La plus grande base de news et de tests sur PS2  


Test de jeu / PS2 / Grand Theft Auto : Liberty City Stories

Grand Theft Auto : Liberty City Stories

Grand Theft Auto : Liberty City Stories

FaceBook Twitter
Envoyer

Grand Theft Auto Liberty City Stories est à l’origine un jeu sorti sur Playstation Portable. Ce dernier ayant été approuvé par les critiques, Rockstar North décida de surfer sur son succès et adapta cet épisode sur Playstation 2. Alors, simple portage ou vrai jeu original ?

GTA LCS est le dernier épisode en date de la série des Grand Theft Auto sortie sur PS2 en 2001. Le joueur est aux commandes d’un gangster qui doit faire ses preuves dans la rue et devenir à terme une sorte de prince de la ville. C’est une tâche qui s’avère difficile car la ville de Liberty est une agglomération dangereuse remplie de voyous et de malfrats. Voyons comment les équipes de développement de Rockstar North ont orchestré ce retour dans la ville la plus dangereuse du monde vidéoludique.Retour en terrain connuLa série GTA avait, avec l’opus San Andreas délaissé la ville de Liberty City pour celle de Los Santos. Cet épisode rencontra un énorme succès mérité grâce notamment aux multiples phases de gameplay différentes rendant le jeu très varié et divertissant. Il creusa fortement l’écart avec les anciens jeux de la série, les faisant presque passer pour des brouillons. C’est dans ce contexte que sort Liberty City Stories sur PS2.

Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 24 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 23 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 22 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 21

Nous nous retrouvons en plein GTA III mais avec un scénario différent, la ville reste la même, et les rares moments de découverte se passent lorsque l’on constate des façades d’immeubles différentes de l’original. Tous les raccourcis, et chacune des ruelles nous rappellent nos anciennes aventures. Autant dire que pour l’effet de surprise c’est raté! La carte de la ville se révèle à mesure que nous avançons dans le scénario, découvrant Portland, Staunton Island et Shoreside Valley.C’est reparti pour un tour Toni !Toni Cipriani revient à Liberty City après une longue période d’exil. Il a dû se faire oublier pendant un bon moment histoire de laisser passer l’orage. Ses actions passées pour le bien de la famille Leone, ont fait trembler le petit monde de la pègre mais il est temps pour Toni de revenir aux affaires et surtout à celle de Salvatore Leone.

Connaissant déjà les personnages de cet épisode, nous aurions pu nous attendre à des missions dignes d’un grand gangster, mais ce n’est pas le cas. Même en étant très respecté dans la famille Leone, nous commencerons par les basses besognes. Pour les néophytes, ces missions serviront de tutorial mais pour les connaisseurs, il est possible qu’il y ait de la déception et de l’ennui dans l’air.

Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 17 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 16 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 15 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 14

Avec un peu de persévérance, les missions intéressantes font leur apparition. Vous devrez entre autres empêcher la destruction d’un casino en faisant parler la poudre, participer à des courses endiablées et ensuite partir à la poursuite d’un des participants pour lui régler son compte. De nombreuses missions vous attendent aussi en dehors de la quête principale comme les traditionnels paquets à trouver, les missions taxi, pompiers et police. Rien de bien nouveau cela dit….

GTA en moins bien….

Et c’est là tout le problème, GTA San Andreas est passé entre nos mains et le reste encore aujourd’hui. Comment ne pas faire la comparaison ? Sans le vouloir, nous passons notre temps à y penser. Changer complètement son style vestimentaire, mettre une casquette, aller jouer au billard quand l’envie nous prend, toutes ces possibilités sont absentes dans Liberty City Stories ( néanmoins des types de tenues deviennent disponibles une fois certaines missions accomplies). Même la plus petite innovation apportée brille par son absence, en effet Toni ne sais toujours pas nager et se noie 2 secondes après avoir mis la tête sous l’eau. Ne parlons même pas de la gestion des repas et du poids du personnage complètement oubliés. Le seul effort consenti par Rockstar North est d’avoir inséré les motos, histoire de ne pas trop montrer le fossé entre les deux versions. Les véhicules justement ne brillent pas leur variété, comparé à ce qu’on a déjà vu dans San Andreas. Il s’agit certainement d’une conséquence des limites de la version PSP.

Plus grave encore, la bande son qui fait d’habitude la joie des joueurs apparaît beaucoup moins fournie que dans tous les autres GTA sur PS2. De plus, si la quantité n’est pas au rendez-vous, la qualité est discutable mais c’est plus une affaire de goût personnel. A noter, que l’on a à faire à une radio un peu plus bavarde que par le passé et donc moins musicale.

Graphiquement, ce ne sont pas les 5 ans qui séparent GTA III et LCS qui ont arrangé les graphismes. Bien que corrects pour une Playstation 2 naissante, les graphismes de Grand Theft Auto 3 n’avaient absolument rien d’extraordinaire si ce ne sont quelques reflets bien réalisés lors des averses de pluie. Et bien vous aurez les mêmes, cette fois sur une PS2 qui, nous le savons bien, peut faire mieux que ça au niveau graphique. La version PSP s’en sort aussi bien que la version sur console de salon, ce qui confirme nos pensées sur la réelle utilité de ce remake pour Rockstar.

Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 10 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 9 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 8 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 7

Une recette qui gagne quand mêmeAprès quelques heures passées dans les rues de Liberty City à se battre contre la racaille locale cette version de GTA, même amputée du mode multi-joueurs et des principaux ajouts de San Andreas, est toujours aussi attractive. Le scénario se dessine à mesure que les missions se compliquent et on se prend au jeu. En effet, même avec des graphismes obsolètes issus de GTA III, il n’y a pas de doute, la recette marche toujours aussi bien. L’action est sans cesse au rendez-vous, notamment quand vous devez mettre fin à la domination d’un gang dans un quartier et qu’après la fin de cette mission difficile, vous êtes prévenu qu’un contrat traîne toujours sur votre tête. A ce moment précis le danger peut venir de n’importe ou, il faut vous tenir prêt pour répondre à une agression. Nous tairons la raison de ce contrat sur vous mais sachez tout de même que ça surprend, et c’est une des surprises auxquelles vous devrez faire face en jouant à GTA LCS.La conversion Playstation 2 s’en sort aussi remarquablement bien au niveau des commandes, Toni répond au doigt et à l’œil. C’est le même constat pour les véhicules même si le bouton d’action (triangle qui sert à prendre un véhicule) ne répond pas systématiquement mais c’est assez rare. Pour ce qui est de la visée, vous aurez droit à une prise en charge automatique habituelle pour les fans, pas forcément optimale pour choisir sa cible, mais efficace pour éviter de perdre du temps à ajuster son tir. Seulement voilà, vous ne pourrez pas vous baisser pour éviter les balles car cette commande n’existe pas et c’est bien dommage. Du côté de l’intelligence artificielle des ennemis et des policiers, il n’y a rien de nouveau. S’ils sont en voiture, ils tenteront de vous rentrer dedans sans réellement prendre garde à votre riposte et leurs réactions sont identiques à pied, vous ne les verrez pas fuir ou changer de tactique en cas de problème. Nous attendrons donc la nouvelle génération de console pour ce genre de chose.
Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 6 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 5 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 2 Grand Theft Auto : Liberty City Stories - 1


test écrit par

  • Graphismes

    6 / 10

    Le moteur graphique de GTA Liberty City Stories fait honneur à la Playstation Portable mais ce n’est pas du tout le cas pour une PS2 en pleine possession de ses moyens.

  • Jouabilité

    8 / 10

    La conversion PS2 s’est passée sans encombre, nous retrouvons nos marques et nos vieilles habitudes. A ce niveau, il n’y a rien à redire c’est du tout bon. La pluie influence même la conduite !

  • Son

    7 / 10

    Même discrets, les bruits de la ville répondent présents. Les bruits de moteur auraient mérité plus de soin, notamment ceux des motos qui choquent un peu. Les musiques sont moins nombreuses mais vous trouverez bien votre radio préférée.

  • Durée de vie

    8 / 10

    Pour finir GTA LCS à 100%, il vous faudra du courage et du temps. La durée de vie reste tout de même inférieure à celle de l’inaccessible San Andreas.

  • Fun

    9 / 10

    Du fun vous en trouverez à coup sûr dans ce GTA comme dans tout les autres en fait. Entre les courses endiablées entre fous du volant, les missions annexes, les cascades, le scénario, impossible de lâcher la manette!

• Les missions intéressantes et souvent surprenantes
• La durée de vie très longue
• L’ambiance gangster/mafia second degré

• Les graphismes dignes d’une PSP
• Mise en scène des cinématiques moins étudiées
• Aucune possibilité d’upgrade pour Toni

7.5 / 10

Verdict

Au final, même si ce Grand Theft Auto reste un bon jeu il se révèle inutile pour les possesseurs de la version PSP. L’intérêt est encore faible pour les connaisseurs de GTA III qui sont certainement passés chez CJ à San Andreas. Seuls les néophytes de cette série trouveront là un terrain de jeu plein de surprises. Que de regrets lorsque l’on pense à tout ce qui aurait pu être ajouté à ce jeu avec un peu plus de temps! Rockstar North n’a toutefois pas osé nous proposer ces aventures à 60€, mais à 30. Cette conversion PS2 reste donc tout de même une belle poule aux œufs d’or.

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Grand Theft Auto : Liberty City Stories

Grand Theft Auto : Liberty City Stories

7.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité