer

[sommaire]

Alors que certaines années furent marquées par l’absence de jeux Resident Evil, la licence est au cœur de l’actualité en 2012. Entre les cinq jeux vidéo (Resident Evil : Revelations, Resident Evil : Opération Raccoon City, The Umbrella Chronicles HD, The Darkside Chronicles HD et Resident Evil 6), un cinquième film d’une nullité abyssale au cinéma (Resident Evil : Retribution), et un duo film d’animation (Resident Evil : Damnation) / manga (Resident Evil : Marhawa Desire) censé servir d’introduction au dernier jeu vidéo (mais en fait non), on frôlerait presque l’overdose. Et oui, la machine marketing est en marche et l’épisode 6 est bien parti pour être l’une des meilleures ventes de cette fin d’année sur PlayStation 3 (déjà 4,5 millions d'exemplaires distribués dans le monde). Mais derrière ce matraquage médiatique, que vaut réellement ce nouveau Resident Evil ? Réponse dans ce test.

Référence incontournable d’un genre qu’il a créé (même si Alone in the Dark était passé avant), le premier Resident Evil a marqué toute une génération de joueurs par son ambiance cinématographique et le sentiment de peur que généraient les mésaventures de Jill Valentine et Chris Redfield dans le fameux manoir. Fortes de ce succès, les suites se sont enchainées, inclinant petit à petit le gameplay vers l’action jusqu’à Resident Evil 4, l’épisode de la rupture. Depuis cet opus l’action se joue caméra à l’épaule, la peur brille par son absence et la coopération est même devenue incontournable avec son passage sur consoles HD. Ce Resident Evil 6 est aussi une révolution dans la série : le jeu est disponible moins de 9 mois après son annonce, sa date de sortie a été avancée, et le développement n’a pas donné lieu à différentes préversions annulées que les fans auraient réclamées par la suite (comme Resident Evil 1.5 et Resident Evil 3.5). Surtout, il est le premier à offrir trois campagnes distinctes vendues comme étant la quintessence de la saga. Voyons ça.

Président et villes

Le début de Resident Evil 6 commence comme un mauvais rêve. A peine le réglage de la luminosité effectué, on bascule dans le jeu, sans passer par un quelconque menu. En vue intérieure comme dans un vulgaire FPS, nous nous retrouvons dans la peau d’un Léon S. Kennedy malmené par toute l’action qui l’entoure. Sa coéquipière – Helena Harper – est blessée et il va devoir la mettre à l’abri pour pouvoir la soigner. Les deux personnages échangent quelques mots, le temps de comprendre que le jeu est désormais entièrement doublé en français. Une trahison pour les fans de la première heure qui ne jurent que par le “Whoa ! What a mansion ! ”, d’autant qu’aucune option ne permet de passer le jeu en VOSTFR sur PlayStation 3, alors qu'elle est présente sur Xbox 360. Une rupture d’égalité juste scandaleuse quand le jeu tient sur Blu Ray d’un côté et sur DVD de l’autre (sur deux, certes). Heureusement, les doublages sont relativement convaincants et les petits nouveaux qui ne veulent pas lire de sous-titres seront aux anges en entendant la voix française du commandant Shepard parmi tant d’autres.

Resident Evil 6 - 11Resident Evil 6 - 13Resident Evil 6 - 10Resident Evil 6 - 5

Helena remise sur pieds, le duo va pouvoir se remettre à massacrer du zombie, slalomer entre les voitures pour éviter l’explosion de toute une rue, piloter un hélicoptère jusqu’à son crash et mettre en joue un monstre juste avant l’apparition du titre. Les premières minutes du tutorial servent d’introduction à la nouvelle mise en scène, calquée sur les productions occidentales à succès de ces dernières années (Uncharted, Gears of War et Call of Duty en tête). Les choses sont désormais claires : l’action sera ponctuée de scripts (explosions diverses, ennemis qui surgissent d’on ne sait où, effets de surprise), des quick time events souvent inutiles viendront pourrir l’immersion (à peu prêt pour tout et n’importe quoi), les objectifs seront bêtement affichés à l’écran et leur destination sera balisée par un GPS bien visible.

Cette nouvelle vision de Resident Evil s’accompagne de certains changements de jouabilité, parfois radicaux pour les puristes. Ceux qui pestaient contre la rigidité de Resident Evil 5 ont vu leur souhait exaucé, les héros peuvent désormais se déplacer et tirer en même temps, effectuer des roulades, se jeter au sol, donner des coups de pieds / poings (limités par l’endurance), réaliser des prises pour achever un ennemi et même contre-attaquer en respectant un timing précis. Cet épisode inaugure aussi l’incontournable système de couverture (raté pour le coup, et donc peu utilisé), l’orientation de la caméra avec le stick analogique droit, et les boutons de la croix directionnelle servent de raccourcis à un inventaire désormais sans fond (accès aux soins, grenades et armes). En y réfléchissant bien, nous sommes en présence d’une prise en main proche de celle de Resident Evil : Opération Raccoon City, pourtant décriée pour ses approximations. Dans le fond, on peut même s’interroger sur la légitimité de proposer une telle jouabilité dans un épisode canonique de la série six mois à peine après la sortie d’un spin-off spécialement dédié à l’action en multijoueurs. Pour éviter cette impression de doublon, il aurait peut être fallu créer deux séries radicalement différentes : l’une au cœur de l’action et l’autre enfin digne d’un survival horror dont la marque était l’égérie à la belle époque.

Resident Evil 6 - 19Resident Evil 6 - 17Resident Evil 6 - 26Resident Evil 6 - 25

Enfin, le jeu succombe lui aussi au charme des améliorations de compétences puisqu'en éliminant des ennemis et en fouinant un peu, vous récupérez parfois des points spéciaux à dépenser dans l'achat d'habiletés supplémentaires. Votre personnage peut porter jusqu'à trois habiletés afin de maximiser son efficacité dans certains domaines (au combat, en camaraderie, en munitions...). C'est, là aussi, gentiment surfait puisque les prix exorbitants des compétences les réservent aux joueurs les plus chevronnés.



page suivante ›
publicité

Infos Jeu

Resident Evil 6

Resident Evil 6

7 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 19.99 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité