Toute l'actu Playstation : news, tests, et vidéos de jeux PS3, PS2 et PSP !


Evénement PS3

Quelques heures avec Assassin’s Creed III | le 15 octobre 2012 à 10h00, par

FaceBook Twitter
Envoyer

Après avoir bravé les foules de la capitale pour les beaux yeux d’Aveline de Grandpré, la rédaction s’est aussi intéressée au cas de Connor, nouvel assassin qui prendra la relève après une trilogie spéciale Ezio Auditore. Exit l’Italie et place à la révolution américaine ! Impressions à moins d’un mois du grand déballage sur PlayStation 3 et 360, la version Wii U arrivant quant à elle fin novembre.

Séquence 6

Moitié britannique et moitié amérindien, Connor Kenway aura la lourde tâche de nous faire vivre la révolution américaine, revisitée par l’équipe d’Ubisoft Montréal. Après trois années de développement et plusieurs centaines de personnes sur le projet, qu’on imagine fatiguées mais motivées à bloc, le géant français invitait quelques heureux élus près des Galeries Lafayette. Le programme du jour était simple : donner un aperçu de ce qui nous attend d’ici quelques semaines. Et autant vous le dire tout de suite, le repas s’annonce délicieux !

Assassin's Creed III - 74Assassin's Creed III - 73Assassin's Creed III - 67Assassin's Creed III - 72

Si Assassin’s Creed III Liberation n’offrira aucune séquence de jeu hors Animus, l’aventure étant le produit d’Abstergo Entertainment, Assassin’s Creed III verra le retour de Desmond dans le rôle principal, prêt à entrer dans la vie d’un nouvel ancêtre durant la période 1753-1783. Pour ce premier contact, Ubisoft a jugé bon de laisser le joueur vadrouiller durant la séquence 6, ce qui signifie deux choses : la surprise des premières heures de jeu reste intacte et les spoils minimes, la rédaction s’étant bien plus attardée sur les nouveautés incluses dans ce volet que sur le scénario dévoilé durant cette séquence. Tout juste pourrons-nous parler de la fameuse rencontre à Boston entre Ratonhnhakéton, nom de naissance de Connor que l’on pourrait traduire par « une vie éraflée », et un barman du nom de Stéphane Chapheau : persécuté à son domicile par plusieurs soldats britanniques, le monsieur n’hésitera pas à retrousser ses manches et distribuer des pains… Heureusement pour lui, l’assassin viendra lui donner un coup de main. S’ensuivra une petite promenade musclée en ville, Stéphane essayant de soulever le peuple tout en s’attaquant aux soldats faisant tranquillement leur ronde. Détail marrant ou irritant pour certains, la cinématique précédant ces évènements montrait un chariot passant à travers Connor comme si de rien n’était. On se consolera en se disant qu’il s’agissait d’une version preview, mais sait-on jamais, les précédents volets ont toujours caché quelques bugs d’affichage ici et là.

A côté de Boston et New York, les joueurs pourront aussi se perdre dans la Frontière, une zone absolument gigantesque, parfaite pour la chasse et cachant aussi le village Mohawk de notre héros. La chasse demandera deux choses essentielles pour être réussie : se fondre dans l’environnement et ainsi devenir « invisible », et savoir bander un arc. Le premier point s’avère très facile puisqu’une fois accroupi près des arbustes et autres fougères, Connor pourra se mouvoir sans éveiller le moindre soupçon, à condition à ce moment-là de ne pas se déplacer rapidement, un comportement qui risque d’alerter la proie du jour. La maitrise de l’arc commencera certainement par quelques ratés, l’arme demandant une distance minimum entre le porteur et la brebis/castor pour être utilisée. Un apprentissage sera donc nécessaire pour tous les amoureux de la fourrure mais, les flèches se révélant diablement efficaces, pourquoi s’en priver ?  

Ennemi à tribord !

Ironiquement, notre premier contact avec la faune locale n’était pas voulu. C’est en se déplaçant jusqu’au port, bien décidé à troquer la capuche d’assassin contre le chapeau de capitaine, que nous fîmes la connaissance de Jambe-de-Bois, assis non loin du bateau. Celui-ci était prêt à se séparer de multiples cartes (au trésor ?) contre plusieurs babioles, visibles sur la map. L’équation était simple : ramener quatre babioles dispersées sur la map donnerait accès à une nouvelle mission navale. L’une d’entre elles était située dans une petite forêt, à quelques dizaines de mètres du port. Connor se dirigea logiquement vers celle-ci… Pour se retrouver nez-à-nez avec quatre loups. A peine l’objet mis dans la poche, que des grognements commençaient à siffler dans notre dos. Première réaction ? La fuite, simple et inefficace à la fois, les loups n’hésitant pas à vous poursuivre. Une rencontre qui se terminera finalement à l’arme blanche et aux QTE, le joueur devant appuyer sur le bouton affiché à l’écran dès qu’un loup s’amuse à sauter dans sa direction. On notera au passage le comportement soigné de cet animal : il grogne puis attaque en meute pour ensuite temporiser si jamais l’un de ses congénères se fait tuer. Craintif, il commence à tourner autour de sa proie et attaque à nouveau. Du bon boulot.

Assassin's Creed III - 71Assassin's Creed III - 70Assassin's Creed III - 64Assassin's Creed III - 75

Les batailles navales sortent comme le grand vainqueur de cette session de jeu : il y en avait quatre ou cinq, de la mission d’éclaireur à la protection d’un navire marchand, et Connor les a toutes remplies avec brio… Non sans raté, inutile de vous mentir. L’absence de tutorial a rendu les choses un brin compliqué au début, le joueur devant naviguer tout en gardant un œil sur la carte, connaitre la direction dans laquelle le vent souffle, maitriser la voile (la sortir complètement augmentera grandement votre vitesse, pratique pour éviter une pluie de boulets par exemple), viser les navires ennemis avec précision (de loin l’exercice le plus difficile) et savoir utiliser les canons « lourds » avec parcimonie, ceux-ci demandant un petit temps d’attente avant d’être rechargés. Une expérience grisante qui tient toutes ses promesses. Une fois la mission remplie, on n’a qu’une seule envie : y retourner ! Surtout que certaines semblent plus scénarisées que d’autres, la dernière complétée cachant par exemple une forteresse abandonnée, reprise discrètement par les templiers. Homestead, le domaine du troisième ancêtre, offrira aussi son lot de quêtes annexes. A l’image des précédents opus, il ne tiendra qu’à vous d’améliorer votre chez-vous. Pas de boutique à rénover ici, tout du moins on n’en a pas vu, mais des bras à recruter il y en avait. C’est ainsi qu’on faisait la connaissance d’une chasseuse blessée, l’œuvre de braconniers qui n’auraient pas du tout aimé son discours sur le partage de gibiers. Une fois les messieurs envoyés au ciel, elle s’installera dans le coin. Qui sait, peut-être qu’elle vendra des objets pour faciliter la chasse, ou rachètera vos fourrures de loup ou de castor…

Après un AC Revelations qui en aura déçu plus d’un, Assassin’s Creed III a toutes les cartes en main pour devenir l’épisode le plus plébiscité de la saga. Graphismes améliorés, environnements plus vastes que par le passé, de vraies nouveautés (batailles navales, chasse)… Connor plaira-t-il autant qu’Ezio à son époque ? Début de réponse dès la fin du mois.




dossier réalisé par


Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire

Envoyer


publicité