Les news PS3 de Sony en intégralité

Test de jeu / PS3 / Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit

FaceBook Twitter
Envoyer
  • par
  • Plateforme : Uniquement sur PSN
  • Date de sortie :03/10/2012
  • Développeur :Arkedo Studio
  • Distributeur :Sega
  • Genre :Plates-formes
  • Nb de joueurs :1

Après quelques timides apparitions sur le PlayStation Store avec des productions au budget très limité (Jump !, Swap ! et Pixel !), le studio français Arkedo nous revient aujourd’hui avec un menu nettement plus consistant et diablement alléchant. Avec son humour complètement barré, ses multiples références au cinéma, au jeu vidéo ou à la musique, et son action débridée, Hell Yeah ! a de quoi faire le bonheur des amateurs d’action/plateforme 2D.

La vie de Ash, le lapin Prince des Enfers, n’est pas facile tous les jours : il doit constamment savoir faire preuve d’autorité, de méchanceté et de violence, en prenant bien garde à ne jamais laisser transparaître la moindre once de douceur. Rien d’étonnant alors à ce qu’il prenne une pause de temps à autre, son pêché mignon étant de se faire couler un bain et de le partager avec son canard en plastique préféré. Seulement voilà un ignoble paparazzi a réussi à prendre des clichés de son altesse en train de se relaxer, et n’a rien trouvé de mieux que de les diffuser sur le Hellternet où une centaine de bestioles a déjà pu les visionner. Pour éviter l’humiliation notre lapinou mort-vivant n’a plus qu’une solution : traquer les voyeurs et le photographe afin de les réduire au silence de manière définitive !

Une traque au cœur des enfers

Voilà donc Ash parti en exploration dans son royaume afin de localiser et trucider ses ennemis. Un périple qui lui fera visiter des environnements aussi différents qu’une caverne où la lave coule à flot, une grotte sous-marine, un casino, l’espace, ou encore une zone psychédélique aux couleurs aveuglantes.

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 54Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 66Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 43Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 36

Quel que soit le niveau, Ash se déplacera de deux manières distinctes imposées par le jeu selon la zone traversée : à pied, ou aux commandes d’une scie circulaire. Dans le premier cas, notre lapin sera extrêmement vulnérable et ne pourra pas directement attaquer ses ennemis, devant alors utiliser les éléments du décor à son avantage pour éliminer les menaces (faire tomber un rocher, déclencher l’écoulement d’un liquide mortel…). Dans le second cas, son curieux véhicule lui permettra non seulement d’écraser aisément les petits monstres évoluant autour de lui, mais aussi d’utiliser les armes en sa possession.

Les déplacements eux-mêmes sont directement affectés par le mode de locomotion : à pied, Ash ne pourra compter que sur son saut simple ou son saut mural (il rebondit alors d’une paroi à une autre pour grimper jusqu’en haut de l’obstacle). Avec sa scie fonctionnant comme un jetpack, il pourra s’élever jusqu’à une certaine hauteur, mais aussi creuser dans certaines roches friables afin d’ouvrir de nouveaux chemins. Dans les deux cas l’inertie particulière de notre héros demande quelques minutes d’adaptation, mais on parvient vite à explorer les niveaux parfois tortueux sans réel problème.

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 62Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 56Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 43Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 3

Car le but premier du jeu est bel et bien de localiser et d’atteindre les 101 monstres ayant visionné les photos de notre lapin dans sa baignoire. Il s’agit donc d’aller de l’un à l’autre en suivant les indications du radar situé en bas à droite de l’écran, tout en évitant les ennemis lambda et les pièges parfois vicieux imaginés par les développeurs. Des portes viendront de temps à autre bloquer votre progression, indiquant le nombre de monstres à tuer avant de pouvoir passer. L’aventure est de fait relativement linéaire, même si l’on a le choix d’éliminer les trois ou quatre monstres d’une même zone dans n’importe quel ordre.

Mignons et doux les lapins ?

Mais revenons-en à ces fameux 101 monstres : plus gros et plus difficiles à tuer que les ennemis de base, ils demandent chacun une technique particulière pour vider leur barre de vie, puis pour les achever. Vous pourrez la plupart du temps recourir à vos armes pour la première manœuvre, mais certains équipés d’un bouclier devront être vaincus au corps-à-corps (en forant directement sur eux avec la scie circulaire !), tandis que d’autres seront tout simplement inatteignables directement. Il faudra alors écouter attentivement leur petit laïus de présentation (déclenché lorsque vous êtes non loin d’eux) afin de trouver la solution de l’énigme. Nous ne vous en dirons pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise de la découverte !

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 69Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 74Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 61Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 55

Une fois la barre de vie vidée, un mini-jeu se déclenche pour vous permettre d’achever votre ennemi. Complètement loufoques et particulièrement sanguinolentes, ces séquences vont du jeu musical au button-mashing (appuyer plusieurs fois et très rapidement sur le même bouton) en passant par le quizz stupide ou le QTE. En cas de réussite de l’épreuve une animation se déclenche alors à l’écran, vous permettant d’assister à la mise à mort toujours violente mais aussi très drôle de votre adversaire. L’hémoglobine coule à flot mais le côté déjanté de ces séquences permettra de faire passer la pilule même chez les joueurs les plus sensibles.

Au fur et à mesure de votre progression, vous amasserez de l’argent qui vous permettra d’acheter de nouvelles armes et de nouvelles tenues, ou d’améliorer l’équipement déjà en votre possession. Côté arsenal l’offre est variée avec un pistolet, un fusil à pompe, une mitraillette, un lance-roquettes, des grenades, un lance-missiles, et même un lance-eau-bénite ! Evidemment les costumes disponibles sont tout aussi déjantés, allant du casque de footballeur américain au chapeau de mafieux en passant par une « tête dans le cul » consistant en une paire de fesses ornée d’un simple slip.

Des références en veux-tu en voilà

Drôle, Hello Yeah ! l’est aussi dans ses multiples références à divers films ou jeux vidéo. Ainsi, l’un des finish moves vous verra propulser votre ennemi dans le ciel où vous apercevrez un projecteur dessinant la silhouette d’Ash façon Batman. Durant certaines séquences se déroulant dans l’espace, vous entendrez un thème très proche de celui de Star Trek. Plus fort encore, tout un monde du jeu est calqué sur le mythique Mario de Nintendo, avec décors mignonnets, musique enjouée et étoiles à ramasser ! Et il ne s’agit là que de quelques exemples.

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 73Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 77Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 79Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 80

La série Pokemon a sans doute elle aussi inspiré les développeurs puisque, outre le fait que l’on ait 101 monstres aux noms souvent drôles à exterminer, ceux-ci sont par la suite envoyés sur une île où l’on peut les faire travailler afin d’obtenir plus d’argent ou des objets bonus. L’aspect collectionnite est donc mis en avant, même si son intégration est quelque peu discutable : il faut tout d’abord attendre un temps relativement long avant d’obtenir quoi que ce soit (nous avons eu droit à trois ou quatre cadeaux seulement avant d’atteindre le générique de fin !), mais surtout l’accession à l’île oblige à quitter sa partie en cours et à revenir au menu principal du jeu. On aurait préféré quelque chose de plus direct à partir du menu Pause du jeu !

Quoi qu’il en soit, Hell Yeah ! a suffisamment d’atouts dans sa manche pour justifier son prix de vente de 12.99€. Terminer l’aventure nécessite une petite dizaine d’heures pour les joueurs habitués au genre, et une trentaine de missions facultatives (tuer tant de monstres dans un temps donné, faire une course de checkpoints…) viennent encore gonfler la durée de vie.

Contrôle technique OK

La réalisation du jeu est par ailleurs réussie, avec des graphismes 2D très colorés et toujours parfaitement lisibles. Les différents personnages et les décors bénéficient en outre d’un design inspiré, et l’on apprécie tout particulièrement la taille imposante de certains monstres. Cerise sur le gâteau tout ceci s’anime à l’écran sans le moindre ralentissement ! A vrai dire le seul vrai reproche que l’on puisse faire au jeu est le taux de compression de ses cinématiques qui engendre quelques artefacts disgracieux à l’affichage. Rien de très gênant.

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 14Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 20Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 13Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit - 40

Côté bande son le jeu fait la part belle aux musiques typées rock voire métal, à l’exception du niveau inspiré de Mario qui donne dans la parodie gentillette. Les effets sonores sont quant à eux conformes à ce que l’on peut attendre de ce type de jeu.



test écrit par

  • Graphismes

    7 / 10

    Les graphismes en 2D ne sont pas forcément très impressionnants mais le design des décors et des monstres est globalement réussi, et les finish moves sont bien trouvés. On déplore des artefacts de compression sur les cut-scenes.

  • Jouabilité

    8 / 10

    Il faut quelques minutes pour s’habituer à l’inertie particulière de Ash mais on parvient ensuite à le diriger aisément, qu’il soit à pied ou en jetpack. Les phases de jeu sont variées, toujours agréables, et bourrées d’humour.

  • Son

    8 / 10

    Largement dominée par les riffs de guitare, la musique du jeu sait toutefois s’adapter en fonction des circonstances : plus enfantine dans le niveau hommage à Mario, ou façon Star Trek dans l’espace. Les effets sonores sont réussis.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Dix heures de jeu minimum pour 12.99€, voilà un deal séduisant ! Sachez toutefois que seules quelques missions pas franchement trépidantes vous attendront une fois les 101 monstres annihilés. L’idée de l’île est intéressante mais mal intégrée.

  • Fun

    8 / 10

    Pas forcément très innovant dans son gameplay, le jeu offre toutefois de nombreuses phases de jeu très différentes les unes et des autres, et parfaitement cohérentes entre elles. Il bénéficie surtout d’une ambiance complètement déjantée très accrocheuse.

• L’humour complètement barré
• La variété du gameplay
• Le rapport durée de vie / prix

• L’île sous-exploitée
• Quelques checkpoints bizarrement placés
• La compression trop forte des cut-scenes

8 / 10

Verdict

Pour sa première production d’envergure sur le PlayStation Store, le studio Arkedo n’a pas fait les choses à moitié. D’une durée de vie confortable pour un prix modique, Hell Yeah ! bénéficie d’une réalisation solide et offre un gameplay varié, le tout baignant dans une ambiance à la violence outrancière parfaitement équilibrée par un humour ravageur. Bref vous aurez du mal à trouver plus belle réussite pour seulement 12.99€ !

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit

Hell Yeah ! Wrath of the Dead Rabbit

8 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Sur le même sujet

publicité