Les news PS3 de Sony en intégralité

>Vous êtes ici : Accueil » PS3 » Medal of Honor : Warfighter » Test

Test de jeu / PS3 / Medal of Honor : Warfighter

Medal of Honor : Warfighter

Medal of Honor : Warfighter

FaceBook Twitter
Envoyer

[sommaire]

Après avoir tenté sans succès de bousculer la hiérarchie des FPS militaires il y a deux ans, la série Medal of Honor d’Electronic Arts remet le couvert aujourd’hui en apportant quelques changements à sa recette originale. Mais si ces évolutions sont bel et bien perceptibles, de nombreux défauts subsistent et empêchent Warfighter de prétendre rivaliser avec les ténors du genre.

Premier constat, ce n’est pas sur le scénario du jeu que les développeurs de Danger Close se sont attardés : une fois de plus vous devrez parcourir le monde à la recherche d’un chef terroriste, détruisant au passage ses stocks d’un puissant explosif destiné à commettre des attentats aux Etats-Unis. Un air connu que la présence des deux opérateurs de la force Tier 1 incarnés alternativement par le joueur ne rend pas spécialement plus aguicheur…

Un mode solo générique

Warfighter vous propose en effet de chausser selon la mission les rangers de Preacher (déjà vu dans le précédent opus) ou de Stump, deux soldats d’élite agissant la plupart du temps séparément mais œuvrant tous les deux dans un même but : protéger leur pays de la menace terroriste. L’aspect patriotique souvent présent dans ce type de jeu est d’ailleurs ici exacerbé par les pseudo-citations d’une veuve de guerre, par des briefings aux dialogues bourrés de testostérone, et par des cinématiques qui tentent tant bien que mal de nous montrer l’impact des missions sur la vie de famille. Un travail censé apporter un peu plus d’authenticité à l’ensemble selon les dires des développeurs, mais qui résulte en une accumulation de clichés finalement plutôt indigeste. Mais passons.

Medal of Honor : Warfighter - 1Medal of Honor : Warfighter - 3Medal of Honor : Warfighter - 2Medal of Honor : Warfighter - 6

Alors que le Medal of Honor de 2010 se déroulait exclusivement en Afghanistan, Warfighter se propose quant à lui de vous transformer en globe-trotter : du Pakistan à la Mer d’Arabie en passant par les Philippines, le Yemen, Dubaï ou la Bosnie, les environnements traversés se révèlent ici nettement plus variés. Une diversité qui permet d’offrir des situations de jeu différentes d’une mission à une autre, même si la plupart d’entre elles ont déjà été vues dans un Call of Duty, un Battlefield, ou même un Medal of Honor !

Sans surprise, vous passerez le plus clair de votre temps à progresser sur une aire de jeu relativement confinée en abattant toutes les menaces qui surgiront pour pouvoir passer à la zone suivante. Comme souvent l’apparition des ennemis est clairement scriptée, et ils apparaitront donc toujours au même endroit et au même moment après que vous ayez franchi telle ou telle ligne virtuelle. Plus gênant, on remarque qu’à l’instar de Battlefield 3 vos adversaires orientent nettement leurs tirs sur vous plutôt que sur vos alliés : vous avez beau évoluer la plupart du temps en escouade de quatre, vous semblez être considéré comme la cible privilégiée ! Heureusement les ennemis sont moins précis que dans le titre de DICE, et il est donc rare de se faire abattre d’une balle en pleine tête tirée à plusieurs dizaines de mètres.

Globalement, l’intelligence artificielle des partenaires comme des adversaires laisse grandement à désirer : on passera rapidement sur les alliés qui une fois de plus prennent un malin plaisir à se poster devant votre viseur pour s’attarder un instant sur l’attitude naïve des ennemis. Ces derniers se contentent en effet de se mettre à couvert derrière un abri de fortune, puis de jeter de petits coups d’œil sur le champ de bataille avant de vider leur chargeur : autant dire que vous avez largement le temps de les aligner pour un headshot, et que l’écran de game over n’apparaîtra que suite à une petite inattention ! Dans le même registre on note l’existence d’ennemis kamikazes, qui ne trouvent rien de mieux que de foncer vers vous en terrain découvert : amateurs de tir au pigeon, levez la main !

Medal of Honor : Warfighter - 4Medal of Honor : Warfighter - 5Medal of Honor : Warfighter - 7Medal of Honor : Warfighter - 13

Vous l’aurez compris, les phases de tir « classiques » n’ont rien de très palpitant ni de très original. A vrai dire le seul élément un tant soit peu novateur réside dans l’existence de plusieurs méthodes pour enfoncer les portes, leur déblocage étant basé sur l’accumulation de headshots durant le ralenti qui suit la manœuvre. Sympa, sans plus. Sachez aussi que vous pourrez récupérer les armes des ennemis tombés au combat pour varier les plaisirs, le procédé étant toutefois rendu largement inutile par la possibilité de demander des munitions à ses partenaires lorsque le besoin s’en fait sentir.

Mais venons-en maintenant aux autres phases de jeu qui viennent régulièrement briser la monotonie des combats. Les fans du genre ne seront pas surpris d’apprendre qu’ils auront droit à quelques séquences de snipe (avec prise en compte de la déviation des balles), à une ballade en hélico mitrailleuse en main, à des passages en vision nocturne ou encore à l’utilisation d’un robot pour la reconnaissance et l’élimination des menaces. Autant de petites pauses bienvenues mais déjà vues ailleurs.

Plus originales, deux missions vous proposent de prendre le volant d’une voiture : la première vous invite à rattraper un assassin qui tente de s’échapper, tandis que la seconde vous place dans la peau du fugitif après que vous ayez kidnappé une huile de Dubaï. Dans les deux cas l’expérience est plutôt concluante, avec une prise en main agréable pimentée par la présence d’un système proche des takedowns de Burnout. Mieux, la seconde mission inclut un court passage au cours duquel vous devez vous cacher des voitures ennemies qui patrouillent dans une résidence, un mélange curieux mais amusant de Pac-Man et de Metal Gear Solid. Bien vu !

Medal of Honor : Warfighter - 9Medal of Honor : Warfighter - 14Medal of Honor : Warfighter - 15Medal of Honor : Warfighter - 11

Mais après avoir bouclé les 13 missions de la campagne solo de ce Warfighter, ce qui ne vous prendra pas plus de quatre ou cinq heures, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit là d’un patchwork un peu trop décousu d’idées connues et souvent mieux exécutées par la concurrence. Comme son prédécesseur ce nouveau Medal of Honor n’est pas un mauvais jeu, mais il souffre durement de la comparaison avec les ténors du genre.



page suivante ›
publicité

Infos Jeu

Medal of Honor : Warfighter

Medal of Honor : Warfighter

6 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 16.99 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité