> Vous êtes ici : Accueil » PS3 » Race Driver: GRID » Test

Test de jeu / PS3 / Race Driver: GRID

[sommaire]

Du changement dans le gameplay

Passons maintenant au point le plus important de tout jeu de course : le pilotage. Alors que TOCA penchait indéniablement vers la simulation avec une prise en main pas toujours très aisée, GRID se veut dans sa configuration de base beaucoup plus accessible. Dès votre première course, toutes les aides au pilotage (contrôle de traction, boîte automatique, freinage assisté et direction assistée) sont activées par défaut et rendent le jeu accessible à tous, y compris aux habitués des titres orientés arcade. N’allez pas croire pour autant qu’il suffit de se jeter dans les virages en épingle sans jamais freiner : vous finiriez contre une rambarde ou une pile de pneus ! Les principes de base de la conduite sportive reste tout de même d’actualité, mais appuyer à fond sur le champignon en plein virage n’entraînera que rarement un tête-à-queue, et le freinage tardif ici facilité vous permettra de dépasser vos adversaires sans trop de difficulté.

Race Driver: GRID - 36 Race Driver: GRID - 35 Race Driver: GRID - 34 Race Driver: GRID - 33

Que les amateurs de challenge se rassurent : il leur suffira de désactiver ces aides et de pousser le niveau de difficulté (il y en a cinq en tout) pour retrouver des conditions de course plus intéressantes. Précisons tout de même que GRID n’atteint jamais le niveau d’exigence d’un GT5 Prologue ou même d’un TOCA 3, à cause notamment d’une gestion des transferts de masses pas toujours très probante. Dans le même registre, signalons l’absence totale de réglages sur l’ensemble des voitures : pas question ici de trafiquer les suspensions, le turbo ou même la boîte de vitesse.

Heureusement, cette simplification de la prise en main n’a pas pour conséquence de rendre les courses fades et inintéressantes : les développeurs ont en effet décidé de mettre le paquet sur un point essentiel de ce genre de jeu, à savoir l’intelligence artificielle des adversaires. Ces derniers se révèlent vite très efficaces et particulièrement agressifs, n’hésitant pas à vous faire l’intérieur de manière un peu osée, voire à jouer des coudes dans la mêlée au risque de vous pousser à la faute. Le résultat est sans appel : hormis quelques courses du début de carrière, les affrontements sur la piste sont sans concession et la victoire n’est vraiment acquise que lorsque l’on a franchi la ligne d’arrivée. Il faut bien le dire, rares sont les jeux de course réussissant à maintenir un tel niveau de suspense tout au long des épreuves proposées. Une prouesse d’autant plus impressionnante qu’elle n’a pas été réalisée grâce à une IA s’adaptant à votre niveau comme on a pu en voir dans la série Burnout : ici, si vous décrochez du pack, vos adversaires n’attendront pas que vous réussissiez à les rejoindre pour poursuivre leur route !

Forcément, une opposition aussi efficace pousse le joueur à prendre des risques pour remplir ses objectifs, et l’on comprend alors mieux la plus grande tolérance apportée au pilotage. Mais cette dernière ne sera vraisemblablement pas suffisante pour bon nombre de joueurs : pour gagner, il vous faut vraiment connaître à la fois le circuit et votre voiture, une chose impossible durant les premières courses. Il ne sera donc pas rare que vous soyez victime de sorties de piste, de touchettes avec les autres concurrents, voire de véritables crashs. Là encore, les développeurs ont eu une idée intéressante : la relecture instantanée. Il s’agit en fait d’un simple outil vous permettant de visualiser vos dernières secondes de course, à la manière d’un magnétoscope. Durant la séquence, vous pouvez à tout moment appuyer sur le bouton Carré pour utiliser un flashback qui vous fera reprendre la course à l’instant choisi : après une fausse manœuvre, vous aurez donc la possibilité de revenir en arrière pour éviter le drame. Attention toutefois, le nombre de flashbacks est limité selon le niveau de difficulté choisi !

Race Driver: GRID - 32 Race Driver: GRID - 31 Race Driver: GRID - 30 Race Driver: GRID - 29

Pour en revenir aux collisions diverses et variées dans lesquelles vous serez impliqué, sachez que celles-ci pourront détériorer votre voiture, altérant sa direction, les performances de son moteur, ou bien la réduisant directement à l’état d’épave. Il faut toutefois avouer que les chocs pour en arriver là devront être très sérieux, nettement plus que dans la réalité ! Un parti pris qui une fois encore déroutera les fans de réalisme mais qui évitera une trop grande frustration des joueurs moins exigeants. Frustration qui risque toutefois de faire son apparition durant l’épreuve des 24H du Mans dont la difficulté est, sans que l’on ne sache vraiment pourquoi, clairement un cran au dessus de celle des autres disciplines : sachez que la moindre faute vous coûtera vraisemblablement la première place tant vos adversaires sont presque impossibles à rattraper, une pilule difficile à avaler pour une épreuve qui dure plus de 10 minutes dont la moitié en pleine nuit !

Des modes multijoueurs peu fournis

Comme tout bon jeu de course qui se respecte, Race Driver GRID offre la possibilité à plusieurs joueurs de s’affronter dans les différentes disciplines disponibles. Vous pourrez ainsi regrouper jusqu’à 12 participants en ligne ou en réseau local. Petite déception, aucun mode de jeu en écran partagé n’a été inclus, une tendance qui semble se répandre de plus en plus depuis quelques temps…

Une fois dans le menu Multijoueur, vous pourrez vous lancer dans des parties avec classement, sans classement ou privées, et aurez la possibilité de chercher une partie rapide ou personnalisée, voire de créer votre propre partie. Dans ce dernier cas, vous choisirez d’abord l’une des trois régions, puis une discipline, activerez ou non les dégâts et le rattrapage, et fixerez la longueur de la course. Une offre classique dont on regrette quelque peu le manque d’innovation !

Race Driver: GRID - 28 Race Driver: GRID - 27 Race Driver: GRID - 26 Race Driver: GRID - 25

Côté stabilité et lag, il faut bien avouer que le résultat n’est pas toujours des plus probants, et l’on espère que la performance des serveurs sera revue à la hausse durant les prochaines semaines.

Techniquement convaincant

Dès votre première course, vous aurez tout le loisir d’admirer les performances de l’EGO Engine, une évolution du moteur Neon utilisé l’an dernier pour Colin McRae DiRT : jusqu’à vingt voitures sont présentes en même temps sur la piste, et ces dernières bénéficient d’une modélisation de très bonne facture, sans atteindre toutefois la quasi-perfection d’un GT5 Prologue. Il faut dire que le titre de Codemasters doit en plus gérer les dégâts occasionnés par les collisions, domaine dans lequel la performance est une fois encore de bon niveau : différentes pièces se détachent des voitures selon les chocs encaissés, et restent sur la piste d’un tour à l’autre. Un excellent point pour l’immersion ! Précisons au passage qu’il existe cinq caméra différentes (dont une vue du cockpit) pour satisfaire tous les joueurs.

Les environnements sont eux aussi très réussis, avec des circuits officiels forcément un peu vides sur les bas-côtés mais des tracés urbains bien plus riches dans ce domaine. Au passage, notons la présence d’une foule intégralement affichée en 3D qui, si elle manque forcément de détail, reste plus agréable à regarder que les habituelles bouillies de pixels utilisées. Côté effets spéciaux, on note une fumée liée aux dérapages plutôt convaincante, et une bonne gestion de l’alternance jour/nuit sur le circuit du Mans. On regrette en revanche l’absence totale des conditions météorologiques, toutes les courses se déroulant sur sol sec.

Race Driver: GRID - 24 Race Driver: GRID - 23 Race Driver: GRID - 22 Race Driver: GRID - 21

Côté fluidité, l’animation reste la plupart du temps stable à 30 images par seconde mais il arrive que de micro-ralentissements viennent perturber l’affichage durant une fraction de seconde lors de certaines scènes particulièrement chargées. Rien qui nuisent vraiment au pilotage, mais on aurait évidemment préféré que le défaut n’existe tout simplement pas !

C’est en fait dans le domaine sonore que GRID effectue sa performance la moins convaincante : si les moteurs sonnent dans l’ensemble de manière correcte, leur bruit est particulièrement étouffé en vue intérieure, rendant cette dernière un peu moins impressionnante que les autres. Les dérapages et autres collisions sont quant à eux bien rendus, même si les sons utilisés pour les bris de glace semblent manquer de diversité. Un mot aussi sur les musiques entendues en course qui, si elles ne s’avèrent pas excitantes outre mesure, ne parviennent tout de même pas à irriter au point qu’on ait envie de les couper. Terminons sur les interventions de notre manager depuis les stands, un peu trop répétitives et pas toujours suffisamment pertinentes pour bien nous renseigner sur l’état de la course.



test écrit par


‹ page précédente
  • Graphismes

    8 / 10

    Les voitures sont finement modélisées et leurs dégâts rendus de belle manière. Elles sont en outre nombreuses sur la piste et le seul regret tient finalement à quelques micro-ralentissements perceptibles lorsque l'écran est trop chargé.

  • Jouabilité

    8 / 10

    Les fans de simulation pure et dure reprocheront probablement au jeu sa nouvelle orientation offrant un pilotage plus accessible. La désactivation des aides à la conduite complique toutefois les choses, et l'IA s'avère extrêmement performante.

  • Son

    7 / 10

    Le bruit des moteurs est correct quoique parfois léger, et les crissements de pneus ou les sons liés aux collisions sont bien rendus. Les musiques sont pour la plupart sans grand intérêt et les interventions parlées des stands manquent de diversité.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Le mode de jeu principal saura vous occuper pendant plusieurs heures mais l'acquisition des points nécessaires pour passer les niveaux de permis pourra parfois paraître un peu longue. Les modes multijoueurs vous permettront alors de faire un petit break.

  • Fun

    8 / 10

    Grâce à la belle diversité des disciplines proposées, pratiquement toutes intéressantes, le jeu réussit à capter l'attention du joueur du début à la fin. Le bon niveau de l'IA donne lieu à des courses disputées qui plairont aux amateurs de challenge.

• Une réalisation convaincante
• La diversité des disciplines
• Le bon niveau de l'IA

• Un pilotage qui ne plaira pas à tout le monde
• Quelques légers ralentissements
• Un mode carrière un poil trop dirigiste

8 / 10

Verdict

Après Colin McRae DiRT l'an dernier, c'est au tour de l'ex-série TOCA Race Driver d'emprunter le chemin du grand public pour son passage à la nouvelle génération. Une orientation qui décevra probablement les fans de simulation pure et dure mais qui devrait permettre au jeu de trouver un public plus large que celui de ses prédécesseurs. Il faut dire que l'offre en terme de disciplines reste vaste et que la réalisation s'avère convaincante sur presque tous les plans. En outre, une fois les aides au pilotage désactivées, le challenge reste bien présent notamment grâce à des adversaires très motivés qui ne vous laisseront aucun répit jusqu'à la ligne d'arrivée. Il ne reste qu'à espérer que l'inévitable prochain opus saura enrichir encore l'expérience, avec pourquoi pas l'arrivée des réglages et de la gestion des conditions météorologiques.

9 / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !


Lisez les critiques des lecteurs

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Race Driver: GRID

Race Driver: GRID

8 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    En occasion à 3.45€

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Sur le même sujet

[groupe GRID]

[jeux similaires sur PS3]