Preview de Splinter Cell : Blacklist sur PS3

Splinter Cell : Blacklist

Splinter Cell : Blacklist

A près d’un mois de sa sortie sur PC Xbox 360 et PS3,le 22 aout, Ubisoft nous a convié pour découvrir Splinter Cell Blacklist. Trois ans après Splinter Cell conviction qui marquait un tournant dans la série en optant pour un jeu plus basé sur l’action que l’infiltration, Sam Fisher revient dans une nouvelle aventure « échelonnée », dans laquelle il va devoir empêcher une opération terroriste qui menace le territoire américain, la blacklist.

L’espion qui venait du brouhaha

Pour les fans de la première heure de Splinter Cell qui avaient été plus ou moins refroidis par le coté trop direct de Splinter Cell conviction, nous sommes au regret de vous informer qu’Ubisoft continue dans cette tendance. Dites donc adieu au Sam Fisher qui trainait dans les égouts de Chine, ou recherchait la moindre poutre pour attendre ses proies et dites bonjour à Sam « Ezio » Fisher qui s’agrippe aux murs comme dans Assassin’s Creed et les tue « discrètement » au fusil à pompes. Par ailleurs, on retrouve dans Splinter Cell Blacklist le côté « assisté » de Conviction avec un Sam Fisher plus rayonnant que d’habitude.  Une sacrée différence de style lorsque l’on sait que tous les épisodes « pré-conviction » privilégiaient les coins sombres. Sam avance désormais en plein jour comme si de rien n’était et agit maintenant plus en Jack Bauer, qu’en véritable agent secret.

         Splinter Cell : Blacklist - 32

L’histoire de Splinter Cell Blacklist ressemble d’ailleurs à une série américaine. Pas celle qui devient culte au bout de deux épisodes, mais plutôt celle qui peut être déprogrammée à tout moment par la FOX. La faute à un casting assez surprenant avec pour commencer un Sam Fisher, beaucoup plus beau, photogénique, sociable, limite séduisant. Autour de lui, Echelon 4. Une unité d’opération composée de quatre personnages qui rendent uniquement des comptes au président des Etats –Unis. Sam et ses acolytes doivent donc traquer la Blacklist avant que le compte à rebours n’atteigne zero. Le tout avec des gadgets, un dialogue assez ennuyeux, mais surtout une volonté de vouloir faire rire qui ne passe pas auprès de tout le monde.

Soucieux de rendre le jeu plus accessible au gamer lambda, Splinter Cell a résolument perdu de son côté infiltration et a opté pour un style plus « callofdutisé » où il est possible d’acheter  et personnaliser des équipements pour l’oncle Sam. Inutile de se précipiter sur les dernières lunettes thermiques dernier cri, comme indiqué précédemment, tout se déroule ou presque en plein jour. On peut cependant apprécier les derniers gadgets comme le drone, utile pour espionner les ennemis avant de les attaquer. Mais là encore, et après plusieurs expériences, on peut confirmer qu’il est possible de se servir d’aucun gadget et avancer tout en flinguant ceux qui s’approcheraient de trop près, à condition qu’on ait la dextérité qui va avec. Là où le joueur non averti ira très certainement jusqu’au bout du mode solo, le fan de splinter cell se sera très certainement lassé au bout de 30 minutes et ira voir si l’herbe est plus sombre du côté du mode multijoueur.

Totally spies

Après s’être fait les dents sur le mode solo qui va à coups sur diviser les joueurs, direction le mode multijoueur. On pensait que ce mode serait juste pour faire joli, bien mal nous en a pris ! S’il y a bien un endroit où les fans de la première heure de Splinter Cell doivent se réunir, c’est bien dans le mode Spies vs mercs. Du 3 contre 3 (sur la version preview) où l’on incarne chacun son tour les hackers, et les soldats chargés de protéger  le complexe. Dans les faits, il s’agit là ni plus ni moins qu’une version ultra mature de « cache-cache » mais concrètement, ce mode à lui tout seul fait véritablement honneur à la saga Splinter Cell. On y retrouve le fun de se faufiler dans une conduite d’aération, ou d’attendre bien sagement cloitré dans un endroit sombre pour pouvoir se faufiler derrière un garde discrètement.

           Splinter Cell : Blacklist - 33

Très clairement, les développeurs d’Ubisoft ont misé gros sur ce mode pour rallonger (voire créer) l’intérêt du jeu. En remettant au gout du jour un mode qui était apparu dans « Splinter Cell Pandorra Tomorrow » on retrouve dans ce mode, ce qui a fait le succès de la licence Splinter Cell. Les « puristes » privilégieront sans doute ce mode. Pour ce qui est du mode solo, il serait injuste de se baser sur une version preview pour anticiper quelconque déception, mais Ubisoft devrait définitivement choisir entre un jeu d’infiltration et un TPS. Les deux ne semblent pas vouloir cohabiter.

Preview écrite par

Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Publicité

Infos Jeu

Splinter Cell : Blacklist

Splinter Cell : Blacklist

8 / 10

[articles disponibles]

[médias disponibles]

Publicité