Test de jeu / PS2 / Jak and Daxter: The Lost Frontier

Jak and Daxter: The Lost Frontier

Jak and Daxter: The Lost Frontier

Huit ans après leur première apparition sur console, Jak et Daxter effectuent en cette fin d'année leur grand retour sur la machine qui les a vus naître. La question que l'on se pose alors est la suivante : ce qui était magistral en 2001 l'est-il toujours autant en 2009 ? Réponse dans les lignes qui suivent !

Un peu d’histoire

Souvenez-vous, c'était en décembre 2001. Alors que la Playstation 2 soufflait à peine sa première bougie au pays de l'Oncle Sam et sur le Vieux Continent, un duo aussi atypique qu'étrange faisait son apparition dans les rayons. Sa principale qualité ? Un studio de développement qui en l'espace de seulement quatre jeux sortis sur Playstation a rapidement acquis ses lettres de noblesse. Son nom ? Naughty Dog. Son histoire ? Un certain marsupial déjanté tourbillonnant sur lui-même et affublé d'un drôle de masque pour le seconder : Crash Bandicoot. Mariant une performance technique et visuelle à un gameplay complet et une jouabilité irréprochable, la série est très vite devenue l'une des franchises les plus rentables du catalogue PsOne. Si l'annonce de l'abandon de la pseudo-mascotte par le studio californien en a déçu plus d'un, les premières images de leur nouvelle production sur Playstation 2 ont suffi à susciter l'intérêt des amateurs d'action/aventure/plateforme.

Finalement, après plusieurs mois de d'intense développement, Jak & Daxter voyait le jour en décembre 2001 et tenait toutes ses promesses. La performance graphique était exceptionnelle (pour l'époque) et la jouabilité vraiment accessible, à tel point qu'elles suffisaient à faire oublier le manque d'originalité du jeu et surtout sa durée de vie fatalement trop courte. Deux ans furent alors nécessaires au studio de développement pour digérer le succès de cette nouvelle série et imaginer une suite à la hauteur des attentes des joueurs. Ainsi, c'est en octobre 2003 que fit son apparition Jak II : Hors la Loi, toujours sur Playstation 2, lequel opérait alors un changement radical que la disparition de Daxter dans le titre ne laissait pourtant présager : oubliez le côté bucolique du premier opus pour plonger dans un monde plus ouvert mais aussi et surtout plus adulte dans lequel les armes à feu remplaçaient les simples attaques physiques du premier opus. Jak III confirma cette nouvelle approche un an plus tard en parvenant toutefois à allier les qualités des deux précédents volets, tandis qu'un jeu de courses sorti en novembre 2005 permit à Naughty Dog de tourner définitivement la page. Cependant, alors que le studio se concentrait sur la Playstation 3 et la création d'une nouvelle saga (Uncharted pour ne pas la citer), la franchise Jak & Daxter trouvait avec High Impact Games de nouveaux parents d'adoption capables de leur donner une seconde jeunesse. Malheureusement, et à l'instar de ce qu'a connu Crash Bandicoot à son époque, le passage de témoins ne s'est pas vraiment déroulé comme prévu. Explications !

Jak and Daxter: The Lost Frontier - 7 Jak and Daxter: The Lost Frontier - 6

Si Jak & Daxter doit avant tout son succès à ses performances visuelles, techniques et ludiques, son histoire n'était cependant pas dénuée de tout intérêt, les développeurs étant même parvenus à imaginer une mythologie originale particulièrement riche où se mêlent puissance magique (symbolisée par l'éco et ses différentes variantes) et civilisation ancienne malheureusement éteinte (représentée par les précursors et leur technologie). Ce nouvel opus n'entend pas bouleverser les habitudes des amateurs de la franchise et s'articule autour d'un scénario qui à défaut de surprendre fera de nouveau la part belle à la mythologie precursor et surtout aux différents pouvoirs de l'éco. D'ailleurs, tout commence alors que notre duo, bien aidé par Keira, se lance à la recherche d'éco afin de sauver, une nouvelle fois, l'univers. Partis explorés les confins du monde, nos héros sont alors les victimes de pirates des airs, dont les liens avec les différents écos ne tarderont pas à s'entrelacer avec vos propres intérêts. Si le scénario reste relativement classique, il sert principalement de prétexte à enrichir le gameplay de nouvelles possibilités : Jak II avait introduit les armes, Jak III les buggys, Jak & Daxter : The Lost Frontier marque donc l'apparition des vaisseaux dans la franchise ! Cette possibilité est malheureusement insuffisante pour masquer les nombreuses faiblesses dont regorge cet ultime volet.

Des lacunes techniques

Tout d'abord, et c'est sans doute ce qui choque le plus lorsque l'on essaie le jeu, n'est pas Naughty Dog qui veut ! Alors que le studio californien avait fait des performances graphiques et techniques de ses titres son principal fonds de commerce, High Impact Games semble manquer énormément d'expérience pour tenir la comparaison. Certes la Playstation 2 n'est plus toute jeune, surtout en comparaison des performances visuelles des consoles haute définition, mais elle reste capable de bien mieux en termes de graphismes. L'affichage en 16/9 du jeu n'y changera rien : ce Jak & Daxter marque une sévère régression visuelle et technique lorsqu'on le compare à Jak III, pourtant sorti en 2005 ! Que ce soit la ville que l'on est amené à explorer, les cieux ou plus simplement la modélisation des différents protagonistes, tout est trop vieillot pour encore convaincre à l'heure actuelle. Les détails que l'on retrouvait dans les épisodes précédents sont réduits à leur strict minimum, tout comme la complexité des environnements et surtout la modélisation des personnages.

Jak and Daxter: The Lost Frontier - 5 Jak and Daxter: The Lost Frontier - 4 Jak and Daxter: The Lost Frontier - 3

Alors que les cinématiques étaient jusqu'à aujourd'hui un véritable régal visuel, donnant l'impression de regarder un dessin-animé, cette nouvelle production déçoit énormément avec une modélisation qui ne s'embarrasse pas de détails et dont la simplicité nuit finalement à l'attachement que l'on pouvait éprouver à l'égard des personnages. Daxter, pourtant si craquant dans la trilogie originale, est désormais devenu insignifiant, se noyant alors dans la masse des personnages sans charisme et par conséquent sans intérêt. Les décors font eux aussi peine à voir avec des textures simples et des couleurs ternes. La performance visuelle n'est pas catastrophique en soi mais l'inévitable comparaison avec les opus précédents, pourtant vieux de plusieurs années, joue incontestablement en la défaveur du jeu. Jak & Daxter ont vieilli et il faut désormais chercher leurs qualités ailleurs que dans leurs performances purement techniques. Encore faut-il qu'elles soient bien présentes !

Une jouabilité discutable

La jouabilité jadis irréprochable de la série fait aujourd'hui peine à voir. Si les déplacements de Jak ne posent aucun problème majeur, notre héros répondant plutôt favorablement à la moindre de nos sollicitations, c'est plutôt vers la caméra qu'il faut se pencher pour trouver les principales lacunes du titre. Il est possible d'utiliser le stick analogique droit pour la tourner dans tous les sens mais les développeurs ont imposé des limites incompréhensibles. Si tourner la caméra à droite ou à gauche ne pose aucun problème majeur, il en sera tout autrement lorsque vous souhaiterez élever l'angle de vue pour mieux apprécier l'environnement. En effet, vous vous heurterez alors un mur invisible qui vous empêchera de bouger davantage la caméra. Cela peut sembler anecdotique mais dans les faits, ces faiblesses ne sont pas sans répercussions sur le gameplay : ennemis qui attaquent dans le dos sans que l'on puisse les voir arriver, sauts difficiles à jauger et qui se finissent parfois (souvent?) dans le vide. Bref, nos deux compères nous avaient habitués à bien mieux en terme de jouabilité et cette régression reste difficilement pardonnable.

La caméra capricieuse est vraiment dommageable car en termes de gameplay, ce nouveau Jak & Daxter était parvenu à synthétiser les meilleurs éléments des précédents jeux. L'aspect plateforme passe un peu au second plan (principalement à cause de cette foutue caméra) tandis que l'action s'enrichit de nombreuses possibilités inédites. Nous passerons sur la transformation de Daxter en bête féroce avec Dark Daxter, qui n'apporte pas grand chose au final avec des phases de jeux consistant à détruire tout ce qui bouge, pour nous attarder sur les nouveaux pouvoirs de Jak. L'éco est au coeur du jeu et notre héros peut désormais faire usage de ses pouvoirs incroyables pour lui venir en aide. S'utilisant de manière astucieuse grâce à une interface intuitive (mais demandant quand même à mélanger les gâchettes et les touches géométriques), les nouveaux pouvoirs sont indispensables à la progression. Ainsi, vous pourrez faire sortir de terre des blocs d'éco pour les escalader et atteindre des plateformes plus haut perchées tandis que d'autres pouvoirs amplifieront la puissance de vos armes. L'éco reste vraiment au cœur du gameplay car en plus de ces pouvoirs, vous pourrez acheter de nouvelles possibilités avec l'éco noir récolté au fur et à mesure de la progression : amélioration de votre barre de santé ou de vos armes, l'aspect jeu de rôle et expérience n'est certes pas inédit mais plutôt bien intégré au jeu. Les phases de vol en vaisseaux, à l'instar des véhicules des précédents opus, ne sont pas toujours irréprochables en termes de jouabilité : si le shoot est plutôt réussi, avec notamment des armes nombreuses et des QTE plutôt bien ficelés, les déplacements lourds et lents plomberont l'intérêt de ces séquences de vol. Pourtant, là aussi, l'aspect personnalisation est assez poussé avec de nombreuses améliorations possibles pour chacun des engins pilotables, que ce soit en termes de gameplay ou d'aspect purement visuel.

Jak and Daxter: The Lost Frontier - 2 Jak and Daxter: The Lost Frontier - 1

Enfin, pour terminer ce test, touchons quelques mots sur la bande son et la durée de vie du titre. Concernant le premier aspect, qui n'a jamais été le point fort de la saga, le bon côtoie là aussi le moyen. Bizarrement, ce sont avant tout les musiques qui tirent leur épingle du jeu avec des compositions sympathiques dans leur ensemble. En revanche, les doublages en français régressent légèrement, la faute à des changements de doubleurs des deux personnages principaux, à tel point que l'on en viendrait presque à ne plus reconnaître Daxter, qui perd avec sa nouvelle voix toute l'impertinence qui le caractérisait jusqu'alors. Enfin, en termes de longévité, le scénario n'est pas très long à boucler, bien que les missions soient nombreuses. Seules les quêtes annexes (qui consistent principalement à récupérer des orbes precursors) et la personnalisation de Jak et des vaisseaux, allongeront de quelques heures la durée de vie, finalement assez décevante.

test écrit par

  • Graphismes

    5 / 10

    Jak & Daxter font visuellement peine à voir avec une modélisation datée et des environnements pauvres en détails, ternes et au level-design peu inspiré.

  • Jouabilité

    5 / 10

    Que s'est-il passé ? L'interface est plutôt bonne mais la caméra complètement ratée, handicapant l'aspect plateforme du titre !

  • Son

    6 / 10

    Les musiques tirent leur épingle du jeu, tandis que l'on regrettera les nouvelles voix de Jak et Daxter, moins convaincantes que dans les opus précédents.

  • Durée de vie

    6 / 10

    Le scénario n'est pas bien long mais les nombreuses quêtes annexes permettent de passer une grosse dizaine d'heures de jeu devant sa console.

  • Fun

    5 / 10

    Jak & Daxter ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, lâchés par une technique défaillante et une jouabilité imprécise.

• Le retour de Jak & Daxter
• Les nouveaux pouvoirs de l'éco
• La richesse du gameplay

• Techniquement à la traîne
• La caméra complètement ratée
• Peu de nouveautés au final

5 / 10

Verdict

Au final, ce grand retour de Jak & Daxter sur Playstation 2 n'est pas aussi réussi qu'attendu. Alors que la série nous avait habitués jusqu'alors à un certain degré d'excellence, que ce soit en terme de technique, de graphismes ou de gameplay, ce nouveau volet fait peine à voir avec un aspect visuel vieillot et une jouabilité handicapée par une caméra trop capricieuse. Si les personnages sont toujours aussi sympathiques, mais là aussi moins attachants qu'auparavant, faute d'une modélisation convaincante, l'ensemble reste trop poussif pour convaincre les amateurs d'action/aventure.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Jak and Daxter: The Lost Frontier

Jak and Daxter: The Lost Frontier

5 / 10
  • Acheter sur Fnac.com
    En occasion à 6.67€

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité