Evénement PS4 - A la découverte de Far Cry Primal

A la découverte de Far Cry Primal

A la découverte de Far Cry Primal

Parmi les licences fortes d’Ubisoft, il y a celles qui reviennent avec une périodicité presque calée sur les saisons. Avec la fin de l’hiver depuis quelques temps nous avons le droit à un nouvel épisode Far Cry. Pourtant la série Far Cry a connu des hauts et des bas depuis son lancement. Heureusement les choses vont pour le mieux depuis un retour en force avec Far Cry 3, appuyé par un Spin off Blood Dragon complètement barré et enfin l’année dernière un Far Cry 4 qui s’appuyait sur les bonnes idées de son prédécesseur. En février, la série fera un grand bond en arrière dans le temps et nous emmènera aux premières heures de l’humanité, à une époque où l’homme était une proie presque comme les autres. Comment faire du neuf avec de l’ancien ? C’est le pari de Far Cry Primal qui nous propose de suivre les premiers pas des premiers hommes.

Si loin, si proche

Quand il a été annoncé, Far Cry Primal pouvait faire penser à Far Cry Blood Dragon, un thème inhabituel et assez audacieux pour imaginer qu’il s’agissait d’un interlude et pas d’un nouvel épisode « majeur ». Presque une allure d’escapade hors des sentiers battus par la série. Mais lors de la présentation, Ubisoft a très vite tenu à nous préciser que ce nouvel opus est bien un titre AAA et qu’il sera l’une des grosses sorties du début d’année pour l’éditeur. Pour cette première session nous avons pu prendre la manette et diriger Takkar, un homme des premiers temps de l’humanité, plusieurs milliers d’années en arrière quand la période glaciaire commençait à s’estomper et laissait la Nature reprendre sa course. Pas question de plonger dans une aventure complète ni même d’en apprendre un peu sur le scénario de Far Cry Primal, cette première approche était calibrée pour nous faire découvrir le gameplay du jeu.

Far Cry Primal - 1Far Cry Primal - 2Far Cry Primal - 3

On vous dévoilera simplement que ce Far Cry Primal se déroule pendant l’Âge de Pierre, version Far Cry, avec son lot de crafting (confection d’équipements à partir de matériaux collectés), de grappins, d’escalade et de parkour. Dans le jeu vous incarnerez Takkar, unique survivant de son groupe parti à la chasse. Désormais seul au monde et entouré par des animaux capables de le croquer en deux secondes mais aussi d’ennemis d’autres tribus, Takkar va devoir survivre. Dans sa quête au jour le jour il va rencontrer des personnages importants qui débloqueront de nouveaux savoirs et lui donneront accès à de nouvelles armes mais aussi à des équipements inédits dans les options de crafting. Le thème est donc particulièrement adapté au gameplay de Far Cry qui mélange chasse, récolte, combat et exploration.

Des mammouths et des hommes

Comme toutes les séries, Far Cry est exposé à un double enjeu que l’on pourrait résumer par la formule : évoluer sans trahir. Les fans du jeu attendent des nouveautés, mais sans pour autant perdre ce qu’ils ont aimé auparavant. Un fil tendu sur lequel chaque épisode doit naviguer en équilibre, entre changements et continuité, sous peine d’être taxé de faire du surplace. Une posture toujours dangereuse quand on se tient sur un fil.  Avec ce voyage jusqu’à l’Âge de Pierre la série se transforme sur certains aspects mais conserve malgré tout son ADN initial. La vue est toujours à la première personne et l’on dispose toujours d’un mini radar. Une aide qui représente votre instinct de survie car, par défaut, seuls les éléments que vous voyez ou entendez y apparaissent (parfois trop tard pour fuir !). Les déplacements sont toujours aussi fluides et le « body awareness » (la sensation de se déplacer de manière réaliste) est toujours aussi immersive.

Far Cry Primal - 20Far Cry Primal - 22Far Cry Primal - 17Far Cry Primal - 16

Vos premiers pas ne se feront pas seuls et après avoir fait un petit tour dans votre inventaire pour vous équiper d’un arc qui n’a jamais été autant à sa place, vous allez découvrir que Takkar peut apprivoiser certains animaux sauvages. Le début de notre session nous place directement avec un énorme loup gris à nos ordres. Un pression sur la gâchette gauche pour viser et il suffit ensuite d’une pression sur la petite gâchette droite pour envoyer le loup à destination. Que cela soit un endroit précis où se cacher ou encore une cible à croquer !

La bête a sa propre jauge de vie et n’est pas éternelle, vous pouvez la soigner en lui donnant un morceau de viande de votre réserve. Bien sûr on peut même lui faire une caresse, ce qui fait son petit effet quand la dite caresse se fait sur un bestiau à fourrure de plus de 500 kilos. Si par malheur votre boule de poils et de crocs succombe vous pourrez en appeler une autre grâce à une herbe rouge (forcément un peu magique). Par la suite, Takkar maitrisera d’autres animaux et entre les panthères, les ours et les tigres à dent de sabre (que vous pourrez chevaucher, oui oui vous avez bien lu !), le choix s’annonce varié. Ubisoft annonce une jolie collection de 14 animaux à ce jour. Chaque animal possède ainsi ses propres caractéristiques de force, vitesse et discrétion qui en feront des alliés plus ou moins efficaces. Pour la chasse à terrain découvert on privilégiera vitesse et force alors que pour attaquer un camp ennemi on s’appuiera plus sur la discrétion de notre fidèle compagnon.

La terre vue du ciel

Autre nouveauté de poids, vous pouvez également utiliser une chouette pour scruter les environs depuis le ciel. Alors que les animaux qui marchent à vos côtés vous obéissent assez précisément, la chouette sera directement sous votre contrôle et on survolera donc les Terres d’Oros en regardant par les yeux du rapace. Un raccourci que l’on qualifiera de chamanique mais qui ne pose pas vraiment de problème, l’important étant finalement d’y voir un élément de gameplay qui apporte un vrai plus à la formule Far Cry. On peut ainsi survoler les zones pour révéler les plantes et ressources nécessaires au crafting, mais aussi et surtout marquer les ennemis qui sont extrêmement bien cachés par la nature omniprésente. C’est d’ailleurs l’une des grosses évolution par rapport aux épisodes précédents : le héros se déplace dans une végétation encore plus dense et luxuriante que d'habitude. Pas question de jungle, la période nous embarque plutôt dans une Europe où se côtoient des espaces encore pris sous les vents les plus froids et d’autres où la verdure se révèle envahissante !

Far Cry Primal - 4Far Cry Primal - 7Far Cry Primal - 5

Ce décor est parfaitement utilisé par le jeu qui met en avant un principe déjà constaté dans les précédents Far Cry : les animaux sauvages sont souvent vos ennemis les plus redoutables. Ici, avec pour seules armes un arc et une masse de confection rudimentaire, Takkar aura souvent intérêt de fuir devant les bêtes les plus coriaces et il ne sera pas rare de courir dans la forêt avec un fauve à ses trousses pour finalement tomber sur une tribu ennemi en train de chasser ! L’impression d’être dans un éco système qui vit sans se soucier de votre présence nous a vraiment séduit et on espère qu’elle sera confirmée sur la durée de l’aventure. On chasse, on avance avec prudence, parfois on court, on saute dans les rivières, on utilise son grappin pour atteindre certaines zones, bref, on se sent libre comme les premiers hommes. Libre mais aussi fragile quand la nuit tombe et que l’on se sent entouré de créatures prêtent à vous ajouter à la carte de leur menu. L’ambiance sonore est un pur régal et c’est à la lueur de sa torche improvisée que l’on prendra ses jambes à son cou jusqu’au prochain feu de camp disponible pour y souffler en toute sécurité.

Serious business

Far Cry Primal apporte donc son lot de nouveautés et d’améliorations mais ne s’écarte pas pour autant de certains fondamentaux qui ont fait son succès. On retrouve ainsi les attaques d’avant-postes qui permettent de contrôler des zones mais aussi d’accroître la population des Wenja. Pour quoi faire? Le scénario fera-t-il de vous le futur leader d’une tribu ? Ces compagnons vous accompagneront-ils pour des chasses au Mammouth ? On rêve que tout cela soit au rendez-vous. Les avants postes ne sont pas des camps militaires mais des villages plus ou moins protégés, ce qui change un peu votre approche. Ici tout le monde combat, homme et femme. Gardez bonne conscience, Il s’agissait sans doute de cannibales qui vous auraient croqué sans autre forme de procès. Une fois le village capturé il sera investi par les vôtres et deviendra un point de voyage rapide. D’autres lieux serviront de points de voyage rapide et il ne sera pas nécessaire d’être dessus pour aller de l’un à l’autre. Au programme on trouvera ainsi des feux de camps mais aussi de grands buchers gardés par des colosses qui se balladent avec des cranes d’animaux en guise de casque et de masque.

Far Cry Primal - 11Far Cry Primal - 9Far Cry Primal - 10Far Cry Primal - 8

Certaines zones sont soumises à des vents violents et recouvertes de neige. Dans ces contrées, vous souffrirez du froid et devrez régulièrement vous réchauffer au coin d’un feu. Le feu est donc un allié doublement important pour lutter contre le froid et éloigner les animaux pendant la nuit. Cette aspect survie, sans être trop poussé, apporte un vrai plus à Far Cry Primal et on espère que son impact ne sera pas estompé en progressant dans l’aventure avec un personnage de plus en plus costaud et résistant. Pour cette première session le monde du jeu était volontairement restreint mais nous avons déjà pu admiré des panoramas splendides, grimper sur un flanc de montagne enneigé, ou encore s’enfoncer dans les profondeurs de quelques cavernes aux secrets encore un peu troubles. Far Cry Primal propose un décor de jeu vraiment séduisant par son ambiance réaliste mais aussi grâce à cette impression d’être dans un lieu où l’homme ne laisse que très peu son empreinte. La suite devrait nous révéler quelques surprises à ce sujet puisque nous sommes tombés sur un village décoré par des squelettes d’animaux qui ajoutait une touche mystique bienvenue à cet ensemble déjà riche.

Nos impressions

Far Cry Primal ajoute plusieurs nouveautés à une recette qu’il améliore sur plusieurs points. Le contexte justifie plus que jamais le gameplay de la série qui mêle sans rupture les combats avec la chasse, l’exploration et le parkour. La chasse est ici essentielle, tout comme la récolte de matériaux. L’aspect survie tout juste entrevu nous a vraiment séduits sans pour autant faire de ce nouvel épisode un jeu axé avant tout sur cette dimension du gameplay. C’est au contraire l’équilibre agréable entre toutes ces facettes et la cohérence avec l’époque choisie qui permet à Far Cry Primal de séduire autant. Pas question de destruction massive mais de combat brutaux (les corps à corps sont d’ailleurs logiquement plus présents même si cela dépend de votre façon de jouer), pas question de temples anciens mais de grottes ancestrales, pas question enfin de véhicules mais de compagnons que vous allez dompter. Le rapport avec les animaux, plus que jamais omniprésents et dangereux, la possibilité d’en apprivoiser certains, amplifie une formule qui fonctionnait déjà. Le meilleur restant encore cette impression d’être transporté dans une époque très lointaine où personne ne vous accueillera avec des colliers de fleurs.


Dossier réalisé après une Session de hands on d’une heure sur une version alpha (PS4).

dossier réalisé par
Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire