Les news PS3 de Sony en intégralité

>Vous êtes ici : Accueil » PS3 » DOOM 3 BFG Edition » Test

Test de jeu / PS3 / DOOM 3 BFG Edition

DOOM 3 BFG Edition

DOOM 3 BFG Edition

FaceBook Twitter
Envoyer

On ne peut pas vraiment dire qu’entre la série Doom et les consoles PlayStation ce soit une grande histoire d’amour. Le dernier épisode de la célèbre saga sur une machine de Sony remonte à Final Doom en 1996. Depuis, les fidèles du constructeur sont passés à côté de Doom 3 et de son disque additionnel Resurrection of Evil, la PlayStation 2 étant à l’époque un peu juste pour les faire tourner, contrairement à la première Xbox. L’arrivée de cette BFG Edition sur PlayStation 3 sonne donc comme une revanche pour tous ceux qui n’ont pas eu la chance de fouler la planète Mars il y a huit ans.

Devoir de mémoire

Précurseur d’un genre auquel il a longtemps été associé (les fameux Doom-like), le jeu de tir en vue intérieure d’Id Software profite de la mode des remasterisations en haute définition pour (enfin) sortir sur PlayStation 3. Et on peut dire que les développeurs ont fait les choses en grand à cette occasion en incorporant sur le blu-ray toute la série. Le menu de sélection permet ainsi de jouer dès le disque inséré à Doom, Doom 2, Doom 3, l’extension Resurrection of Evil et même à huit niveaux solo totalement inédits : The Lost Mission.

DOOM 3 BFG Edition - 14DOOM 3 BFG Edition - 11DOOM 3 BFG Edition - 9DOOM 3 BFG Edition - 15

Si pour la concurrence la présence de Doom 1 et 2 sur le disque peut paraitre inutile (ils sont disponibles depuis longtemps sur le Xbox Live), c’est la première fois que ces deux FPS mythiques débarquent sur PlayStation 3 (inutile de les chercher sur le PlayStation Store, ils n’y sont pas). Les nostalgiques seront probablement heureux de retrouver les épisodes fondateurs lissés et présentés dans leur dimension 4/3 d’origine agrandissable à l’envie. Les titres sont jouables avec les deux sticks analogiques pour une prise en main meilleure qu’à l’époque et la possibilité de sauvegarder quand on veut permet d’exorciser quelques cauchemars d’enfance (devoir se refaire le niveau à chaque mort était affreux). Surtout, ces vieux jeux jouissent de composantes multijoueurs forts agréables. Aussi bien à quatre en écran splitté qu’en ligne (un classement mondial est même présent), il est possible de se les faire entièrement en coopération ou d’affronter d’autres joueurs en matchs à mort. C’est toujours sympa d’avoir laissé les modes multijoueurs alors que d’autres compilations HD n’ont pas cette classe (Splinter Cell par exemple). De bons moments de shoot en perspective pour les curieux.

Faisant plus office de bonus sympas que d’un véritable argument commercial, ces deux antiquités ne masquent pas le vrai intérêt de cette compilation : la présence de Doom 3. Sorti en 2004 sur PC, ce troisième volet se déroule sur la planète rouge alors que les deux premiers se passaient sur les deux satellites de Mars. On y incarne un marine de l’UAC (Union Aerospace Corporation) dont la mission est de veiller à la sécurité d’un vaste complexe scientifique. A peine le temps de flâner dans la base comme dans le début d’Half-Life qu’un ingénieur ouvre les portes de l’enfer, déversant des centaines de créatures démoniaques dans la station. Désormais les humains sont des zombies, les monstres sont planqués dans les coins sombres et se frayer un chemin n’est pas une mince affaire.

DOOM 3 BFG Edition - 12DOOM 3 BFG Edition - 8DOOM 3 BFG Edition - 4DOOM 3 BFG Edition - 6

Auréolé de critiques globalement excellentes à sa sortie (87% de moyenne sur Metacritic), le jeu combine les rudiments du FPS à l’ambiance d’un survival-horror. Les ennemis font tout pour prendre le joueur par surprise et les décors très souvent sombres obligent à les balayer avec sa lampe torche avant de progresser. Pour nourrir une tension permanente, les développeurs avaient choisi de considérer la lampe comme une arme, obligeant le joueur à alterner sans cesse entre lumière et tir. L’impossibilité de scotcher la torche à une arme a fait couler beaucoup d’encre à l’époque, (les rafales à l’aveugle n’étant pas du goût de tous) mais elle contribuait largement aux sursauts. Malgré l’utilisation abusive des mécanismes de la peur (l’angoisse s’effiloche à la longue), Doom 3 est une valeur sûre qu’il faut avoir testé au moins une fois dans sa vie.

(Plus) peur du noir

La dimension survival-horror est beaucoup plus en retrait dans Resurrection of Evil, le stand alone revenant aux sources de l’action brute de décoffrage avec des centaines d’ennemis à exploser au fusil à double canon. Son scénario narrant les mésaventures d’un autre marine confronté aux forces infernales sert également de prétexte aux missions inédites (et tout aussi bourrines) de The Lost Mission. Là encore, on apprécie l’initiative d’Id Software de proposer un peu de contenu exclusif à une remasterisation HD quand d’autres développeurs suppriment carrément des features sur leurs compilations (Metal Gear Solid HD Collection par exemple). Notez que Doom 3 contient toujours ses différents modes multijoueurs en ligne jouables jusqu’à quatre (tournoi, matchs à mort, survivant) pour prolonger la partie

Prouesse technique à sa sortie, Doom 3 n’est plus aussi flatteur en 2012, même en haute définition (720p). Si les textures des visages et les éclairages sont encore relativement corrects, chaque cut-scene nous renvoie huit années en arrière face à des modélisations des personnages aussi anguleuses. Les contours sont découpés à la serpe, les crânes chauves sont plus carrés que ronds et il manque quelques dizaines de polygones sur les corps pour les rendre crédibles. Améliorer les modèles 3D comme l’ont fait les gars de Just Add Water pour Oddworld : La Fureur de L’Etranger HD n’aurait pas été de trop. Dans le même registre, certaines textures auraient mérité un petit coup de polish pour impressionner encore aujourd’hui. Le jeu reste tout de même encore regardable à l’heure actuelle, d’autant que la compatibilité avec une 3D stéréoscopique profonde et un son 5.1 contribuent à l’immersion les lunettes sur le nez et le casque sur les oreilles.

DOOM 3 BFG Edition - 2DOOM 3 BFG Edition - 1DOOM 3 BFG Edition - 3DOOM 3 BFG Edition - 5

Au niveau du gameplay, les rabat-joie de l’époque seront satisfaits en constatant que la lampe torche a cédé sa place à une lampe d’épaule permettant enfin de manipuler une arme tout en éclairant devant soi. Travestissant totalement l’état d’esprit du jeu original, cette modification rend l’exploration trop facile, tuant dans l’œuf par la même occasion la plupart des effets de surprise. Comme un enfant en bas âge, on a toujours notre veilleuse avec nous (l’ancien système n’est pas en option) même si la batterie de la lampe s’épuise rapidement et qu’il faut l’éteindre le temps qu’elle se recharge. L’ambiance flippante prend une claque dans la gueule que le manque d’optimisation achève pour de bon. En effet, les développeurs ont implémenté un système de sauvegarde automatique qui stoppe net l’action devant un écran « sauvegarde en cours », explosant au passage la pression qui était en train de monter. Entre les temps de chargement à rallonge entre les niveaux et les micro-chargements en jeu qui figent l’écran pendant une seconde à l’entrée des nouvelles zones, on aurait souhaité une meilleure finition pour un tel monument.



test écrit par

  • Graphismes

    6 / 10

    Doom 3 a pris un coup de vieux et la remasterisation n’est qu’un upscale en 720p auquel il manque des améliorations sur les textures et les personnages. La 3D stéréoscopique est un plus.

  • Jouabilité

    6 / 10

    La prise en main est à la hauteur des FPS actuels mais l’immersion est tuée par les écrans de sauvegarde qui stoppent l’action. La nouvelle lampe obligatoire trahit l’esprit du jeu.

  • Son

    8 / 10

    Le travail sur les bruitages et les musiques d’ambiance contribue à poser un climat d’angoisse que le nouveau son 5.1 bonifie le casque sur les oreilles.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Le blu-ray contient de quoi s’amuser pendant une trentaine d’heures pour une quarantaine d’euros. Et c’est sans compter les parties en multijoueurs.

  • Fun

    8 / 10

    Impossible de ne pas prendre du plaisir devant un tel déluge d’action (et d’horreur pour Doom 3), que l’on soit un nostalgique ou que l’on découvre ces jeux pour la première fois.

• Tout Doom sur un disque
• Excellent rapport quantité / prix
• Missions inédites et 3D stéréoscopique

• Manque d’optimisation
• La nouvelle lampe d’épaule imposée
• Techniquement vieillot

7 / 10

Verdict

Toute la mythique série Doom enfin sur PlayStation 3, voilà un petit événement qu’il faut fêter comme il se doit. Même si la remasterisation manque d’optimisation, que les graphismes ont pris un coup de vieux et que la nouvelle lampe d’épaule va à l’encontre de l’état d’esprit de Doom 3, la présence des deux premiers volets, de l’add-on, d’une 3D stéréoscopique convaincante et de huit missions inédites sont autant d’arguments pour s’y (re)plonger. Que l’on soit un vieux de la vieille ou une jeune pousse, ces titres sont des classiques de l’action à tester au moins une fois dans sa vie.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

DOOM 3 BFG Edition

DOOM 3 BFG Edition

7 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    Jeu neuf à 29.89 €

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité