La plus grande base de news et de tests sur PS2  

>Vous êtes ici : Accueil » PS2 » Downhill Domination » Test

Test de jeu / PS2 / Downhill Domination

Downhill Domination

Downhill Domination

FaceBook Twitter
Envoyer

Après Twisted Metal Black et War of the Monsters, le studio américain Incog Entertainment revient sur le devant de la scène avec un jeu original puisque inspiré d’un sport peu médiatisé, le VTT extrême. Comme pour leurs précédentes productions, le réalisme a ici été mis au placard afin de nous offrir un produit fun et déjanté, du moins les premières heures… 100% arcade ! Sorti en août dernier aux Etats-Unis, Downhill Domination daigne enfin pointer le bout de son nez en Europe. Comme le laisse présager le titre, cette nouvelle production Incog se propose de nous offrir de nouvelles sensations vissé sur un VTT. Point de réalisme comme nous pouvions en trouver dans le jeu de Codemasters, No Fear Downhill Mountain Biking, mais un produit 100% arcade. La physique de votre engin à deux roues est ici inexistante. Comme un SSX, votre vélo fait des bonds de plusieurs mètres de haut, dévale des pentes au dénivelé impressionnant et surtout ne possède aucun poids. Le comportement du VTT est également loin d’être réaliste et une conduite hasardeuse ne se soldera que trop rarement par une chute (bien sûr, foncer contre un arbre, une roche ou encore tourner trop brusquement votre guidon vous feront vivre de terribles chutes). En revanche, l’impression de vitesse est excellente, le jeu est rapide, voire parfois un peu trop et le fun répond présent dès les premières minutes de jeu. Arcade oblige, la prise en main est excellente et quasi instantanée (un petit temps d’adaptation est néanmoins nécessaire). Les commandes sont simples : la croix permet d’accélérer (une double pression permet de piquer un sprint, en temps limité bien évidemment), le rond de donner des coups à vos adversaires (coups de poing, de vélo, de bâton, jet de bouteilles etc), les touches de la tranche de faire les tricks et L2 d’effectuer un petit saut, histoire de donner plus d’amplitude à vos bonds et pouvoir ainsi réaliser de meilleurs figures. Le système de tricks (qui comme le reste du jeu sont totalement surréalistes) est enfantin et les combinaisons restent en nombre suffisant (même si l’on reste loin d’un Tony Hawk). Pour vous aider, vous pourrez récolter sur la piste des bonus vous donnant une accélération, rechargeant vos batteries (pour accélérer) ou tout simplement vous octroyant de « nouvelles » armes pour éliminer vos concurrents (le lancer de bouteilles est redoutable)Un level design ambitieux Autre comparaison avec la série phare d’EA Big, le level-design inspiré. Downhill Domination se divise en trois épreuves différentes : le freeride, le mountain bike et une épreuve plus technique. Les tracés, au nombre de 24, se déclinent alors en trois terrains de jeu bien distincts. En mode freeride, les pistes se caractérisent par un longueur impressionnante. Il n’est pas rare de mettre plus de cinq minutes pour en dévaler une. Autre point positif, l’incroyable sentiment de liberté se dégageant de cette épreuve. En plus d’être d’une longueur plus que respectable, les pistes sont également très larges et regorgent de raccourcis et autres passages farfelus. D’ailleurs, en jouant sur un même piste plusieurs fois, il est quasi impossible d’emprunter le même chemin tant les embranchements sont multiples. Autre bon point, les pistes sont vivantes. Quel que soit le circuit, vous aurez à affronter de nombreux pièges, à commencer par la faune véritablement déchaînée. Si un lapin, un renard ou encore un hérisson est sans danger pour votre VTT, il en est tout autre pour un cerf ou pire un ours ! Ces derniers essayeront de fuir à votre passage mais si vous osez vous en approcher de trop près, ces derniers n’hésiteront pas à vous foncer dessus et par la même occasion à vous faire perdre un temps précieux. Attention également aux humains à bord de 4x4 (dans le désert), de chasse-neige, voire tout simplement à pied (qui a dit que la randonnée n’était pas un sport dangereux ?). Les autres configurations de pistes restent plus classiques : le mountain bike nous offre des circuits bosselés afin d’assouvir notre soif de tricks et le technical nous offre des pistes la plupart du temps étroites, riches en pièges en tout genre, histoire de mettre nos nerfs à rude épreuve. Au final, le travail accompli sur chacune des pistes se doit d’être salué et vous réserve assurément de très agréables surprises.Durée de vie réduite L’essentiel du jeu est articulé autour d’un mode carrière. Après avoir sélectionné votre biker (parmi une dizaine, dont près de la moitié à débloquer), vous passerez obligatoirement par la boutique. C’est à cet endroit que vous pourrez choisir votre sponsor, personnaliser votre monture ou tout simplement acheter du nouveau matériel, plus puissant, et ceci afin de vous rendre la victoire plus facile. C’est également à cet endroit que vous pourrez consulter vos statistiques ou encore acheter l’un des innombrables bonus que comprend le jeu (personnage, chanson, pistes, voire VTT). Une fois prêt, vous vous lancerez dans une carrière que l’on aurait aimé un peu plus longue. Pour les débutants, il est toutefois conseillé de passer par l’apprentissage afin de se familiariser avec son VTT. Pour les autres, votre carrière consistera à terminer chacun des 24 niveaux, répartis en huit zones. Le cheminement est donc varié puisque chaque épreuve se joue ici alternativement (freeride, mountain et technical). Pour passer à l’épreuve suivante, il vous faut engranger douze points. Pour se faire, une victoire suffit. En cas de défaite, vous gagnez tout de même des points si vous finissez dans les quatre premiers. Il vous faudra alors recommencer l’épreuve jusqu’à ce que votre total atteigne les douze points requis. Chaque victoire vous octroie un peu d’argent, tout comme vos figures ou encore les coups donnés aux concurrents afin de compléter votre collection dans la boutique. Néanmoins, un problème subsiste : le mode carrière est beaucoup trop facile et court. Malgré les 24 épreuves, vous ne rencontrerez que très peu d’opposition, seules les dernières épreuves pourront vous causer quelques soucis. Les autres modes de jeu ne sont pas assez étoffés et/ou variés pour nous tenir en haleine plus longtemps (il s’agit de carrières spécialisées comme par exemple le freeride où vous concourrez exclusivement sur les épreuves de freeride). Pour les plus courageux, il sera toutefois possible de recommencer la carrière avec chacun des personnages mais il sera difficile de ne pas succomber à la lassitude. Dommage.
Enfin, pour les amateurs de jeu à plusieurs, Downhill Domination n’offre qu’un mode multi-joueurs jouable à deux ! Si globalement, le jeu à deux se veut fun (et ce malgré quelques ralentissements), il est tout de même déplorable que l’on ne puisse pas s’y essayer à quatre. Mieux, un mode online avait clairement sa place dans cette production. Dommage une nouvelle fois…Une réalisation satisfaisante Sur le plan technique, Downhill Domination fait le spectacle. Graphiquement tout d’abord, cette nouvelle production d’Incog nous en colle plein les mirettes. Si les riders et leurs montures sont d’une modélisation à peine satisfaisante, les environnements sont en revanche beaucoup plus impressionnants. Tour d’abord, le moteur graphique affiche les décors à perte de vue. Si on constate sur certains éléments un peu de clipping (par exemple sur les arbres), le moteur affiche globalement l’intégralité des environnements sans broncher. De plus, si les textures ne brillent pas par leur qualité (elles sont assez floues il est vrai), le résultat affiché est tout de même remarquable, fort d’un niveau de détails élevé. Enfin, si chacune des pistes prend place dans des environnements peu originaux, tels une forêt, le désert, la neige, la ville etc, chacun des décors connaît de multiples variantes du début à la fin du parcours. Par exemple, la première piste débute sur un sommet enneigé avant de céder la place à un parcours plus rocailleux, puis à une forêt avant de finir sous une pluie d’orage entouré d’arbres en feu. Bref, les développeurs ont été inspiré et chaque environnement est un régal pour les yeux. L’animation est quant à elle d’une fluidité exemplaire excepté durant les parties à deux joueurs où certains ralentissements peuvent ternir les joutes. Enfin, la bande son assure l’essentiel en nous offrant des morceaux de metal et de hard inspirés. Déception en revanche pour ce qui est des commentaires, assez limités, et des bruitages, loin d’être exceptionnels.

Downhill Domination - 3 Downhill Domination - 18 Downhill Domination - 2 Downhill Domination - 15 Downhill Domination - 12 Downhill Domination - 13 Downhill Domination - 9 Downhill Domination - 17 Downhill Domination - 7 Downhill Domination - 10 Downhill Domination - 1 Downhill Domination - 16 Downhill Domination - 11 Downhill Domination - 6



test écrit par

  • 7 / 10

    Graphismes

  • 7 / 10

    Jouabilité

  • 6 / 10

    Son

  • 6 / 10

    Durée de vie

6.5 / 10

Verdict

Au final, Downhill Domination est un bon petit jeu d’arcade. Assez bien réalisé, doté d’une prise en main accessible, cette nouvelle production d’Incog est un véritable concentré de fun. Le jeu est très rapide, le level design fantastique, mais la durée de vie beaucoup trop courte. Malgré un nombre de pistes conséquent, les modes de jeu ne sont pas assez nombreux pour nous tenir en haleine bien longtemps. Quel dommage !

- / 10

Le verdict des lecteurs

Vous avez joué à ce jeu ? Donnez votre avis !

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité

Infos Jeu

Downhill Domination

Downhill Domination

6.5 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

publicité