Spécial Multi

[sommaire]

Une idée de Final Fantasy

25 ans. Un quart de siècle. Final Fantasy est l'une des rares séries de jeux vidéo à avoir franchi ce cap. Une longévité d'autant plus surprenante que le tout premier volet, sorti le 18 décembre 1987 au Japon, n'était pas prédestiné au succès qu'a rencontré la saga par la suite (inutile de rappeler l'histoire de la « fantaisie finale »). Ce dont peuvent être fières les personnes ayant contribué au développement de ces jeux. Mais ce constat pose aussi la question des fondement même de la série, les piliers communs sur lesquels chaque épisode repose, pour combler fans de la première heure et nouveaux joueurs. Les raisons de ce succès, de cette durée dans le florissant paysage paysage vidéoludique.

En novembre 2012, lors d'une réunion publique autour de la démo technique Agni's Philiosophy, censée donner une idée des prochains Final Fantasy sur next-gen, Yoshihisa Hashimoto a détaillé les cinq points retenus par son équipe lors de la conception de la vidéo. Cinq aspects inhérents à chaque volet. L'essence de la série.

Agni's Philosophy - -1 Agni's Philosophy - -1 Agni's Philosophy - -1 Agni's Philosophy - -1 Agni's Philosophy - -1 Agni's Philosophy - -1 Agni's Philosophy - -1


- La magie
- Les invocations
- L'incroyable beauté
- Le raffinement
- Le changement et le défi

La magie et les invocations. Les deux premiers points font indubitablement référence à des éléments touchant au gameplay. Mais aussi à la narration. D'où l'importance qui leur est ici accordée. Les volets les plus « futuristes » de la série n'y ont d'ailleurs jamais dérogé (ex : FF XIII avec ses Fal'Cie, divinités qui confèrent aux L'Cie le pouvoir d'appeler une invocation en combat). Sans oublier d'autres éléments inhérents à la série tels que les déplacements en Chocobos, les Moogles, Cid, etc. Tout cela fait partie intgrante du folklore propre aux productions estampillées Final Fantasy.

L'incroyable beauté. Le troisième point repose sur une qualité graphique et esthétique évidente, sous-entendant une direction artistique soignée et une réalisation au top. Depuis ses débuts, la saga s'est évertuée à proposer ce qu'il se faisait de mieux en terme de rendu à l'écran. D'autant plus remarquable depuis l'ère PlayStation et les premières cinématiques de Final Fantasy VII. On peut aussi y inclure la mise en scène, où les équipes s'attachent toujours plus à rendre les séquences dynamiques et particulièrement impressionnantes. Final Fantasy XIII en est la meilleure expression à ce jour.

Final Fantasy IX - 18 Final Fantasy IX - 9 Final Fantasy XIII - 276 Final Fantasy XIII - 267

Le raffinement. La question du raffinement est sans doute plus difficile à cerner. Elle fait très certainement référence à une exigence, celle de proposer une expérience de jeu la meilleure possible, la plus proche des maîtres étalons du genre. Cela passe par un système de combat et d'évolution prenant mais aussi par un contenu riche et varié. Une combinaison de concepts qui contribue à rendre l'aventure la plus agréable possible pour le joueur, même le plus exigent.

Le changement et le défi. Enfin, le changement est une réelle constante dans Final Fantasy. Chaque épisode numéroté, à sa manière, a cherché à se distinguer de ses aînés. Qu'il s'agisse de son gameplay (ex : le retour du tour par tour dans FF X alors que la jauge ATB s'était imposée depuis plusieurs épisodes) ou encore de son unviers (ex : FF VI et VII tranchent radicalement avec les productions précédentes, davantage heroic fantasy). Une prise de risque qui a visiblement souri à la série, au regard de son succès, même si les volets les plus récents ont aussi dû faire face à une importante vague de critiques. La question du défi concerne bien entendu le challenge que proposent chaque jeu. L'aventure doit pour autant demeurer accessible, tout en réservant quelques quêtes aux hardcore gamers. Le défi, c'est aussi, évidemment, celui que s'impose les équipes en charge d'un Final Fantasy. Contenter les fans, tout en s'ouvrant à un public plus large. Un vrai défi. On en revient ainsi à l'idée d'innovation permanente, tant en terme de mécaniques de jeu qu'en terme d'imagination (un nouvel univers, de nouveaux héros à chaque opus).

Final Fantasy XII - 227 Final Fantasy XII - 232 Final Fantasy X - 30 Final Fantasy X - 22


Cette idée de la série paraît, dans ses grandes lignes, plutôt satisfaisante. Mais l'appréciation de chacun diffèrera évidemment selon son propre vécu avec Final Fantasy. Et vous, qu'attendez-vous d'un nouveau FF ? La démonstration Agni's Philosophy est-elle rassurante pour l'avenir de la saga ?

dossier réalisé par
‹ page précédente
Commentaires Les derniers commentaires
  • Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article. Soyez le premier à laisser votre commentaire !
Ajouter un commentaire