> Vous êtes ici : Accueil » PS2 » Unreal Tournament » Test

Test de jeu / PS2 / Unreal Tournament

Unreal Tournament

Unreal Tournament

FaceBook Twitter
Envoyer

Sorti il y a près d'un an sur PC, Unreal Tournament arrive en force sur PS2 pour la plus grande joie des plus féroces joueurs d'entre nous. Mais le concurrent direct de Quake 3 sera-t-il en mesure de s'imposer comme un titre incontournable sur PS2 ?

Il y a maintenant plus de 11 mois qu' Unreal Tournament est sorti sur PC et déjà à l'époque il avait fait coulé beaucoup d'encre. Il était le précurseur d'un nouveau genre dans le domaine des Doom-like où la réflexion laisse place à l'action. Resté dans l'ombre de Quake 3, il n'a pu convaincre autant de fans que ce dernier a pu en avoir, alors qu'il était aussi bon voir mieux pour certaines personnes. Bien évidemment Epic Games, l'équipe de développement d'Unreal, se devait de sortir son hit sur console et a donc choisit la PS2 qui n'offre seulement que TimeSplitters comme adversaire.

Le jeu vous met tout de suite dans le feu de l'action sans même la moindre intro à se mettre sous la dent. Après avoir choisit votre personnage parmi les 11 proposés (+ 10 cachés), vous n'avez seulement qu'un mode de jeu accessible, mais 4 modes supplémentaires viendront s'ajouter suivant votre parcours. Le 1er mode, Death Match, consiste à tirer sur tout ce qui bouge. Il faut défier plusieurs adversaires (des "bots") dont la quantité et l'intelligence varient selon la difficulté choisie. Pour gagner un match il suffit donc d'en tuer un certain nombre, 20 en moyenne, et c'est le premier qui remplit cette condition qui remporte le match.

Dans le deuxième mode intitulé "Capture The Flag", un brin de subtilité vient se greffer puisque le travail en équipe est cette fois de mise. Deux groupes s'opposent dans des niveaux symétriques où le but est de récupérer le drapeau adverse et de le ramener dans son camp, tout en conservant le sien. Évidemment la tâche se corse dans ce mode puisqu'il est préférable d'élaborer des stratégies pour entrevoir une quelconque victoire.

A l'instar du mode précédent, le mode Domination vous fait jouer par équipe à la différence que vous devez cette fois-ci vous emparer de 3 zones. Un système de point intervient ici et permet de départager les équipes dès que le nombre de point fixé au début est atteint. Dès qu'une zone adverse est conquise, cela a pour conséquence de rapporter beaucoup plus de points dès qu'un bot est tué.

Tout comme les 2 derniers modes décrient précédemment, le mode Assault se pratique par équipe sauf qu'ici vous accomplissez diverses missions. Vous devez d'abord vous faufiler dans la base adverse pour le plus souvent détruire un instrument stratégique pour le bon fonctionnement du lieu, une fois la tâche réalisée il ne reste plus qu'à défendre cette même base des offensives du clan déchu. C'est indéniablement le mode qui demande le plus de réflexion mais il ne se montre pas forcément comme le plus addictif.

Enfin le dernier mode qui s'offre à vous est le mode Challenge, il propose de défier un seul adversaire autant armé que vous, mais qui contrairement à ce qu'on pourrait penser n'en est pas moins difficile à battre. D'ailleurs il demeure malgré ses 4 bots différents le mode le plus difficile du soft.

Mais tous ces modes ne constituent pas l'intérêt principal du titre et ne sont pas à l'origine de l'engouement suscité par nombre de joueurs à l'égard de la version PC. Non, ce qui a fait le succès d'Unreal Tournament est bien évidemment son fameux et populaire mode Multijoueur. Ce dernier a bien sûr était conservé sur PS2, ainsi vous pourrez jouer à 2, 3 ou 4 joueurs sur le même écran ou relier 2 PS2 via le câble I-Link, si vous optez pour cette solution vous devrez réunir à la fois 2 télés, 2 consoles et 2 jeux, pas forcément très pratique mais tellement plus confortable pour chaque joueur. Si vous avez la possibilité, un hub vous permettra même de brancher en réseau 4 machines ! Malheureusement le jeux en réseau via un modem n'est pas disponible dans cette version américaine, espérons qu'il le sera pour la sortie Française de l'année prochaine.

Pour varier les plaisirs les armes sont diversifiées, cela va du simple pistolet, au puissant lance rocket, en passant par la tronçonneuse. Il y a 2 manières d'utiliser les armes suivant le bouton de tir pressé, par exemple avec le lance rocket vous aurez le choix de tirer simplement les rockets ou de les jeter comme de vulgaires grenades. Cette arme est la plus puissante du titre car vous pouvez concentrer votre tir ou locker les ennemis permettant ainsi de transformer votre rocket en véritable missile à tête chercheuse. On dénombre près d'une dizaine d'armes plus efficaces les unes que les autres, qui apportent une violence et un gore extrême au jeu. Les âmes sensibles pourront toujours réduire cette violence dans les options évitant ainsi de voir les lambeaux de chair rebondir dans tous les sens. A mon avis " Famille de France " devrait pointer le bout de son nez avant la sortie française.

Ce qui frappe lorsqu'on voit le jeu pour la première fois est l'animation qui est bien inférieure à la version PC. Au mieux, le jeu tourne en 60 images par seconde mais il faut avouer que c'est rare, le plus souvent il tourne en 30i/s, sans compter de très nombreux ralentissements. Un an après la sortie PC on est en droit d'attendre légitimement une animation digne de la PS2, EPIC n'a peut être pas eu le temps de peaufiner son jeu ce qui expliquerai sa sortie tardive chez nous.
En revanche au point de vue des graphismes le jeu ne déçoit pas du tout, les textures sont magnifiques et chaque stage a son style, la variété et la modélisation des décors sont réellement exceptionnels. De ce point de vue, la 128 bits de Sony n'a vraiment pas à rougir face aux plus performantes cartes 3D du marché. On voit bien que de ce côté là EPIC a fournit des gros efforts, tout y est, les effets de lumière en temps réel, les effets de transparence, les impacts de balles qui s'incrustent dans les murs et la fumée sont bluffants. Il y a vraiment un contraste énorme entre les graphismes fabuleux et la décevante animation.

La version PS2 rejoint également le micro pour ce qui est de la jouabilité. Ce qui fait le charme de la version PC est la possibilité de jouer avec le clavier et la souris, pour retrouver les mêmes sensations, EPIC a mis à profit les ports USB de la PS2. Il est ainsi possible de jouer avec une simple souris USB et/ou avec n'importe quel clavier USB. Mais je vous rassure avec la manette c'est tout à fait maniable. Une inévitable période d'adaptation est néanmoins requise, au début les habitués des doom-like PC seront complètement déroutés mais en configurant la manette d'une certaine façon on retrouve quasiment les mêmes sensations que sur PC. Grâce à la Dual Shock 2 vous vous occupez d'avancer et de tourner avec chaque stick analogique, avec le premier vous avancez, reculez et vous déplacez latéralement et avec le second vous tournez la tête dans tous les sens. Du coup la manette peut relativement facilement remplacer le clavier et la souris. Ceci dit la meilleure configuration que j'ai retenue est de jouer avec la manette dans la main gauche et la souris dans la main droite, cela peut paraître surprenant et pourtant cette méthode est de loin la plus confortable. Vous pouvez aussi réglez la vitesse de rotation de la tête. Bref que vous ayez ou pas de souris ou de clavier USB vous trouverez obligatoirement dans les options votre préférence pour jouer. Cependant on déplore la disparition de mouvements depuis la version PC comme faire le mort,…dommage.

Les musiques sont très rythmées et de bonnes factures mais masquées par les bruitages. Comme sur PC les bruitages tiennent une place importante et accentue votre peur quand vous vous trouvez tout seul dans de obscurs couloirs. Les tirs, les explosions et les cries surgissent de partout… prenez garde à ne pas mouiller votre canapé ! :)

Avec ses 38 stages en Single-player et ses 11 stages en Multi-player vous n'aurez guère le temps de vous tourner les pouces. Le jeu est incontestablement plus captivant à plusieurs mais la PS2 et la technologie actuelle ne restitue pas pour l'instant le fun qu'un Unreal en réseaux peut offrir, vivement le haut débit…

Unreal Tournament - 4 Unreal Tournament - 5 Unreal Tournament - 6 Unreal Tournament - 1 Unreal Tournament - 9 Unreal Tournament - 8 Unreal Tournament - 3 Unreal Tournament - 2 Unreal Tournament - 7 Unreal Tournament - 10



test écrit par

  • 5 / 10

    Graphismes

  • 6 / 10

    Jouabilité

  • 7 / 10

    Son

  • 6 / 10

    Durée de vie

5 / 10

Verdict

La version PS2 d'Unreal Tournament est finalement assez décevante quand on connaît la version PC, d'une part l'animation saccadée n'est pas à la hauteur et d'autre part l'absence cruel d'un jeu online a de quoi émettre pas mal de regrets. Heureusement, cette conversion console peut se targuer d'avoir un mode solo intéressant et d'accepter les accessoires USB de nos chers PC. Si votre ordinateur est équipé d'une carte 3D achetez-le sur ce support, pour les autres vous devrez vous contenter de l'animation. capricieuse.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Unreal Tournament

Unreal Tournament

5 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    En occasion à 4.99€

[articles disponibles]

[médias disponibles]